Posts Tagged ‘énergie’

Une habitation décente impose un chauffage ! na !

vendredi 7 novembre 2014 310

Ce n’est pas moi qui l’affirme, mais la Cour de Cassation qui contraint !

Mais dans quel monde vivons nous?

Il aura fallu aller jusqu’en Cassation pour obtenir un chauffage pour ce locataire?

 

Et après cela les propriétaires s’étonneront d’être mal aimés?

Et nous vivons en pays tempéré. …Car un chauffage au Pôle Nord doit être beaucoup plus onéreux.

 

L’Etat de droit à du bon quelquefois.

Les associations de défense des locataires vont pouvoir se saisir de cette jurisprudence.

http://www.service-public.fr/actualites/003389.html?xtor=EPR-140

Publicités

La pénurie de sable va t-elle nous sauver ?

dimanche 22 décembre 2013 355

Je viens de lire une information excessivement importante : il n’y aura bientôt plus de sable.

« Entre autres, il apparaît ainsi que nous allons aussi bientôt manquer de sable« .

Pas n’importe le quel : celui qui sert à fabriquer verre et béton !

J’avais déjà il y a un moment parlé de la raréfaction des « terres rares« .

Ce qui veut dire que malgré tous nos progrès  nous sommes maintenant soumis à de futures restrictions dues à l’puisement de réserves naturelles non renouvelables.

Le pétrole en a été une qui a freiné la croissance avec les différents chocs pétroliers depuis 1973.

Mais aujourd’hui la question de l’énergie ou des déplacements ne sera plus que l’une des questions auxquelles l’humanité devra faire face si effectivement demain l’ensemble des ressources s’amenuisent et tend à disparaître.

Avec en parallèle la question cruciale de la gestion de l’eau.

Que peut il arriver que nous ne sachions déjà ?

  • La guerre ou des rivalités inter frontières pour l’accaparement de telle ou telle ressources indispensable au bon fonctionnement de l’économie d’un pays ou d’une région.
  • Une lutte de tous les instants entre détenteurs des ressources et ceux qui n’en ont pas (l’exemple en Afrique par exemple du pillage des pipe lines avec des moyens dérisoires par des populations en manque de matières premières, qui n’ont rien, et voit ainsi de quoi améliorer un peu un ordinaire destructeur.
  • Des politiques protectionnistes de plus en plus contraignantes avant une explosion sociale programmée.

Ou bien, nous prenons cela comme une chance d’aller de l’avant.

Des possibilités existent sans doute, que la nature nous réserve.

Par exemple le vent pour fabriquer de l’électricité, ou la terre pour fabriquer de la chaleur.

Nous avons une sacré occasion de progresser, comme la civilisation l’a toujours fait jusque la.

Mais soit nous le faisons bien, soit nous le faisons mal. Et si nous le faisons mal ce sera l’extinction de l’humanité.

Nous avons une belle occasion de progresser, à nous de nous y mettre, mais sans attendre, immédiatement.

Car peut être n’y a t-il pas d’autre solutions que d’aller dans les étoiles ? Et en ce cas cela nécessite de préparer cela dès demain.

Car du sable on devrait pouvoir en trouver ailleurs que sur cette planète non ?

 

 

Les terres rares : un enjeu économique et politique important pour notre stratégie de défense !

dimanche 30 septembre 2012 273

En commençant à lire ce texte ce matin http://www.lesechos.fr/economie-politique/regions/rhone/0202293410481-solvay-va-recycler-en-france-les-terres-rares-des-ampoules-366706.php j’étais assez heureux.

L’article avait tout pour plaire et notre ministre du redressement industriel doit se frotter les mains, même si seulement 25 emplois directs ont été créés pour 15 millions d’investissement.

  • Réutilisation d’un site industriel sur la banlieue Lyonnaise en friche.
  • Protection de l’environnement.
  • Moindre coût d’approvisionnement pour ses produits dont le prix ne cesse d’augmenter.

Je ne connaissais pas les terres rares. Je me suis tout simplement tourné vers l’encyclopédie collaborative bien connue Wikipédia (pub gratuite !) pour y trouver ça : http://fr.wikipedia.org/wiki/Terre_rare

Et ces deux petites lignes :

« Aujourd’hui, la problématique de restriction des terres rares inquiète au niveau des industries de la défense. La montée en puissance militaire de la Chine a mis en lumière l’erreur stratégique commise par les occidentaux21. »

Et j’ai malheureusement compris qu’une fois encore, du fait d’un défaut de clairvoyance, d’une habituelle gestion à court terme, et de profits à mettre en oeuvre dans l’immédiateté, nous risquons demain d’avoir de gros soucis stratégiques.

