Posts Tagged ‘emploi’

Maintenant on va pouvoir travailler.

dimanche 7 septembre 2014 249

Et si maintenant, notre président de la république se comportait en président?

Il n’a plus rien à perdre.

Passons sur le peu glorieux brûlot de la femme trompée, qui aurait pu être évité, mais qu’il devra supporter longtemps.

Valérie Trierweiler aurait pu s’en dispenser de ce livre. Elle n’en sort pas grandie. Et c’est dommage, car , en définitive, je l’aime bien, cette femme. Comme j’ai aussi aimé Anne Sinclair et Cécilia Attias .

Leur détermination, leur vivacité, et ce front commun qu’ont ces femmes touchées par la vie.

J’espère pour Valérie Trierweiler qu’elle réussira à se reconstruire. Et à pardonner.

Mais si maintenant on passait à autre chose? Et très vite.

 

Je ne parlerais pas politique, notre président est assez malin pour s’en occuper.

Mais de La France , et des français.

Vous avez deux années, monsieur le président, pour faire ce que vous avez promis.

En deux années on peut accomplir des miracles, seul et contre tous. Et vous vous avez tout l’appareil d’Etat derrière vous.

Et les mains libres pour avancer.

Saisissez cette chance que vous avez. Vous pouvez accomplir un miracle.

 

A condition de le vouloir, et d’avancer.

Vous n’avez pas le droit de vous retirer dans votre tour d’ivoire. Vous avez le devoir d’agir. Et de prévoir. De planifier un avenir pour la France.

Allez vous rester le président honni, et défait, ou bien être le visionnaire que l’histoire gardera et encenseras?

 

Ensemble, nous pouvons faire que l’avenir devienne beau. Pour tous.

Et couper l’herbe sous le pied à tous ceux qui vous croient, ou vous espèrent fini.

Donnez moi raison.

 

Ps: il y a plus important que le genre. Il y a la lecture, et l’écriture. Le numérique aussi, mais ensuite. Pour rédiger du code, il faut savoir placer lettres et signes.

 

Ah le travail. Quelle joie ! Quel bien être ! Source de vie et de bonheur !

vendredi 1 août 2014 212

Ce qui fait passer à l’étape supérieure, celle où les employés sont vraiment très heureux, c’est lorsque la communication tient une place particulière. «Ça se construit sur une échelle verticale. Quand les employés sont impliqués dans certains choix stratégiques, cela augmente leur estime en soi» , explique Mohamed Berhili, DG du groupe Hapimag.
Même si c’est parfois routinier comme travail, on doit sentir que l’on construit quelque chose, que l’on participe à l’amélioration du cadre de travail. Il faut aussi savoir partager cette vision avec l’ensemble des collaborateurs.  

http://www.lavieeco.com/news/la-vie-eco-carrieres/promouvoir-le-bien-etre-au-travail-une-demarche-rentable-pour-l-entreprise-23572.html

 

 

Mais pourtant le travail est intensifié ce qui génère des tensions à l’heure actuelle :

 

http://www.anact.fr/portal/page/portal/web/actualite/NOTINMENU_NEWS_DETAIL?p_thingIdToShow=38553643

 

D’ou une aide possible de l’Anact :

http://www.anact.fr/portal/page/portal/web/actualite/NOTINMENU_NEWS_DETAIL?p_thingIdToShow=36891638

 

La recherche du bien être au travail devient essentielle et particulièrement en ces temps incertains ou le chômage guette chacun et ou l’avenir n’est pas forcément rose, au moins au niveau du ressenti.:

http://www.anact.fr/web/dossiers/performance-durable/qvt?p_thingIdToShow=35625621

 

 

Et donc l’Ani serait une réponse au risque de stress ou risques psychosociaux :

 

http://www.anact.fr/web/actualite/essentiel?p_thingIdToShow=37961640

 

Le stress au travail ou les risques psychosociaux sont une réalité, plus personne ne le nie puisque l’ensemble des acteurs sociaux a posé la base d’un début d’actions, sans y avoir été invités par les pouvoirs publics :

« La plainte principale », rappelle William Pitchot, « c’est de ne pas pouvoir mener de front sa vie professionnelle et sa vie privée ». Il pointe plus particulièrement la situation « vraiment très très inquiétante » des familles monoparentales.

