Posts Tagged ‘grand emprunt’

Fibre optique versus Hadopi ?

jeudi 29 juillet 2010 209

La préoccupation principale en France est la sauvegarde des droits d’auteur pour lesquels des groupes de pression et des sociétés ou associations très introduits oeuvrent de façon très radicale en nous amenant Hadopi par exemple.

C’est un combat de longue haleine, mais très en vogue depuis la première cassette qui permettait de copier la musique, puis le cd, et le dvd. En parallèle, la démocratisation de la photocopieuse puis du scanner ont mis à mal le pouvoir culturel éhonté des éditeurs imprimeurs de masse, seuls à même auparavant de produire à grande échelle des textes intéressants ou nécessaires, comme le Lagarde sur lesquels se sont usés tant de potaches.

Aujourd’hui la démocratisation d’internet qui permet d’envoyer ses idées par transfert numérique  à la vitesse de l’électricité se heurte à ces groupes qui ont préparé et promus Hadopi.

http://www.01net.com/editorial/519598/les-e-mails-de-la-hadopi-partiront-au-plus-tard-fin-septembre/

Pendant ce temps, la crise économique continue ses ravages.

Les bénéfices du grand emprunt sont déjà dépensés largement avant d’avoir été utilisés.

Or c’est en ce moment que nous devrions réagir et promouvoir à fond le tout numérique et surtout le haut débit.

Du minitel (fleuron français….) nous sommes entrés dans l’ère du tout communicant sans nous en apercevoir.

Si certains sont et pourraient rester irréductibles, les nouvelles générations devront s’approprier les nouvelles technologies, les nouvelles procédures et artefacts.

Des nouveautés qui risquent de rester lettre morte. Si nous ne nous y mettons pas.

Si une compréhension politique, en sus d’une volonté elle aussi politique n’est pas mise en place, notre pays va s’enfoncer dans l’archaïsme et l’arrière plan économique, intellectuel avec une croissance en régression.

Au lieu de s’interroger sur les futures utilisations des réseaux à haut débit, qui, déjà, manquent cruellement en certains endroits du territoire pour des applications novatrices mais gourmandes en flux de données, il faut absolument lancer pour de bon le plan fibre optique pour tous, réseau numérique pour tous.

Et il nous faut mailler tout le territoire, comme nous l’avons fait pour lé téléphone filaire.

C’est à ce prix que peut être la fracture sociale, le sectarisme, la poussée de courants extrêmes, la méconnaissance du bien commun pourront peut être reculer, et qu’un nouvel essor d’une nation ragaillardie, ouverte, accueillante et porteuse d’un renouveau scientifique et culturel pourra voir le jour….

Peut être….A condition que l’on s’intéresse pour de bon à cette technologie, et que l’on mise à fond sur elle.

Or : http://www.lexpress.fr/actualites/1/tres-haut-debit-la-fibre-optique-cherche-sa-voie-en-france_908779.html

Publicités

Le grand emprunt ou les premices d’un échec.

mercredi 9 décembre 2009 342

Le très bon article des sur la venue du président Nicolas Sarkozy à Geispolsheim me permet de pronostiquer, à mon corps défendant, car cette manne financière, je l’appelais de mes voeux, de l’échec de cet effort financier si nécessaire et si important pour notre pays.

En effet, sont demandés dès avant la distribution des subsides aux bons élèves de la classe des résultats.

Ce qui veut dire que l’argent n’ira qu’à des projets déjà aboutis ou ayant de réelles chances d’aboutir. Et seront particulièrement chouchoutés les amis.

C’est du grand n’importe quoi. Ce n’est pas de cela dont nous avons besoin. Je n’arrête pas de le répéter, il est urgent d’investir dans la recherche fondamentale, sans aucun a priori.

Des résultats ne peuvent être exigés en amont. Ils ne peuvent qu’être espérés, et leur mise en application au niveau économique nécessiter d’autres fonds.

Il est illusoire de croire que de nouveaux projets verront le jour; l’emprunt est totalement circoncis aux projets quasiment retenus, sauf arbitrage présidentiel de dernière minute.

Notre pays a besoin d’un investissement fort, constant, dans tous les domaines, d’un effort sans précédent, et pour de nombreuses années, si nous voulons pouvoir participer au nouvel ordre économique mondial, à la nouvelle ère qui s’annonce, et se fera, avec ou sans nous.

Ce n’est pas en dictant la conduite des Curie, ou d’Einstein que nous aurions pu avancer. Ce n’est pas en dirigeant, en exigeant que l’on obtient les meilleurs  résultats.

Le génie demande à être encouragé, la recherche aussi. Des récompenses aux meilleurs découvertes pourraient être le meilleur des moteurs. Mais il ne faut pas avoir peur d’investir à perte.

Il nous faut des acteurs ayant envie de travailler, effectivement, mais cela se gère non pas par la menace, mais par l’accompagnement.

L’exemple encore et toujours de Google : 10 % du temps est réservé à des projets libres. Osons faire plus : offrons à nos chercheurs au minimum un temps libre pour de nouveaux projets, sortant des sentiers battus d’au moins 50%.

Proposons à nos étudiants, nos aspirants chercheurs, nos futurs Lépine des possibilités de récompenses excitantes, pour un travail acharné et des réussites grandioses.

Nous devrions tous être chercheurs, et incités à l’être. L’innovation dans les entreprises a été abandonnée, plus ou moins, mais était porteuse de vraies valeurs, de consensus, de gains de productivité, et de découvertes. Des découvertes peut être pas fondamentales, mais souvent dans l’ingéniosité permettait des gains largement supérieurs à ce qui était attendu.

Nous en sommes à un balbutiement. C’est peu, trop peu.

Il nous faut nous réveiller, augmenter la formation, décupler les laboratoires, les réseaux, les mises en commun, l’exploitation des ressources intellectuelles, des thèses jamais appliquées dormant dans les tiroirs.

Toute idée doit être bonne à prendre, toute idée doit être acceptée sans à priori. Afin d’en sortir de nouvelles connaissances, de nouvelles applications, des résultats moteurs pour le pays, propre à concevoir de nouveaux débouchés, de nouveaux marchés.

C’est aujourd’hui que nous devons créer, mais nous allons rater le coche.

Puisse ce texte être lu….sans à priori, en haut lieu….

Les plus grandes théories sont nées en dormant, les plus grandes applications parties de rien , de chimères.