La France une grande puissance ? Il suffirait de quelques terres rares en moins pour la mettre à mal. Arme beaucoup plus efficace que tous les canons !

A quand le retour aux arcs et aux flèches (mais avons nous encore le bois nécessaire à leur fabrication; mais c’est un autre sujet).

Maj au 14 juillet 2013 :

http://www.strategie.gouv.fr/content/approvisionnement-metaux-critiques-na-03-juin-2013

Serais je suivi sur ce blog ?

 

 

la gestion de l’énergie : une vraie folie.

vendredi 24 août 2012 236

http://www.terraeco.net/Air-conditionne-la-facture-qui,45522.html

De la plupart des questions que nous aurons à résoudre dans les années qui viennent, la plus importante selon moi sera la gestion de l’énergie, en perpétuelle augmentation de sa demande.

 

Tout le reste en dépendra, que ce soit l’activité économique, la pollution, la santé, la croissance de la population…

On ne peut que s’alarmer de cette demande, pourtant légitime, à avoir plus frais.

Mais est ce que la question est vraiment celle la ?

 

Économiser l’énergie, ou l’utiliser autrement, certes. Mais il suffit d’un peu de bon sens pour comprendre que l’énergie fossile, qui ne peut être renouvelée, sera un jour, disparue.

Que faisons nous aujourd’hui pour satisfaire  cette demande si importante, amenée à croître?

Rien du tout, ou si peu.

Depuis la création du four solaire d’Odeillo, et l’usine maréemotrice de la Rance rien ou si peu n’est fait pour proposer des voies alternatives à cette demande en essor.

En France le tout nucléaire ? Mais et les déchets ? Quant au risque de contamination, surtout n’en parlons ps n’est ce pas ?

Sinon on exploite les derniers gisements de pétrole, de gaz, et on casse la roche au détriment de la nappe phréatique. Avec la pollution qui va bien.

Il est urgent vraiment aujourd’hui de faire pression sur l’ensemble des Etats du monde, sur les politiques et les financiers.

Car je n’ai pas envie de finir en mangeant du « soleil vert« .

 

par Mecanopolis

 

 

Décroissance, énergie et population.

dimanche 24 juillet 2011 204

L’édito de l’ancien sénateur René  Trégouet qui sait de quoi il parle sur la fusion thermo nucléaire me laisse perplexe.

Je n’ai bien sur pas tous les éléments en main pour en débattre.

Je suis perplexe non pas par les nouvelles possibilités que la théorie d’Einstein nous ouvre (vous savez ? E=MC2, mais pas forcément mon amour ), mais par la teneur de cet article qui nous engage sur l’avenir avec comme seule solution possible cette énergie à pléthore voulue par l’Europe (les américains aussi sont dans la course) en ridiculisant au passage les faibles possibilités des énergies renouvelables.

Je suis perplexe car une fois encore on nous demande de donner les clefs du monde à un groupe de personnes qui ont peut être raison (ou peut être pas) sans vraiment savoir pourquoi. Et ensuite il sera trop tard pour modifier le tir.

Les chiffres annoncés sont impressionnant :

