Un désengagement de la France sur la santé. Un premier pas vers la fin de la sécurité sociale ?*

mercredi 5 août 2015 216

Je n’aime pas , mais alors pas du tout. 40 millions d’euros, c’est combien par personne ??????

Et après pourquoi ne pas faire la même chose chez nous ?

Et surtout diminuer, (comme d’habitude) les fonds si nécessaires à la recherche ?

Non, je n’aime pas et je ne suis pas content. Si je me bats actuellement pour des malades en attente de reconnaissance ce n’est pas pour voir la France se désengager et diminuer son budget social ou de santé, en raclant des fonds de tiroirs…C’est indigne d’un grand pays.

C’est tellement mesquin, sans grandeur, triste, et surtout oublieux de l’avenir. Cette gestion à l’économie, à la petite semaine, sans vision, sans programme, ce n’est pas cela gouverner.

 

Tout cela pour payer une con-férence sur le climat qui ne débouchera sur rien, dont les engagements ne seront pas tenus et qui coûtera elle un fric fou pour la sécurité de nos têtes couronnées ou chauves…Pour un résultat demandé qui ne soignera pas de toute façon la planète…..

Si je vous disais que je connais des endroits en France ou l’on a retiré le tri sélectif…Aucun rapport me direz vous ? peut être, mais à votre avis, on en ait quoi de ces ordures non sélectionnées ? On les brûle pardi. Et cela augmente quoi ? Ben oui vous gagnez le pompon ! l’effet de serre.

 

Le  monde ne tourne vraiment pas rond, mais c’est toujours les pauvres et les déshérités qui paient, par la mort et la détresse. Pour eux, la vie tourne, court!

 

Si la France n’a pas les moyens, malgré son rang de quatrième, alors arrêtons les frais. Mais recentrons nous sur les vraies valeurs. Et certainement pas de futurs et tout aussi hypothétiques jeux olympiques. A propos ils nous ont coûté combien les précédents pour lesquels nous n’avions pas été sélectionnés?

 

Je suis vraiment en colère. Et je crois que je n’en ai pas terminé. Et encore je ne dis pas tout ce que j’ai sur le coeur…..Pendant ce temps des hommes tentent d’arriver au bout de leur périple, vers une terre promise insulaire…..Et ils n’ont d’autre choix que de tenter d’y arriver, ou de mourir.Comme encore aujourd’hui….

 

il serait peut être temps de demander comme en Grèce des élections anticipées?

 

 

 

http://www.collectifsante2015.fr/2015/07/29/a-la-faveur-de-lete-le-gouvernement-coupe-dans-la-sante-mondiale/#more-1777

 

 

 

La réponse du président de la république :

 http://www.collectifsante2015.fr/wp-content/uploads/2015/07/R%C3%A9ponse-de-Fran%C3%A7ois-Hollande-%C3%A0-GHA-France-Patrick-Bertrand.pdf

 

*Oui, bon, le titre n’est qu’accrocheur, ce n’est pas de cela dont il s’agit…Mais….

 

 

La Champagne, la nouvelle poubelle nucléaire de la France. A quel prix? Qui est gagnant dans cette affaire ? Le sénateur Longuet ?

dimanche 19 juillet 2015 199

C’est une honte écologique et politique.

Mais allons y. Puisque la France doit devenir une poubelle nucléaire, je propose que les déchets du monde entier viennent s’agglutiner sur nos territoires. Au moins on gagnera de l’argent……

barrl-159913_1280

Au vu des dépenses prévues on peut se demander pourquoi cet argent ne servirait pas plutôt à trouver une vraie solution pour les éliminer ?

 

L’écologie française est désastreuse, mais avec ce cavalier budgétaire on arrive aux sommets. c’est la gauche qui s’y colle ? je n’ose imaginer les diatribes vengeresses si cela avait été  la droite !

 

Ou passe le débat démocratique dans l’histoire ?

 

C’est excessivement grave, au niveau écologique, au niveau de la liberté, au niveau de la démocratie.