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_stress-au-travail-eviter-qu-un-debut-d-incendie-se-transforme-en-catastrophe?id=7886222

Les maux qui affectent la santé des travailleurs
s’inscrivent dans un processus
d’individualisation de la société et dans des
évolutions de l’organisation de la sphère
professionnelle qui ont participé à redéfinir le
travail mais aussi les rapports à la santé.
• Ces maux sont pensés comme étant
strictement liés à l’individu et à sa structure
psychique défaillante.

http://www.i-s-t.ch/fileadmin/users_datas/Actualites/Atelier_8_Meister.pdf

 

 « Je suis persuadé que si, consciemment, un employeur met en place un système qui fait que tout le monde va être beaucoup mieux reconnu, beaucoup mieux valorisé dans son travail, je suis sûr que quelque-chose d’aussi simple que ça aura un impact important, un impact colossal sur le bien-être au travail »« Il y a quelque-chose à changer »

D’où l’intérêt de prévoir en amont :

Une stratégie de détection précoce
des équipes à risque de vivre une
crise organisationnelle

http://www.i-s-t.ch/fileadmin/users_datas/Actualites/Atelier_6_Voirol.pdf

 

Un début de solution ? http://www.rtbf.be/info/societe/detail_trop-de-stress-au-travail-que-faire?id=7886258

Commentaire de la part de François Biebuyck

Inspirons nous des bons côtés des concepts qui ont fait leurs preuves: les managers scandinaves (ou j’ai travaillé 9 ans) travaillent beaucoup avec l’ergonomie prospective. L’ergonomie PROSPECTIVE étudie la pénibilité de l’activité de travail PENDANT TOUTE la procédure de développement de nouveaux systèmes, de constructions de bâtiments, de nouvelles routines, de nouveaux produits etc… .

Il faudra aussi :http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2013/01/15/cercle_62882.htm

Un peu plus au Nord, la Norvège a changé son code du travail (art.4.2) en 2006 (approche de contrôle) pour y intégrer un article exigeant que les entreprises mesurent les impacts sur la santé physique et psychologique des changements. Cette initiative est fort intéressante, car dès maintenant et dans les années à venir il faudra outiller les entreprises pour mieux évaluer et agir sur les impacts humains des changements.


En savoir plus sur http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2013/01/15/cercle_62882.htm#FDtKfh2lJxFSm9iM.99

 

La solution dans la méthode Toyota ? En l’appliquant correctement alors !

http://www.lapresse.ca/debats/votre-opinion/201211/09/01-4592262-la-methode-toyota-pervertie.php

 

Je la verrais plutôt dans un système utopique qui pourtant serait la meilleure et plus simple solution : le réseau d’entraide déjà fortement implanté au Canada :

http://www.emploiparlonsnet.fr/le-point-sur/comment-le-quebec-lutte-contre-les-risques-psycho-sociaux

Et dans le système Danois ou la confiance est bien partagée :

La confiance est celle de la parole donnée, celle qui sous tend également les rapports hiérarchiques, la participation des salariés et qui conduit les partenaires sociaux à rechercher des accords plutôt que de s’en remettre à la loi pour trancher les différends

http://www.anact.fr/web/International/Bonnes_pratiques_detail?p_thingIdToShow=26069597

 

Il y va de la survie des entreprises :

il y va de la survie des entreprises. «La mondialisation et donc la compétition internationale requièrent plus d’intelligence collective, c’est-à-dire plus d’autonomie, plus de responsabilité, plus de créativité, plus de réactivité et plus de coopération. Le stress qui débouche de plus en plus sur de la souffrance inhibe et réprime progressivement mais sûrement les capacités de la performance individuelle et collective», explique-t-il.

http://www.lavieeco.com/news/la-vie-eco-carrieres/promouvoir-le-bien-etre-au-travail-une-demarche-rentable-pour-l-entreprise-23572.html

ET c’est valable économiquement :

Le modèle finlandais montre la voie :

 

