Project zéro, hackers et google.

 

Au lieu d’obliger nos chères têtes blondes à se manger du code sans avoir appris à lire et écrire correctement (il va être beau ce code !), comme on nous a obligé à intégrer des concepts mathématiques abstraits, réussissant à faire souffrir et rendre ridicules des générations de collégiens et lycéens (qu’est ce que j’ai souffert!), ne vaudrait il pas mieux encourager ceux que cela branche vraiment?

Il y a des tas de possibilité pour inciter en ce domaine. Récompenses, incitations, suggestions. Mais surtout l’incitation à faire mieux que l’autre en faisant ce que l’on aime.

 

Car il y a urgence à nettoyer ce foutu boxon qu’est devenu le web.

http://www.tomshardware.fr/articles/project-zero-hacker,1-53913.html

On va laisser encore Google se coltiner avec ce truc? Quel est son but?

Avec tous les moyens que nous avons, du Cnrs à l’Ena en passant par Saclay et le Cnam nous allons laisser faire n’importe quoi?

Nous avons besoin de génies pour nous protéger, pour combattre les méchants. De vrais méchants. Accessoirement des terroristes.

Et cela ne doit pas être fait en catimini, en embauchant un stagiaire chargé au principal de la machine à café.

Nous devons pouvoir recruter en masse, proposer formations et apprentissage sur des bases solides.

Ce devrait être comme le projet Manhattan :une organisation gérée par l’éducation nationale, sous intendance militaire.

Nous devons lever une armée. Et cette armée est facile à trouver. Avec un peu d’incitations, il ne devrait pas être difficile de former de spools spécialisés ou au contraire totalement éclectiques chargés de découvrir des solutions aux problèmes posés par la mise en coupe réglée d’internet.

Notre indépendance en dépend.

Et ce serait plus utile.

Faire apprendre le code à l’école sera un gâchis de moyens et un gâchis humain. Apprendre le code sans le vouloir ne peut permettre de devenir un parfait informaticien ou programmeur.

 

Ceux qui ont lancé cette réforme savent ils ce qu’est une ligne de code?

10 go to 20

20 go to 30

30 return to 10

Ce n’était pas si loin ce basic….trop basique?

Publicités

Zanzibar c’est pour bientôt.

Zanzibar c’est un roman de science fiction écrit en 1968.

C’est exactement ce à quoi nous arrivons.

John Brunner était il prophète?

 

Lisez ce qui suit et tremblez ou réjouissez vous selon votre tempérament.

http://meta-media.fr/2014/09/25/whats-next-lintelligence-artificielle-va-transformer-internet.html

 

« Honte à nous si nous ne trouvons pas les moyens de partager la nouvelle prospérité en accélérant la réinvention du système éducatif, fiscal et les institutions » Erik Brynjolfsson, directeur au MIT

 

Va peut être falloir s’y mettre?

Un système d’exploitation français? Chiche

Arnaud Montebourg le veut en tout cas ! Notre ministre du redressement productif et du numérique en a esquissé les grandes lignes.

 

http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/un-systeme-d-exploitation-made-in-france-0514.shtml

Malgré les critiques et les quolibets sur cette idée, et même s’il est probable que cela sera commencée et s’arrêtera un jour lointain sans tambours ni trompettes, mais après avoir dilapidé dans le projet de colossales sommes en deniers publics qui seraient offertes en premier lieu furent aux opérateurs télécom « amis », comme furent achevés le minitel ou le TO7….j’estime que c’est une idée à prendre en compte.

 

Aux conditions suivantes que j’ai inscrit en commentaire sur le site de JDN :

 

  •  Et bien, malgré le fait qu’effectivement cela arrive comme un cheveu sur la soupe, ce n’est peut être pas si idiot que cela en à l’air.
    A condition :

    1) de savoir exactement ce que l’on veut faire
    2) de savoir exactement ce que l’on veut en faire dans un premier temps puisqu’il serait amené à évoluer
    3) d’y mettre les moyens, et vraiment conséquents financiers
    4) d’y adjoindre les moyens humains, c’est à dire à peu près tout ce que La France compte de scientifiques et spécialistes du sujets (j’y vois par exemple grâce à ce projet le développement du réseau numérique haut débit…)
    5) d’en faire un projet consensuel français en dehors de toute démarche politicienne (apprendre par exemple aux parlementaires que l’on peut très bien se passer de windows
    6) de parier sur la durée.

    Nous avons les moyens de le faire. Reste l’envie.

    Il faudra informer; former, inciter, éduquer, et accepter les échecs successifs.

    Il faudrait une nation complète derrière ce projet.

    Une question pertinente reste en suspens : arriverons nous ensuite à le vendre? Il est quasi certain que non. C’est pourquoi il nous faudrait d’abord bien commencer par le début , le petit  2 en définitive.

    Nous verrons dans les prochaines semaines si ce projet doit perdurer…

On peut maintenant faire tomber son Iphone dans la cuvette des WC !

Et cela grâce à un petit miracle de la technologie, un film tiré d’un procédé nanotechnologique qui protège les composants et les matériaux de l’eau .

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/technologie-1/d/avec-hzo-zagg-pretend-rendre-etanches-tous-les-mobiles_34680/#xtor=EPR-23-[HEBDO]-20111118-[ACTU-avec_hzo__zagg_pretend_rendre_etanches_tous_les_mobiles]

Un vrai petit progrès qui ne semble pas très important, mais en tout cas en France votre Iphone, tombé dans la cuvette des wc, et bien il n’est pas garanti !