Et surtout c’est du grand n’importe quoi. Avons nous vraiment des personnes qui nous gouvernent ou sommes nous devenus une république bananière ?

 

http://www.boursorama.com/actualites/france-feu-vert-a-l-enfouissement-de-dechets-radioactifs-a-bure-d7d05a90e95be4d35950482e3689e6a5

 

La noirceur de la haine ne passera pas. Avez vous peur ?

samedi 27 juin 2015 177

Ce qui vient de se passer, une fois de plus, cette horreur sans nom, de lâches indignes de continuer à vivre (pourtant je suis contre la peine de mort !), que ce soit ceux qui ont pratiqué ces attentats ou ceux qui les ont commandité, m’incité à m’exprimer.

Les attentats de janvier m’ont anéanti. comme beaucoup d’autres faits. (les émeutes raciales par exemple aux Etats Unis, les enlèvements d’otages un peu partout dans le monde) , mais aussi tant d’événements qui nous attirent vers la barbarie plus surement encore que la guerre ( comme les massacres d’émigrés par des passeurs inhumains, les répressions de tentatives de démocratie dans tant de pays…..).

 

J’étais sur la place de la République…étonné par ce peuple qui me surprendra toujours. Ebahi par l’ampleur de ce mouvement de refus de la violence.

Je me suis recueilli comme tant d’autres aux emplacements des attentats parisiens…..

Ce n’était rien, mais j’estimais devoir y être.

Que se passe t-il donc ce jour ?

En dehors des commentaires journalistiques et de ces images passées en boucle?

A mon sens il ne se passe rien.

Et c’est bien. C’est la meilleure réponse que nous puissions faire après avoir démontré la puissance de notre union.

Qu’une surveillance dans la région lyonnaise soit mise en place, pourquoi pas, à titre de précaution.

Mais il n’est plus nécessaire, à mon sens, de redéployer un dispositif national lourd et coûteux.

Pourquoi?

 

Tout simplement parce que nous avons gagné cette guerre qui ne dit pas sans nom

Certes, nous pourrions avoir peur.Et c’est normal. Une bombe, une rafale de mitraillette, un coup de couteau peut arriver n’importe quand, aujourd’hui, n’importe où. Nous pouvons craindre que cela nous arrive personnellement, ou à nos proches.

Et donc oui, je suis inquiet. De cette crainte irrationnelle qui en se commande pas.

Mais je n’ai pas peur.

Non, je n’ai pas peur.

Non, je n’ai pas peur. Je sais que cela peut arriver encore et encore, et à n’importe quel moment, n’importe où.

Mais je n’ai pas peur de lâches. Je n’ai pas peur de gens qui se terrent dans des cavernes, ou se promènent dissimulés, sous de fausses identités. Je n’ai pas peur de ces hommes ( malheureusement ils appartiennent à cette espèce) qui se cachent et envoient d’autres lancer bombes et cartouches, ou machines infernales.

Ils ne méritent pas ma peur, et encore moins mon respect. Car même si demain je peux être touché, et atteint dans ma chair, j’affirme que leur combat est perdu.

Je ne suis pas un héros. Je ne veux pas me battre. je n’aime pas la violence ; je n’aime pas être guidé par mes émotions, et ma testostérone.

Mais je sais que je n’ai pas peur. Malgré les risques.

Car nous avons réussi à surmonter cette peur. Nous avons prouvé que nous savions nous unir pour l’essentiel. Et continuer à vivre.

Et nous allons le prouver.

Certains le prouvent déjà, en se rendant aujourd’hui en Tunisie si durement touchée hier.

Je suis moi aussi prêt à séjourner en Tunisie, ou tout autre pays ou la violence est présente. et ou les attentats pourraient survenir.

 

Je peux avoir peur, mais la haine ne peut pas gagner.

Nous sommes tous responsables. Mais unis, nous gagnerons contre la barbarie. Et Charlie continuera.

 

Quand je le pourrais j’irais en Tunisie. Sans aucune appréhension.

 

Et vous?