Lorsque nous investissons un dans le bien-être au travail, nous avons un retour de quatre. »

http://www.anact.fr/web/International/Bonnes_pratiques_detail?p_thingIdToShow=25697598

 

« Cela ne peut se faire que parce que chacun y trouve son compte. »

Pendant ce temps :

Le chômage des personnes en situation de handicap aurait progressé de plus de 60% ces 4 dernières années.

http://www.anact.fr/portal/page/portal/web/actualite/dans-les-medias/dans-les-medias-detail?p_thingIdToShow=35543609#.U9Ui8ON_uo4

Michel Sapin ne contredit pas mon analyse puisqu’il ouvrait les 4èmes rencontres parlementaires sur la Santé et le Bien-être au travail en visant le bien être au travail :

http://travail-emploi.gouv.fr/actualite-presse,42/discours,2142/discours-de-michel-sapin-4emes,17498.html

C’est pourquoi le BET (bien être au travail) doit être la clef de nos organisations :

« un état psychologique résultant
d’un rapport positif aux autres, à soi,
aux temps et à l’environnement
physique de travail »

http://www.i-s-t.ch/fileadmin/users_datas/Actualites/Atelier_8_Loup.pdf

Le fin des fins?

Avec l’aide de l’ergonomie prospective sans doute :

http://www.canal-u.tv/video/universite_de_lorraine/histoire_s_de_l_ergonomie_7_7_prospective_perspectives_sur_le_futur_de_l_ergonomie.11586

Il n’y a rien à inventer aujourd’hui ; tout a déjà été dit :

LE TRAVAIL ET L’HOMME en 1959 ! traite de la relation au travail :

« L’homme trouve dans le travail joie et apaisement « .

http://www.rencontres-int-geneve.ch/volumes_pdf/rig14.pdf

On y parle pourtant déjà de chômage…

De la joie à la blessure autrement dit  ou de la non considération comme source de stress :

http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/stress_et_travail.htm

Pour aller plus loin: les risques psychosociaux au travail 

Et :

Ce phénomène est parfois traité par les entreprises de service, qui proposent des prescriptions purement comportementales. Un salarié en surcharge aura naturellement, du fait d’un mécanisme neurobiologique[1], tendance à devenir plus agressif. Pour éviter les répercussions de cette agressivité, les entreprises américaines; pionnières dans la standardisation du service, ont inventé ce qui peut être nommé le travail émotionnel (emotional labor). Un salarié de Disney ou de McDonald se doit de sourire aux clients même s’il est agacé. Afin de réguler les conséquences comportementales de la surcharge de travail, la tentation est grande de prescrire les « bons comportements ».

http://psychologiepositiveautravail.blogspot.fr/2008/09/de-la-charge-de-travail-la-charge.html

C’est quoi le travail?

samedi 12 janvier 2013 11

A l’heure de négociations salariales

http://www.leparisien.fr/economie/accord-sur-l-emploi-plus-de-flexibilite-pour-les-entreprises-12-01-2013-2475087.php

épineuses  et difficiles, avec à la clef le maintien ou pas d’un certain niveau de vie, et d’une stabilité sociale, il est peut être bon de revenir sur la notion de travail.

 

Si vous écoutez un peu les uns et les autres, la connotation liée au travail a toujours été, et plus particulièrement ces dernières années la pénibilité de celui ci.

Ce n’est pas seulement le travail en lui même qui incite à penser aux souffrances entraînées par lui, mais aussi l’utilisation du travail qui est faite au détriment des travailleurs :

« Malheureux celui qui construit son palais au mépris de la justice, et

ses étages au mépris du droit; qui fait travailler (‘bd) les autres pour
rien, sans leur donner de salaire (p’Iu>) Or 22,13). »

Le travail est un » poids accablant ».

Faut il s’y résigner ?

« Pourtant, cette vision du travail, toute optimiste qu’elle soit, crée une
résignation face à l’ordre établi, puisqu’elle légitime et justifie théologiquement la
distribution des tâches et la répartition sociale »

Pas forcément si l’on considère que le travail  est  » constructif qui permet le profit et le succès.  »

Pour certains seulement…. Il est surtout acteur de l’inégalité sociale.

