Heure d’hiver ou d’été ?

Dans mes ras le bol, le second évoquera cette heure changeante deux fois par an, sans véritable logique, si ce n’est une éventuelle économie de pétrole ou d’énergie.

L’historique de la mesure est reprise dans la réponse à cette question du sénateur Jean François Humbert :

http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ121103108&idtable=SEQ121103108&date=dateJORep&idtable=q200202%7Cq200244%7Cq200242%7Cq200277%7Cq200329%7Cq200377%7Cq200483%7Cq200608%7Cq200627%7Cq200678&id=qSEQ080403861&rch=qb&ct=1_2_3_4_5_6_7_8_9_10_11_12_13_14_15_16_17_18_19_20_21_22_23_24_25_26_27_28_29_30_31_32&al=true

 

Quant aux économies, argument avancé à l’époque, Science et Vie et d’autres articles avaient démontrés qu’il s’agissait d’une simple fumisterie, car non seulement aucun argument scientifique ne permettait de le prouver, mais surtout aucune étude par la suite n’a permis d’en vérifier le bien fondé.

 

En attendant chaque année et deux fois par an, une partie de la population se trouve incommodée et souvent malade par ce changement d’heure qui mettra plusieurs semaines ou mois à s’estomper pour l’organisme.

Le plus comique dans l’histoire, et c’est la ou je m’énerverais, c’est qu’un simple décret a suffi à sa mise en place sans aucune concertation avec quiconque.

Or maintenant si l’on décidait de la supprimer, il faudrait l’acceptation de l’ensemble des pays de l’Europe à l’unanimité !

 

Heure d’été heure d’hiver

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-75109QE.htm

Très intéressante réponse ministérielle.

On est maintenant loin des années 1974, qui restauraient l’heure d’été pour de subtiles économies d’énergie suite à la crise pétrolière…..

La directive européenne instaurant l’heure d’été dans l’ensemble des pays membres est axée principalement non pas sur le bien être des populations, mais sur la bonne marche de l’économie, afin de fluidifier les échanges au sein de l’Europe.

Pourtant des voix se sont toujours élevées depuis le début sur d’une part les difficultés à s’habituer aux changements physiologiques que ce décalage impose à l’organisme, et d’autre part,  sur l’inutilité de cette mesure, les économies d’énergies n’ayant jamais été démontrées !

On lit ici : « Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. »

Et : « Le changement d’heure a permis d’économiser en 2009 440 GWh en éclairage, soit la consommation d’environ 800 000 ménages. Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l’émission de 44 000 tonnes de CO2. En 2030 la réduction globale des émissions due au changement d’heure pourrait être de 70 000 à 100 000 tonnes de CO2. »

En fait aucune étude sérieuse sur les éventuels avantages ou les économies d’énergies prévues.

Et le Sénat discute toujours de son utilité, mettant à mal l’analyse actuelle gouvernementale.