comment vivront et respireront nos enfants sur cette terre ?

C’est la conclusion d’un article de Norbert Lypsick disponible ici.

Ce que j’en retiendrais hors son interprétation du développement durable appliqué à l’agriculture ou aux médicaments, c’est « il y a assez de place pour nos besoins, pas pour notre avidité ».