Chiffres impressionnants donc. Au prétexte que la demande mondiale d’énergie va progresser il nous faut foncer tête baissée dans le développement d’une énergie qu’il va nous falloir apprendre à maîtriser. Car le chemin est encore long. 2050 au bas mot…..
Pendant ce temps le budget de la recherche sur cette future nouvelle technologie explose.
De la recherche il en faut. De nouvelles technologies aussi. Je les apprécie énormément. Tout ce qui peut m’assurer un meilleur confort tout au long de ma vie en particulier.
Le siècle dernier aura été le siècle de la modernité, celui des sciences et des découvertes, dans tous les domaines. Bons et moins bons.
Les transports, la médecine, l’alimentation, les loisirs ont été les piliers du progrès social de l’humanité (enfin une toute petite partie, même si le monde entier ,virtuellement, est susceptible d’en profiter, à condition d’avoir l’argent pour). Et ce grâce à la recherche, la mise au point de nouvelles technologies.
La résultante de cet article est la peur de l’avenir.
Certes  il est nécessaire de gérer autrement. Nous ne pouvons continuer à dépouiller cette terre jusqu’à la faire ressembler à notre vieux satellite, criblé d’impacts parce que sans atmosphère.
Nous ne pouvons continuer à vivre sur des matières non renouvelables. Que ce soit pour l’énergie ou la fabrication d’objets élaborés nécessaires à notre vie ou nos loisirs.
Sinon, le monde court à sa perte.
Les tenants de la décroissance en sont convaincus.
http://www.decroissance.org/
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9croissance_(%C3%A9conomie)
Mais que ce soit clair : cette nouvelle et éventuelle future technologie, comme bien d’autres d’ailleurs, comporte certainement des risques.  On ne joue plus avec des allumettes mais avec l’atome. Ce si petit atome qui provoque de si grands effets.
Déjà que des technologies bien établies sont capables de provoquer des désastres sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Il suffit de voir les méfaits d’une plate forme de pétrole au large de l’Amérique, la déforestation à outrance, le japon nucléarisé, les schistes bitumineux et leur cortège de mauvaises nouvelles écologiques, les déchets nucléaires dont on ne sait toujours pas vraiment quoi faire et que l’on va léguer pour des milliers d’années à nos futurs enfants s’ils sont capables de nous survivre…
Il faudrait de petites quantités par réacteur. Soit, mais donc encore un produit qui ne sera pas inépuisable. Ensuite ?
Le second produit serait « relativement  » facile à produire…Mais encore ?
Pas de catastrophe possible. Qui peut l’affirmer aujourd’hui? Vu les quantités d’énergie en jeu, on n’en est plus à la simple escarbille de charbon dans l’oeil.
Enfin l’élément radioactif ne persisterait que 12 ans. Soit, mais encore? Et pendant ces douze années?
Le mot de la fin de cette démonstration ce sont les futures retombées économiques.
Oui, bien sur; peut être. Et  le profit sera partagé par tous ?
Si jamais effectivement cette technologie « prometteuse » voit le jour, ce sera encore pour augmenter l’appauvrissement de l’ensemble du monde. Du monde physique par une nouvelle utilisation accrue de ses possibilités; et oui, 9 milliards d’humains à faire vivre….
Cette technologie fera franchir à l’humanité un nouveau pas en avant. Pour en faire quoi ?
Le monde n’est pas glorieux, et triste actuellement.
Ses ressources s’épuisent, la plus grande partie de la population n’a d’ailleurs pas d’autre choix que de l’épuiser pour tenter de survivre.
Je ne suis pas contre les nouvelles technologies et la recherche; je suis même un fervent partisan de celle ci.
A condition de ne pas oublier l’humain, et son humanité.
Et l’humanité à son mot à dire.

Heure d’été heure d’hiver

vendredi 29 octobre 2010 301

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-75109QE.htm

Très intéressante réponse ministérielle.

On est maintenant loin des années 1974, qui restauraient l’heure d’été pour de subtiles économies d’énergie suite à la crise pétrolière…..

La directive européenne instaurant l’heure d’été dans l’ensemble des pays membres est axée principalement non pas sur le bien être des populations, mais sur la bonne marche de l’économie, afin de fluidifier les échanges au sein de l’Europe.

Pourtant des voix se sont toujours élevées depuis le début sur d’une part les difficultés à s’habituer aux changements physiologiques que ce décalage impose à l’organisme, et d’autre part,  sur l’inutilité de cette mesure, les économies d’énergies n’ayant jamais été démontrées !

On lit ici : « Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. »

Et : « Le changement d’heure a permis d’économiser en 2009 440 GWh en éclairage, soit la consommation d’environ 800 000 ménages. Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l’émission de 44 000 tonnes de CO2. En 2030 la réduction globale des émissions due au changement d’heure pourrait être de 70 000 à 100 000 tonnes de CO2. »

En fait aucune étude sérieuse sur les éventuels avantages ou les économies d’énergies prévues.

Et le Sénat discute toujours de son utilité, mettant à mal l’analyse actuelle gouvernementale.

Quelle sera demain la pénurie première?

lundi 24 mai 2010 143

Nous avons tous en mémoire la question de l’eau, qui, si elle recouvre la plupart du globe n’est nulle part quasi potable. A tel point que les ressources diminuent, que dans le désert on gaspille l’eau fossile pour arroser les mais de Khadafi, désert qui avance d’ailleurs à grandes enjambées, et que la conquête de l’eau par canaux ou barrages interposés fait aujourd’hui partie de la politique de conquête de certains pays (la Turquie par exemple).

L’alimentation est une autre des questions existentielles préoccupantes, quand un milliard au moins d’êtres humains ne mangent pas à leur faim.

La pénurie de carburant (le pétrole en premier) est une autre des sources de conflit. Et d’inquiétude.