« Dans une société où les emplois sont de plus en plus précaires, nous disons avec les Evêques

des Etats-Unis : « le travail étant si important, les hommes et les femmes ont droit
à l’emploi ».

Il faudra tenir compte compte de cette donnée dans l’explosion du concept même du plein emploi au profit du travail précaire.

C’est pourquoi l’éclairage de l’article « « La conception du travail dans la Bible et dans la tradition chrétienne occidentale » » est intéressant. (URI: http://id.erudit.org/iderudit/602426ar DOI: 10.7202/602426ar)

 

Appels téléphoniques : le rappel systématique verra t’il le jour ?

vendredi 11 février 2011 41
C’est la plus intéressante des propositions annoncée suite à la question de monsieur le sénateur Roland Courteau.

Sauf que le gouvernement n’est toujours pas à jour légalement !


Il y a encore beaucoup de progrès possibles. Et ce ne sont pas les contraintes techniques ou administratives, qui, à elles seules, peuvent dédouaner l’Etat.
http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ100513537

Non-publication du décret sur la liste des numéros spéciaux accessibles gratuitement
13 ème législature

Question écrite n° 13537 de M. Roland Courteau (Aude – SOC)
publiée dans le JO Sénat du 20/05/2010 – page 1264
M. Roland Courteau rappelle Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi que la loi n° 2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique prévoit, dans son article 55, « qu’un décret en Conseil d’État détermine, chaque année, la liste des services sociaux mettant à la disposition des usagers des numéros d’appel spéciaux accessibles gratuitement depuis les téléphones fixes et mobiles ».
Il lui indique qu’il l’a interrogée à plusieurs reprises sur cette non-publication du décret, sans qu’il n’y ait jamais eu d’explication véritable quant aux raisons précises qui conduisent le Gouvernement, 6 années plus tard, à persister à ne pas respecter la volonté du législateur.
Il lui demande une nouvelle fois de bien vouloir lui fournir toutes explications.
>Transmise au Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l’État

