Posts Tagged ‘13 novembre 2015’

Le 7 janvier j’écrivais….

dimanche 15 novembre 2015 318

Le sept janvier 2015, le jour des attentats sanglants de Charlie Hebdo j’écrivais « Les futurs terroristes devront donc être des kamikazes, car ils sont certains de trouver eux aussi la mort. »

Si j’avais pu me tromper !

Malheureusement, les attentats d’hier confirment ma pensée de ce début d’année terrible.

Nous allons au devant de nouvelles atrocités qui sont le seul moyen d’expression possible (d’après eux) de certaines catégories de personnes.

Ce matin,Paris semblait paralysée.

Cet après midi, des scènes de recueillement  sur Paris mais aussi partout ailleurs.

Hier, le monde entier, ou presque se levait pour offrir à la France le plus beau témoignage qu’il pouvait lui offrir d’amitié et de compassion.

Lundi, toute l’Europe sera recueillie dans une minute de silence. Et le monde entier nous regardera;

Ce qui est le plus émouvant  dans ce malheur c’est les élans de solidarité grandioses qui voient le jour depuis quasiment le premier moment. Les gestes des premiers sauveurs, les donneurs de sang, les hommes et femmes en blanc qui sont revenus d’eux même travailler, les voisins, des gens qui ne se connaissent pas qui se parlent.

 

Et ils ont raison. Tout simplement raison.

 

Car la vie doit continuer. Le terrorisme ne passera pas. Un attentat arrivera peut être encore, malgré les mesures qui sont en train de se mettre en place.

 

Au delà des difficultés des mois qui viennent, au delà de la douleur, de la perte d’êtres humains, peut être nos femmes, nos enfants, nos conjoints,au delà de la politique politicienne (de l’indécence de certains tartuffes….), au delà des mots enfantés dans la douleur de ces moments qu’il m’est difficile de sortir tant les mots même forts sont peu pour rendre compte de ce qui vient de se passer, les gens, nos concitoyens, et les peuples du monde entier ont raison de vouloir montrer leur force, leur détermination, leur courage;

 

Ces attentats, cette nuit, rien ne pourra la faire oublier, et elle marquera notre histoire d’une pierre sombre.

Mais, comme je l’avais aussi écrit, rien ne pourra s’opposer au monde dit occidental dans sa lutte contre le terrorisme aujourd’hui aveuglément fanatique, de le combattre.

La guerre est déclarée. Nous allons la payer, très cher. Mais nous vaincrons;

 

Quant à moi, si je suis affecté par le malheur de familles endeuillées, et de toutes ces personnes traumatisées par ce qu’elles ont pu voir, entendre et subir (et je ne suis pas indifférent, loin de là), je suis dans un état de détachement extrême.

Je n’ai plus peur; je l’avais annoncé en janvier.

Bien sur, je ne sais pas et ne connait pas d’avance l’état dans lequel je pourrais être si j’étais pris en otage, et j’aurais certainement excessivement peur, sans doute serais je tremblant et apeuré, et très certainement j’aurais paniqué dans cette salle du bataclan. Je ne le conteste pas. L’émotion gouverne nos actes.

Mais malgré tout, et sachant pourtant que je pourrais souffrir, rien ni personne ne m’empêchera de vivre. Pas en France en tout cas. Ni ailleurs.

C’est bien pourquoi demain je serais dans la rue, dans Paris, pour une promenade dominicale, comme tant d’autres parisiens.

La peur ne pourra nous immobiliser ou nous contraindre. Ceux qui le croient n’ont pas compris que la démocratie sait se défendre quand c’est nécessaire.

Ensemble, nous sommes forts.

 

 

Lire l’article de Léa Bucci sur MadmoiZelle.comhttp://www.madmoizelle.com/attentats-paris-13-novembre-463157

 

 

Comme elle j’ai besoin d’écrire pour sortir ce qui est à l’intérieur.Et comme elle, je vous aime. Faites attention à vous.

Oui, Léa, nous sommes toujours là.