La pénurie de jeunes peut aussi inquiéter les générations plus âgées, dans une moindre mesure. La question mérite d’être pourtant posée alors que le renouvellement n’est pas suffisant pour combler les générations.

Certains emplois sont aussi menacés….selon l’OMS, il manquerait dans le monde plus de 4,5 millions de personnels de santé….

Mais le gagnant toute catégorie sera l& pénurie d’énergie non pas pour faire tourner nos ordinateurs, mais pour les refroidir : plus de 50% de l’énergie utilisée pour les ordinateurs n’est pas envoyée vers les processeurs mais vers les systèmes de refroidissement !!!

D’ici à ce qu’on nous demande d’arrêter les ordinateurs et les wii; il n’y a pas loin !

La solution de refroidissement par eau chaude pourra t-elle nous sauver ?

Difficile à mettre en oeuvre l’écologie, surtout dans l’informatique

lundi 26 avril 2010 115

Et c’est particulièrement éclairant sur les nouveaux défis de notre monde de demain.

Pendant l’été de chaleur si meurtrier pour les humains, combien de climatiseurs installés pour les machines, et combien pour les humains?

Demain nous manquerons peut être d’énergie, si une solution rapide n’est pas trouvée; mais en tous cas, la priorité sera pour les machines. http://www.lesechos.fr/journal20100412/lec1_les_strategies/020454595569.htm

Les nouvelles technologies de l’énergie à Singapour

vendredi 18 septembre 2009 260

Les nouvelles technologies de l’énergie à Singapour

« Aussi, à l’instar de ce qui a été entrepris il y a une trentaine d’année pour promouvoir le secteur biomédical à Singapour, les organes gouvernementaux tentent désormais d’équiper l’île d’infrastructures de pointe et de main-d’oeuvre qualifiée pour répondre aux futurs besoins des industries du secteur de l’énergie. Pour ce faire, ils n’hésitent donc pas à investir dans des programmes d’expérimentation des NTE et tenter d’attirer des experts de renommée mondiale pour former les singapouriens. »

Je le répéte maintenant depuis un certain : c’est cela que nous devons faire, sans nous occuper de l’argent dépensé, sinon dans ce but de futur investissement productif; mais pour cela il nous faut décupler tous azimuts nos possibilités de recherches et de recherche applicative.

Seule cette optique nous permettra de surmonter notre retard dans les dix prochaines années.

Sinon, ne rêvons pas; d’autres feront à notre place, et nous n’aurons plus qu’à suivre.

Réduire les dépenses publiques ?

dimanche 19 juillet 2009 199

Dans une interview accordée à LCI, Mr TRICHET ( président de la Banque centrale européenne (BCE)) a exhorté la France en particulier, ainsi que les autres pays de la zone euro a réduire leurs dépenses, afin de ne pas porter atteinte à la confiance des citoyens.

Nous sommes, dois je le rappeler depuis la première crise pétrolière, et malgré diverses politiques économiques visant à rétablir notre pays, en récession.

Les mesures d’économie, les plans de réduction des budgets se succèdent sans discontinuer, alors que l’on nous annonce le probable effondrement de notre système de soins, ainsi que celui de nos retraites dans un avenir très proche.

La  dette atteindrait 77% du PIB !

Chiffre énorme, mais qui ne signifie pas grand chose.

Or le fait que nous dépassons du double (8%du pib) le déficit public autorisé par le pacte de stabilité européen, ce qui nous met bien évidemment dans les mauvais élèves de l’Europe, le poids de la dette n’est qu’un élément à prendre en compte parmi divers facteurs aussi importants.

Un Etat ne se conduit pas comme un ménage. Son budget ne dépend pas forcément des économies réalisées. Un bas de laine n’est pas forcément gage de bonne santé.

Or depuis 1973, et plus particulièrement les années 1980, le budget de l’Etat français est en déficit constant.

Cela ne serait rien, si la croissance économique pouvait nous permettre d’augurer de vraies recettes; il n’en sera rien pour les prochaines années. Et très probablement plus jamais. Sauf à prévoir une nouvelle expansion, du type « new deal » américain. Ou une découverte si improbable qui permettrait de ne plus payer l’énergie (encore qu’en ce cas, le chômage atteindrait des proportions plus que considérables…).

La réalité est la suivante : nous sommes en cessation de paiement dans un avenir très proche, ou en banqueroute, si l’on préfère.¢

Quelles sont les solutions qui s’offrent ?

Écouter Mr Trichet ?