Réponse du Ministère du budget, des comptes publics , de la fonction publique et de la réforme de l’État
publiée dans le JO Sénat du 10/02/2011 – page 318
L’amélioration de la qualité de l’accueil téléphonique et la réduction du coût des appels ont été identifiées, dès 2007, comme des actions prioritaires de la révision générale des politiques publiques (RGPP). La qualité de l’accueil à distance et la maîtrise du tarif des communications téléphoniques à destination des centres d’appels de l’administration constituent une préoccupation forte des usagers. Pour cette raison, dès le premier Conseil de modernisation des politiques publiques, le 12 décembre 2007, le Gouvernement a pris plusieurs décisions pour améliorer l’accueil téléphonique des services publics et en limiter le coût pour les appelants. Récemment encore, des centres d’appels de la sphère publique répondaient à des numéros dits de « service à valeur ajoutée » (SVA) et plus précisément, appartenant à la catégorie des numéros surtaxés, telle que l’a définie l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) dans sa décision n° 08-0512 du 6 mai 2008. Or, ces numéros se caractérisent par l’application d’une surtaxe exclue des forfaits proposés par les opérateurs de communications téléphoniques. Cette situation suscitait naturellement le mécontentement des usagers et dégradait l’image de leur accueil à distance. Sous l’impulsion du ministre chargé de la réforme de l’État, les principaux centres d’appels ont entamé une baisse progressive de leurs tarifs. Les résultats sont d’ores et déjà visibles pour les appels émis à partir de téléphones fixes car d’importants efforts ont en effet été réalisés par les administrations pour mettre un terme aux pratiques de surtaxation. Pour l’usager, le coût moyen d’une communication vers un centre d’appel public à partir d’un poste fixe a été divisé par deux et le coût à la minute a été divisé par trois. Sur une base initiale de 76 M€ en 2007, la facture téléphonique annuelle des Français utilisant les principaux centres d’appels de l’administration a été réduite de près de 13 M€ en 2008 (- 17 %) et de 28 M€ en 2009 (- 38 %). Il est constaté en particulier que le passage au tarif local depuis un poste fixe est achevé pour les principaux centres d’appels tels que ceux du Pôle emploi (3949), des « centres impôts et prélèvement services », du portail téléphonique de l’administration (Allô service-public 3939), des douanes et de l’assurance maladie. Les branches famille et vieillesse du régime général de la sécurité sociale ont amorcé une forte baisse de tarif au premier trimestre 2008 en réduisant le coût d’appel de 0,12 à 0,09 € par minute sans toutefois rejoindre la tarification d’un appel local. Néanmoins, la CNAV et la CNAF se sont engagées à passer au tarif local depuis un téléphone fixe au cours de l’année 2010. Des résultats significatifs ont été obtenus et des axes d’approfondissement ont été identifiés. En étendant au cours de l’année 2010 la réduction des coûts aux appels passés à partir des téléphones mobiles, la facture annuelle précitée de 76 M€ pourrait encore être diminuée de 48 M€ (- 63 %). Cependant l’extension de cette mesure RGPP aux appels passés depuis un mobile est plus complexe à mettre en oeuvre et se heurte à des contraintes techniques et réglementaires liées aux spécificités des modèles tarifaires de la téléphonie mobile. En dépit de ces difficultés, l’intervention du législateur à deux reprises en 2008 a permis de mettre fin à la pratique des appels surtaxés dans le cas spécifique des numéros de renseignements téléphoniques et des fournisseurs d’accès à Internet. Par ailleurs, le 11 mars 2009, le ministre du budget chargé de la réforme de l’État a cosigné avec le secrétaire d’État chargé de l’industrie et de la consommation un courrier à l’attention de la Fédération française des télécoms, appelant les opérateurs à intégrer dans leurs forfaits les appels au départ des mobiles vers les numéros SVA au « prix d’un appel local pour les fixes ». Dans ce cadre, le secrétaire d’État chargé de l’emploi a mené une négociation ad hoc avec les opérateurs. Il a ainsi obtenu la banalisation des appels au départ des mobiles et des « box » vers le numéro du Pôle emploi à compter du mois d’avril 2009. Pour prolonger cet effort, il a été rappelé, tant aux ministères qu’aux opérateurs publics, que les principes de banalisation des appels et de prise en compte des aspects tarifaires sont des composantes essentielles du choix d’attribution des marchés publics de centres d’appels. La mise en oeuvre prochaine du décret prévu par la loi pour la confiance numérique participe du même objectif. Le Gouvernement entend prendre le décret en Conseil d’État prévu par l’article 55 de la loi n° 2004-575. Ce texte, en cours de préparation dans le cadre de travaux interministériels, permettra notamment d’officialiser une première liste de numéros gratuits d’accès aux services publics. En complément des numéros gratuits disponibles et de ceux ramenés au tarif d’un appel local, le Gouvernement envisage de généraliser, au sein des administrations et des opérateurs de la sphère sociale, le rappel des usagers qui en feraient la demande. Ce dispositif, qui ne nécessite aucun préalable technique, aurait l’avantage de soulager les usagers qui le souhaitent, du coût de la communication avec le service sollicité.

Emploi pour trois millions de personnes.

samedi 25 décembre 2010 358

J’inaugure de nouvelles rubriques sur l’entraide et le partage, l’échange et le don.

Et pour commencer j’ai besoin de trois millions d’emploi, de vrais emplois, pas des jobs précaires payés à la petite semaine, ou non payés.

Donc les arnaqueurs s’abstenir. Les employeurs malsains aussi.

Je recherche trois millions d’emplois pour trois millions de chômeurs. Trois millions de chômeurs, qui, quoi que je puisse entendre, veulent travailler, veulent pouvoir être fiers de leur travail, et de leur argent gagné.

Ceux qui ont la possibilité de fournir ce travail, ces salaires, contactez moi.

Et ce n’est pas un canular.

Je suis sérieux.

Rien que dans ma ville il en faudrait plusieurs milliers.

Ensemble nous pouvons y arriver. Ensemble nous pouvons le faire.

La fin du fonctionnaire ?

mardi 7 septembre 2010 249

Un article de la loi n° 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique a modifié profondément le statut durable par définition de l’emploi public.

Cet article est pourtant passé inaperçu à l’époque.

