Posts Tagged ‘réligion’

Marie – Madeleine recevra ses pierres. Ou la honte de la haine.

mardi 14 janvier 2014 13

Je suis ébahi ; et outré.

Nous sommes en République.

La loi et l’ordre doivent être respectés.

Pourtant, je vois sur les forums, et les commentaires des articles de blog se déverser un torrent d’insanités de haine, de mensonges, et de diverses autres idioties qui me laisse pantois.

Par exemple sur un sujet qui fait le buzz actuellement :

http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/oui-valerie-trierweiler-est-plaindre,47299

 

 

 

Serions nous devenus aussi obtus, aussi grossiers, aussi méchants ?

Nous avons encore le droit de dire librement ce que nous voulons, ce que nous pensons.

Nous avons le droit de ne pas être en accord avec les autres.

Nous avons le droit de réfuter, de contrer, d’exposer les incohérences d’un discours.

Mais pourquoi susciter de la haine et de la violence ?

Pourquoi immédiatement s’emporter et partir dans des vindictes si grossières et si peu tentantes à lire ?

Et cela se voit aussi dans de simples jeux, sans gains possibles, ou le refus de perdre l’emporte sur la sérénité et laisse entrevoir l’instinct primaire de sauvagerie de l’humain que certains d’entre nous ne peuvent s’empêcher de montrer.

Cela se voit aussi dans des altercations lors d’accidents bénins de circulation, ou d’emportements violents sur les lieux publics pour telle ou telle peccadille comme un simple regard…

Enfin, cela se voit aussi par la judiciarisation de notre société qui ne trouve plus qu’à se défendre par ce moyen……

Au lieu de revenir aux valeurs de la vie normale :la discussion, la tolérance, l’humanité.

Le Christ pourrait se retourner dans sa tombe car  Marie Madeleine n’a pas fini d’être lapidée !

Quelle triste France, que les français sont tristes sires.

Pourtant n’aurions nous pas mieux à faire ?

Par exemple travailler pour une société plus belle, plus franche,  plus épicurienne ?

Travailler pour un monde beau, simplement.

Ou bien devrions nous laisser s’exprimer les penchants les plus acerbes et déplorables de nos concitoyens, au prétexte de la liberté d’expression ?

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203235069978-closer-et-dieudonne-affolent-les-moderateurs-de-sites-internet-642155.php

Riches, pauvres, même combat ?

samedi 22 août 2009 233

A l’heure ou l’on apprend que un français et un belge  se partageraient le lot de 75 millions de l’euro million de vendredi et ou le gros lot de la loterie italienne n’est toujours pas tombé, on tombe des nues quant au comentaire par le ministre de l’économie et des finances concernant l’écart en augmentation entre riches et pauvres.

En effet, d’après la réponse au sénateur Roland Courteau, cet écart n’est pas si grand, diminuerait même, et la différence serait due aux différents systèmes de calculs utilisés par l’INSEE.

Les déshérités de la république peuvent être amers; surtout que réaliste, le ministre ne nous rappelle pas moins cependant les promesses d’augmentations de certaines allocations pour amenuiser ces différences.

Pourtant, la consomation chute (sauf les voitures, grace aux primes d’aide à la casse), les vacances ne sont pas prises, et le panier moyen des ménages augmente en cout et diminue en quantité.

Pourtant une France à trois vitesses deux vitesses se met en place, avec ses désordres sociaux qui s’ensuivent du fait de l’insécurité, de la misère, de la ségrégation, et de la peur de l’avenir, voire du non avenir qui arrive pour beaucoup.

Vivre avec 456 euros est impossible aujourd’hui. En dessous de 880 euros on est en plein dans la pauvreté.

Nous avons donc

  • les riches,
  • une classe moyenne en extinction
  • et une nouvelle classe pauvre émigrée récente, souvent illégalement venue ramasser les miettes de nos pubelles pleines.

Il fut un temps pas si ancien ou nous accueillions pour fabriquer nos routes et nos autoroutes une population venue de nos anciennes colonies, attirée par un monde meilleur.

Nous avons complètement raté leur intégration.

Ce brulôt social ne pourra se satisfaire très longtemps de statistiques étatiques sans exiger un mieux être social.

Il est urgent, je le répète à nouveau, de penser un projet de société, offrir une perspective d’avenir à une population qui attend des signes forts de l’exécutif.

Un projet de société qui accepte les différences.

Que deviennent par exemple les travailleurs des années 60, population particulièrement touchée par le dépaysement, pour qui la retraite, après une vie de travail en France, aurait du être le retour au pays. Pas vraiment français, étrangers dans leur propre pays.

Si nous n’arrivons pas à une intégration dans un projet commun, plus large encore que la France, au minimum basé sur une Europe élargie au bassin méditérannéen et à l’Afrique noire, nous risquons d’éclater, dans un premier temps, mettant fin à la cohésion voulue par Charlemagne et Napoléon (encore qu’ils ne furent des exemples parfaits); puis arrivera le morcellement et le retour à la barbarie.

Déja se profile depuis quelques années le culte des petits chefs, le retour à un intégrisme religieux particulièrement stupéfiant dans notre République (quelle que soit la religion, particulièrement musulmane et catholique), l’apparition de sectes apocalyptiques  pour qui le jugement dernier est pour demain.

