La guerre bactériologique, comme si vous y étiez !

Cet article donne à réfléchir.

Après le protocole de Genève de 1925 (Protocole concernant la prohibition d’emploi à la guerre de gaz asphyxiants, toxiques ou similaires et de moyens bactériologiques), la guerre bactériologique, interdite pourtant dans le monde entier en particulier par l’Onu, est refusée virtuellement par 162 états; virtuellement car aucune sanction ou contrôle n’est prévu dans l’utilisation des armes biologiques.

De plus il ne s’agit que de voeux pieux puisque l’élaboration n’est pas vraiment interdite en elle même, seule l’utilisation comme arme est prohibée.

Les Etats Unis particulièrement ne souhaitent pas un système de contrôle du traité.…alors pourtant qu’ils avaient été les premiers à vouloir arrêter….

Ce que suscite ce manque de volonté réelle, c’est le dégout.

Puis viennent les interrogations.

Ne parlons pas des diverses hypothèses plus ou moins fantaisistes qui suggèrent l’emploi voulu de bombes sales dans les égouts ou les métros, même si ce genre d’hypothèse n’est pas à exclure.

Examinons plutôt aujourd’hui ce que l’on appelle aujourd’hui la grippe H1n1, qui fait couler de l’encre dans mes médias, suscite les questions, et promet un bel affolement dans les prochains mois.

J’ai déja parlé ici de suspicions légitimes de certains sur

  1. le déaprt du foyer infectieux
  2. les mesures prises très insuffisantes depuis la déclaration de pandémie
  3. les buts recherchés ou non par certains

Première question : pourquoi ne ferment on pas les frontières ?

La réponse est économique. La simplicité de la mesure aurait permi d’endiguer l’épidémie, mais aurait aussi limités les échanges économiques. Et la crise économique que nous subissons actuellement ne permet pas de plus la limitation des échanges.

Deuxièmement :

on nous dit qu’il n’y a pas de danger, que la grippe est bénine malgré certaines morts, qu’elle ne passera pas nos frontières, mais l’Etat pour rassurer achète des masques et des doses de vaccins qui ne seraient pas efficaces, ou achète des doses de vaccins qui ne seront pas spètes avant le passage du virus cet hiver…

A qui profite les ventes de masques et surtout les doses de vaccins ?

Eléments de réponses :

  1. Le nombre de doses de vaccins commandées
  2. En France
  3. La course aux achats

On nous promet aussi des plans de prévention, des fermetures d’écoles….

Dans le même temps, les urgences ne prennent plus en charges les personnes fébriles, les renvoient vers leur médecin traitant, qui ne veut pas les apporcher non plus; pendant ce temps, les conjoints continuent à travailler, les enfants d’aller en colonies…

Troisièmement :

Que se passe t -il dans le monde ailleurs ? c’est la que le bat blesse aprticulièrement. On assiste par exemple en Inde, à des files impatientes de se voir traitées, à tort ou à raison, pour la grippe, porteurs de masques déja insufisants, vendus au marché noir à prix d’or; dans une promiscuité exascerbée, dans des conditions d’hygiène déplorables et avc une méconnaissance sérieuses des tenants et des aboutissants.

Une épidémie laissant de nombreuses personnes sur le carreau est à prévoir. Les médias indiens affolent la population; des scènes sorties droit des films catastrophes et de l’imagination des gens sont en train de se dérouler. Il est vrai que pour le moment, d’autres maladies tuent beaucoup plus de monde tous les jours.

Pourtant il sera indispensable de vacciner tout le monde, du nord et du sud…des Pays industrialisés, de l’occident, ou des pays en voie développements, de l’orient…

Mais voudra t’ on le faire?

Faisons nous l’avocat du diable : après avoir vendu pour plusieurs milliards de doses de vaccins, plus ou moins efficaces, nous aurons assisté à de difficiles moments de dépeuplement larges avec une activité économique en berne.

Deux possibilités :

  1. « un assainissement ethnique » : les pays les plus défavorisées ressortiraient exangues de l’épidémie.
  2. un assainissement économique et écologique, qui permettrait une reprise de la machine libre échange et la reconstruction d’un monde nouveau, pas forcément plus humain. (et on en revient à « soleil vert« ).

On nous apprend pourtant un peu partout que ces bruits sont sans fondement, qu’il n’y a aucun complot.

Oui, mais au minimum certaines personnes prêtes à se faire beaucoup d’argent sur le dos des pauvres gens qui cèderont à la panique.

Notre système de soins, pour ne parler que de la France, ne pourra traiter, malgré les paroles rassurantes des ministres, une épidémie de la taille prévue par l’Oms.

Et encore plus fort : cette épidémie va persister plusieurs années avant que l’ensemble de la population puisse résister à cette souche; à condition qu’il n’y ait pas de mutation….

De la à dire que c’est une guerre bactériologique, il n’y a qu’un pas, que nous ne franchissons pas….

Enfin, dernière approche possible : je ne voudrais pas faire un amalgame avec la guerre en irak, pour trouver des armes nucléaires…..Mais si cette grippe n’était qu’un leurre (car pour le moment sa relative innocuité laisse perplexe) pour cacher aux populations les difficultés économiques catastrophiques prévisibles à venir ?