Il s’agit de l’article 21 qui « a modifié les trois lois statutaires et le code du travail pour autoriser les administrations de l’Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ainsi que les établissements publics hospitaliers à faire appel à une entreprise de travail temporaire dans certains cas. »

Passe inaperçu il revient cependant au gout du jour par une circulaire d’application NOR:MTSF1009518C Circulaire du 3 août 2010 relative aux modalités de recours à l’intérim dans la fonction publique.

http://www.circulaires.gouv.fr/pdf/2010/08/cir_31648.pdf

A mon sens, mais nous attendrons les gloses de nos juristes pour entériner cela, cet article annonce la mort quasi certaine du fonctionnaire tant galvaudé par Courteline dans ses ronds de cuir.

C’est la porte ouverte par le secret de lignes comptables ouvertes à cet effet à la main mise de l’emploi précaire, créateur de pauvreté et de tensions, de personnes n’ayant ni le choix, ni la possibilité de refuser quoi que ce soit, ou de se rebeller contre des directives mal fondées.

Les recours possibles couvrent à peu près toutes les possibilités offertes dans le domaine privé du travail.

C’est entériner la précarisation, le choix d’une fonction publique au rabais.

Plus rien ne pourra justifier une création de poste puisqu’en cas de manque de main d’oeuvre le recours à l’intérim permettra de faire face à un surcroit d’activité, alors même que la cause ne sera changée ou modifiée.

Le fonctionnaire a vécu, vive le fonctionnaire au rabais.

L’obligation d’emploi des handicapés…..

mercredi 7 juillet 2010 187

Bien mise à mal, cette obligation. De report en report, elle ne concerne plus grand monde….

Espérons que dans 6 mois une nouvelle mesure ne sera pas exonérante !

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-70136QE.htm

13ème législature

Question N° : 70136 de M. Jean-Marie Morisset ( Union pour un Mouvement Populaire – Deux-Sèvres ) Question écrite

Ministère interrogé > Travail, relations sociales, famille, solidarité et ville Ministère attributaire > Travail, solidarité et fonction publique

Rubrique > handicapés Tête d’analyse > insertion professionnelle et sociale Analyse > perspectives

Question publiée au JO le : 02/02/2010 page : 1039
Réponse publiée au JO le : 06/07/2010 page : 7687
Date de changement d’attribution : 22/03/2010
Date de renouvellement : 11/05/2010

Texte de la question

M. Jean-Marie Morisset alerte M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville sur les inquiétudes des membres de l’Association des paralysés de France (APF), suite au report de 6 mois des surcontributions financières pour les entreprises n’embauchant pas suffisamment de personnes en situation de handicap. Pourtant, il suffirait aux entreprises de conclure, a minima, un contrat de sous-traitance avec des entreprises adaptées. De plus, l’Agefiph a financé, entre 2008 et 2009, une opération spécifique de diagnostic d’accompagnement vers des solutions de recrutement auprès de 28 000 établissements visés par la surcontribution. Suite à cette opération, 70 % d’entre eux n’étaient plus concernés par cette contribution. Aussi, il lui prie de bien vouloir lui indiquer la position du Gouvernement en la matière.

Texte de la réponse

Le ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique a pris connaissance avec intérêt de la question relative à l’obligation d’emploi des travailleurs en situation de handicap. Les établissements de plus de vingt salariés qui, de 2006 à 2009, n’ont réalisé aucune action positive au titre de l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés (OETH) doivent acquitter une cotisation réévaluée à 1 500 fois le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) horaire. Cette disposition s’applique à compter du 1er janvier 2010 pour l’OETH due au titre de l’année 2009. Sans remettre en cause cette disposition de la loi du 11 février 2005, qui constitue une avancée importante pour l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, le Gouvernement a décidé que sa mise en oeuvre sera appréciée avec souplesse pour les établissements de moins de cinquante salariés compte tenu du contexte économique exceptionnel et des difficultés spécifiques qu’ils rencontrent pour remplir leur obligation d’emploi compte tenu de leur taille. Les établissements concernés bénéficient donc d’un délai supplémentaire de six mois, soit jusqu’au 30 juin 2010, pour réaliser une action positive leur permettant de ne verser qu’une contribution calculée en fonction de l’effectif de l’entreprise. À défaut d’action positive, les établissements devront s’acquitter d’une contribution au titre de l’OETH 2009 sur la base de 1 500 fois le SMIC horaire. Cette souplesse exceptionnelle, temporaire et limitée, doit permettre de mettre sous tension les établissements concernés et ainsi produire des effets positifs sur l’emploi direct ou indirect des travailleurs handicapés.