La montée de certains intégrismes, la fureur déclenchée par des symboles amène à prendre peur et à vouloir tenter de se protéger; l’ambiance de danger soulevée par le terrorisme mondial présume de nouveaux dangers pour la vie, et pour une société actuellement policée.

S’y rajoute en vrac la montée de divers mouvements altermondialistes, sous couvert d’écologie, la peur de la disparition de notre monde due à la pollution, les divers secteurs en guerre dans le monde pour des raisons souvent curieuses et certainement pas justifiées, provoquant génocide, famine, misère…l’essor de nouvelles maladies alarmantes, les possibilités accrues d’attentats terroristes bactériologiques.

Une longue liste pourrait être élaborée des diverses peurs et inquiétudes de notre monde actuel.

Ce n’est pas en proposant des jeux et du pain que l’on fournira une solution de facilité. La crise est la, les peurs sont réelles.

Espérons que nous réagirons mieux que la Grèce antique ou Rome…..

Ces civiliations que nous admirions, mais qui batirent leur prospérité sur l’esclavage….

La burka, l’homme, la femme et le prophète

mardi 7 juillet 2009 187

Je ne veux pas entrer dans cette polémique stérile concernant ce sujet particulièrement sensible, et pour lequel le président américain Obama s’est déjà prononcé pour la culture des payas arabes.

Le contexte n’est pas le même en France.

La responsabilité de nos institutions sacrées est en jeu. Le catholicisme et d’autres religions sont largement mises à contribution.

La pérennité de l’Etat laique, uni et indivisible est mis à mal.

Mon opinion individuelle compte peu. Comme je suis l’un de ces impénitents pécheurs tentés et enchantés de l’être, ma contribution est sans effet dans le débat.

J’aurais aimé en 1968-1969 ne pas vivre dans un petit village des pyrénées, mais dans une grande ville afin de profiter de la diminution de la longueur des jupes….mais en même temps j’étais aussi un peu jeune pour m’y intéresser vraiment…

Trois remarques simples; au lecteur d’en tirer les conséquences :

  1. les religieuses catholiques peuvent porter le voile, et librement, vivre en vase clos, sans aucun regard que celui de leur confesseur, et de leurs soeurs…
  2. nous vivons dans un pays ou les préceptes de la république empêchent d’afficher trop ostentatoirement des symboles religieux…
  3. si l’on accepte en France le port de la burka, librement consentie (cela va s’en dire), il est alors acceptable que nos femmes puissent se promener, pour les mêmes raisons en mini jupe dans les pays du magrhreb….

Je n’interviendrais pas plus dans ce débat….

sauf à vous inviter à lire ce texte ! sur le site du Monde

Spore : enfin vous êtes dieu !

dimanche 5 juillet 2009 185

SPORE le jeu big bang ou vous êtes Dieu

J’attendais depuis de nombreuses années un modèle de ce genre qui n’est en fait qu’une brillante adaptation marketing à la sauce 2.0 de jeux sortis sur ce modèle dans les années 1980-90.

Rapidement il s’agit de donner vie à des personnages que l’on a fabriqué. On est Dieu, en quelque sorte.

Deux points sont à remarquer :

– Les tenants du Darwinisme qui partent profil bas, ce qui est très symptomatique du « money is money » chers à nos très chers amis américains A ce sujet voir :

– L’engouement même avant la sortie du jeu et l’ouverture d’une boite de Pandore appelée à démontrer et à publier sous formes principalement phalliques des représentations ésotérico-éotiques de certains de nos concitoyens.

Ce sera en tout cas un laboratoire sociologique hors pair, et gageons que de nombreuses études seront menées sur ce thème, de l’engouement suscité par le jeu, au danger d’y jouer trop longtemps ou trop jeune, ou des changements sociaux ou politiques (nos hommes politiques seront amenés à y jouer, je tiens le pari…) que ce jeu détermineront dans nos sociétés occidentalisées ou non.

Ce sera une révolution culturelle, certainement plus encore que sim city ou les sims, et le prélude à un nouvel essor des réseaux et des technologies, you tube par exemple ayant déja prévu un espace dédié pour la présentation des créations des joueurs !

Débuts d’une catastrophe annoncée.

mardi 24 mars 2009 82

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre le message que vient de lancer ce jour notre président à Saint Quentin.

Sous couvert de mots rassurant comme : il faut laisser du temps aux mesures prises , on vient de nous annoncer que la crise serait plus sérieuse que ce qui avait à la fois été annoncé et prévu.

Arrêtons de fermer les yeux et de faire l’autruche pour une fois en France.

La crise est sérieuse et sévère.

Elle est mondiale, et entamera la solidité des états, en particulier ceux du vieux continent, et de la maintenant moribonde Amériqe.

Tout le monde ou presque, devra lutter pour sa survie, et celle de ses proches.

Les états policés vont se retrouver confrontés à l’émergence de nouveaux groupes, qui se retrouveront sous la bannière des plus forts, et à celle de mouvements incontrôlés et incontrôlables, inféodés à des mouvements religieux intégristes, ou à de riches “barons” qui en l’échange de leur protection gouverneront des régions ou seule leur loi comptera, et ou la morale des états ou des religions sera bannie.