Maintenant, il le sera !

 

Mais je crois que les futures applications ne sont pas encore arrivées et que les futurs champs d’utilisation de ce produit sont encore inconnus !

Google et intelligence artificielle ?

J’écrivais un mail ce jour et je parlais de pièces jointes. Quelle en fut ma surprise en envoyant le message de voir cette fenêtre pop up s’ouvrir !

Google on le sait déploie de multiples innovations, et c’en est une. Même si elle parait simple et logique, je présume quelle fait appel à des algorithmes suffisamment complexes pour mériter d’être soulignée.

Google n’a pas fini de nous étonner. Bravo à l’équipe en charge de cette partie !

 

 

 

La tour de Babel se construit.

Le monde, notre civilisation, est à son apogée.

Et la tour de Babel est bientôt érigée.

Les signes sont la.

Le village mondial communiquant en est le signe.

L’humanité est prête à éclore, à prendre son essor.

De nouveaux langages, de nouveaux codes, de nouvelles frontières sont prêts à s’épanouir.

Et les prémices de nouveaux jours sont clairs.

Et pourtant, il est extrêmement difficile d’y croire.

Aujourd’hui les évènements physiques (tempêtes, tremblements de terre, pollution…) et les évènements de société (crise économique, politique, sociale…) font que l’avenir semble incertain.

Mais la Bible dans le Livre  de la Genèse le démontre en chapitre 11, versets 1 à 9 : le jour ou les hommes arriveront à s’entendre  sera le commencenent de la connaissance et du savoir.

Ils seront à l’aube du début d’une nouvelle humanité, ou la compréhension du grand universel ne sera plus utopique, mais une réalité.

J’ai encore du mal à visualiser ce monde de demain, mais aujourd’hui Google (encore lui) ouvre la voix par son système de traduction sur mobile Android, à la préparation de la compréhznsion universelle et partagée.

Demain les frontières, presque abolies ne seront plus qu’un souvenir, et ce malgré les espoirs des différents caciques ou dictateurs qui tentent encore de justifier leurs privilèges et leurs actes.

Bientôt, l’humanité, enfin humaine, ne formera plus qu’un tout, prête à s’envoler sur les ailes de la connaissance et du partage.

Google Chrome

Je n’arrive pas à comprendre certaines politiques de Google.

J’utilise depuis sa sortie le logiciel Chrome qui me satisfait bien. Certaines fonctionnalités intéressantes de firefox peuvent ne pas être préésentes, mais dans l’ensemble sa rapidité et sa lègèreté sont largement suffisants pour les utilisations que j’en souhaite.

J’aurais aimé utiliser la barre d’outils de Google….sauf qu’elle n’est pas compatible !!!!

Je ne comprendrais jamais la politique de Google.

Google, Google Book et la numérisation du livre Pour Frédéric Miterrand, ministre de la culture

Suite à mon article Google books sur les rails de l’Europe et L’économie numérique un espoir, un atout , une promesse je suis enchanté de ce débat sur la numérisation source de création d’emplois tenu à l’assemblée Nationale avec  le ministre de la culture, qui reprend certaine de mes idées.

Le texte est assez long mais mérité d’être lu. Et donne à espérer que les moyens seront en conséquence avec les déis à relever.

A lire sur le site de l’Assemblée Nationale.

Google books sur les rails de l’Europe

Le commissaire européen à la société de l’information soutient Google books et regrette également le manque d’empressement des Vingt-Sept à enrichir le projet Europeana.

A lire sur

Question : y aurait il des garanties proposées par Google ?

Si non, pourquoi la biliothèque européenne tarde tant à prendre de l’essor ?

Est ce l’initiative privé qui doit supplanter l’Etat ou les Etats ?

Pourtant, les bibliothèques publiques existent dans tous les pays…

Ce qui pose de nouveau la question du droit d’auteur…

Maj le 12 septembre 2009 :

Le gouvernement, premier ministre et ministre de la culture en tête jouent l’apaisement.

« Pour moi Google n’est pas un problème, mais un défi. On s’est récemment ému que la BNF ose discuter avec Google au sujet de la numérisation de ses fonds d’ouvrages. Mais ce qui serait choquant, c’est qu’elle ne le fasse pas »

Une société privé américaine remplace l’Etat français.

« Cette fonctionnalité peut susciter l’envie de découvrir physiquement les sites présentés à l’écran. C’est un outil supplémentaire à disposition des visiteurs de notre pays et nous sommes ravis que les internautes français aient la possibilité d’élire leurs sites favoris », déclare Christian Mantei, directeur général d’ATOUT France dans un communiqué.

Je suis révolté. je n’ai de cesse d’expliquer ici les challenges qui nous permettraient de développer nos potentiels énormes en terme d’activité.

Et nous faisons exactement le contraire.

Si je n’ai rien contre Google, formidable outil de développemnt, et pépinière d’applications de génie, plus ou moins utiles, mais souvent remarquables, et faisant progresser la technique à pas de géants, je suis moins fiers de cette utilisation qui va être faite du tricycle de Google pour street view, autour des ites remarquables français.

S’il n’est pas question d’interdire le procédé, après tout chacun est libre de visiter et photographier les monuments et leiux touristiques français, la questio nse pose de savoir si nous ne pouvions faire la même chose nous même?

Nous avions une opportunité énorme. Nous avons les moyens humains et matériels. Nous pouvions créér un espace de visite que le monde nous aurait envié grace à nos richesses touristiques.

Et bien, c’est Google qui le fera.

Et l’on s’en félicite en haut lieu ?