Et maintenant un emploi; c’est promis…

jeudi 18 mars 2010 76

Nouveau spam sorti tout droit de l’imagination débridée de personnes mal intentionnées qui en veulent à votre portemonnaie, ou à votre détresse.

Bien évidemment, ne souscrivez pas à ce genre de programme; qui a tendance à se multiplier en ce moment.

SERVICE TOYOTA WORLDWIDE

SESSION DE RECRUTEMENT 2009

337-339 Haydons Rd
London, SW19 8LA, United Kingdom

Accord de publication N° 0122 / S-18/ 197582
DIRECTEUR DES PROGRAMMES DE TOYOTA
Cadres et Jeunes diplômés Bienvenus

OFFRE D’EMPLOI-SESSION : 2010-2011

E-MAIL: ser.toyota@yahoo.fr

E-MAIL REPRESENTATION:depot.dossier@yahoo.fr

TEL:+44701113 74 85/ +22999 924 554

Dans le souci de promouvoir ses activités, TOYOTA chargé de la construction des voitures et fabrication des pièces de rechange choisi de créer une succursale aux États-Unis puis en suisse. Dans cet objectif nous remarquons une manque de main d’œuvre. Pour cela nous décidons de lancer une offre d’emploi dans tout le monde entier y compris l’Afrique. Pour ceux ayant au moins le baccalauréat doit se postuler en fournissant :

-Copie de carte d’identité ou passeport

-Deux photos d’identités

-Diplômes obtenus (BAC + autre diplôme si possible)

Pour ceux n’ayant pas un diplôme scolaire jouerons le rôle d’ouvrier et doivent fournir :

-Copie de carte d’identité ou passeport

-Deux photos d’identités

– Diplômes obtenus (Différent du BAC)

Comme vous l’aviez lu nous avons deux succursales, alors vous devez en choisir un pays de travail entre la Suisse et les Etats-Unis. N’oubliez surtout pas d’opter pour un poste de votre choix(choix pour ceux qui ont le BAC).Les sans Bac seront des ouvriers et bien payés mais moins que les diplômes avec BAC.

De plus nous aimerons parcourir tout le monde entier en installant des succursales. Alors nous cherchons également des bailleurs de fonds ou quelqu’un capable de nous représenter dans son pays. Si vous êtes capable de l’être vous devez disposer de :

-Copie de passeport

-Diplômes obtenus

-Capital disponible (car vous allez devoir avoir un avocat qui vous aidera a payer une assurance auprès de notre assureur

La direction qui s’occupe de ces activités est situé a Londres que vous pouviez contacter a tout moment a l’adresse :

Email :ser.toyota@yahoo.fr

Email de  depot de dossier: depot.dossier@yahoo.fr

Tel : +4470111 37485

Tel: +2299  9934 554

Il est le seul a s’en chargé de cette initiative. Confirmez leur également le type d’agence de transport que vous disposez. Entre DHL et UPS.

Nous sommes en recherche de 25000 diplômés avec le bac et 35000 sans le bac.

Pour les bailleurs de fonds veuillez bien fournir les informations demandées.

Merci de bien vouloir nous contacter. TOYOTA SERVICE

« UN NOUVEAU PACTE SOCIAL EST NECESSAIRE EN FRANCE »

samedi 28 novembre 2009 331

« UN NOUVEAU PACTE SOCIAL EST NECESSAIRE EN FRANCE »

Tiens, le président du Sénat Gérard Larcher, suggère un nouveau pacte social (basé sur les idées allemandes).

Il nous avait habitué à de plus curieuses propositions…

Un nouveau pacte social, c’est ce qui aurait du être envisagé avec la réforme de la réduction du temps de travail, qui fut une occasion ratée.

Nous verrons ce qui ressortira de cette idée.