Il y en a assez de ces plans d’économies mal ficelés, de ces dépenses parallèles qui augmentent plus vite que les économies. De plus, nous sommes loin du compte aujourd’hui. Si cela était peut être possible hier, cela ne l’est plus depuis 1975 et la création des ANPE, qui deviennent aujourd’hui les pôles pour l’emploi, complètement dépassés à ce jour et pour lesquels il va falloir dépenser sans compter pour faire face à l’afflux des futurs nouveaux chômeurs.

Continuer à fabriquer de nouvelles mesures d’économie, en ne remplaçant pas les fonctionnaires ou les salariés ?

Une simple goutte d’eau dans un déficit abyssal. Qui de plus apporte un mauvais service, heurte les populations inquiètes de l’avenir, et provoque mécontentements, créé les tensions que nous connaissons actuellement économiquement, et socialement.

Emprunter pour créer des facteurs de croissance (à condition que l’argent soit effectivement utilisé dans des constructions utiles et porteuses de bénéfice, ce que ne serait pas la rénovation de l’Elysée par exemple, pourtant nécessaire)?

Cela prouve simplement qu’il y a de l’argent, peut être pas aux endroits voulus, ou nécessaire mais…

Cela me rappelle les différents emprunts de l’Etat français, qui nous ont coutés souvent si chers et ont permis la naissance de l’augmentation facile des impôts indirects….

Ce n’est pas la solution; cependant c’est un phénomène à ne pas négliger.

Mais quand EDF emprunte pour demander dans le même temps une augmentation de 20% de ses tarifs….

Que nous reste-il ?

J’ai émis sur ces différentes pages, quelques propositions.

Nous n’avons pas le choix et nous devons parier sur l’avenir.

Deux axes sont à explorer :

  • Créer de la richesse avec par exemple, la recherche et le tourisme, qui sont nos deux fleurons.

Nous avons la chance d’avoir un pays magnifique, une notoriété mondiale. Exploitons la pour d’une part, offrir aux touristes des séjours remarquables et merveilleux, qui nous permettrons de créer de l’emploi.

Dans le même temps, cette notoriété, utilisons la pour promouvoir nos centres de recherches, nos savants, et faire venir le gratin de la recherche mondiale, à des conditions avantageuses que même les américains devront nous envier.

Nous devons, cependant, être capables d’accueillir ces étrangers, afin qu’ils se sentent bien et désirent rester chez nous. Un plan d’apprentissage des langues et de l’accueil, du service, doit être mis en place, à grande échelle.

A quoi servent les études d’aujourd’hui, si nous ne pouvons pas échanger avec le reste du monde et restons dans notre monde franco-français ou francophone (qui se réduit comme une peau de chagrin)?

Promouvoir nos ressources, nos richesses, afin de les vendre dans le monde entier. Nos derniers fleurons étaient par exemple l’aéronautique : de magnifiques réalisations, de retentissants échecs commerciaux.Nous ne pouvons nous permettre de voir se reproduire ce genre de dépenses inconsidérées qui nuisent à notre image, gaspillent nos ressources, et fabriquent de la misère.

Certaines pistes commencent à être exploitées : l’INA qui permet de proposer un catalogue de publications audio visuelles extrêmement important grâce à une mise en ligne pertinente, moyennant finances.

Mais est il normal de voir Google s’insérer dans nos bibliothèques, alors même que nous avons Gallica ?

La libre concurrence nous en avons vu les méfaits avec l’Ami, l’environnement détruit ou pollués

  • Mais tout cela est bien beau, ce n’est pas suffisant. Nous pouvons, nous devons être force de proposition. Nous devons nous mettre sans tarder à ériger le monde de demain, le monde de nos enfants. Il n’est pas acceptable que des millions, voire des milliards de personnes vivent en dehors des éléments qui composent notre vie occidentale industrialisée comprenant entre autre l’hygiène, l’eau potable, l’alimentation et la santé.

Il est de notre devoir, de notre responsabilité d’hommes et de femmes de faire enfin fi des finances et partager équitablement les ressources qui nous appartiennent en commun.

Il n’est pas normal d’accepter que certaines régions ou monuments deviennent patrimoine commun de l’humanité, quand des personnes meurent de faim ou de maladie.

Nous avons un changement de mentalité terrible à assumer.

Nous avons besoin d’expliquer, de proposer et de convaincre. C’est un challenge, mais un challenge vital.

Sinon, demain, c’est à dire dans les prochaines années, notre monde éclatera, et nos petites vies tranquilles n’auront plus vraiment de prix….