 

 

 

 

Les numéros d’appel des services publics devraient baisser en octobre ! Enfin !

mercredi 6 mai 2015 125

Pourtant ce n’est pas assez;

 

Rappel des faits :

 

Du téléphone public au prix d’un appel local en illimité on passe à 20 minutes maximum, puis trois très vite;

A la place des numéros verts gratuits payés par les entreprises….

Puis des numéros azurs…..moins onéreux…que les appels courants.

 

Arrive le téléphone mobile, puis internet.

 

En parallèle, éclosion des plates formes téléphoniques « d’accueil et de réponse au public », ou de services internet.

Enfin quasi disparition, par soucis « de bonne gestion » et « d’économies » du maillage territorial des services publics de proximité.

Chiffres à l’appui on nous affirme que c’est sur demande des usagers clients…..d’après une enquête de 2010 qui prouve que les personnes interrogées ont appelé par téléphone au moins une fois.

 

Mais quid de toutes ces personnes qui sont obligées de se déplacer, de subir des files d’attentes monstrueuses (il m’est revenu aux oreilles huit heures d’attentes pour un renouvellement de carte de résident dans certaines préfectures !!!), car elles n’ont pas les moyens de payer des services téléphoniques prohibitifs et bien souvent saturés ?

 

Quid de toutes ces personnes qui attendent désespérément le déblocage d’un dossier et à qui on finit par répondre : « mais votre dossier est incomplet, vous n’avez pas renvoyé le formulaire had’hoc ! ».

Si elles préfèrent se déplacer ce n’est effectivement pas pour le plaisir, mais par nécessité bien souvent.

(C’est encore plus compliqué d’ailleurs que cela : que ce soit en présentiel ou par correspondance est il normal de devoir fournir des dizaines de photocopies de documents qui pourraient être scannés par les soins des administrations concernées ?);

 

La réponse faite au sénateur Michel BILLOUT nous assure de la baisse des prix des appels téléphonniques vers certaines administrations.

 

Mais elle n’est qu’une réponse partielle aux besoins des usagers de machines de guerre administratives, qui ont réussi à autofinancer leur disparition des territoires, tout en diminuant la masse salariale et leurs bâtiments, mais aussi la mise en place de ces plates formes d’appels ou de gestion.

 

Et c’est très insuffisant pour une mesure votée en 2004…..Nous ne sommes qu’en 2015..Cherchez l’erreur.

 

 

http://www.senat.fr/questions/base/2014/qSEQ140612192.html

 

Gratuité des appels téléphoniques vers les services sociaux

14e législature

Question écrite n° 12192 de M. Michel Billout (Seine-et-Marne – CRC)

publiée dans le JO Sénat du 19/06/2014 – page 1418

M. Michel Billout attire l’attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la non-gratuité des appels à de nombreux services publics visant des usagers à faibles revenus.
L’article 55 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique témoignait pourtant d’une volonté affirmée d’atteindre cet objectif de gratuité des appels aux services publics concernés par des usagers à faible revenu. Elle confiait néanmoins au décret d’application le soin d’établir la liste exacte des services sociaux accessibles gratuitement depuis les téléphones fixes ou mobiles. Force a été de constater, sept ans après, que cet article n’avait toujours pas de répercussions effectives.
On aurait donc pu se réjouir, le 16 juin 2011, de l’adoption du tant attendu décret d’application n° 2011-682, si celui-ci n’avait été qu’une façon d’éluder le problème. Les pistes de réflexion convergeaient de façon assez naturelle vers de nombreux services de première nécessité, tels que Pôle emploi, la caisse d’allocation familiales, la sécurité sociale, dont la gratuité paraissait une évidence au regard du public concerné.
Le décret du 16 juin en est bien loin. Il se limite à deux services, à savoir le service d’urgence sans-abri (115) et le service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger qui, si la gratuité en est bien évidemment tout à fait justifiée, ne sauraient représenter la totalité des services répondant à des nécessités sociales importantes.
S’il faut souligner les efforts du Gouvernement pour négocier des tarifs moins onéreux au cas par cas, il est important de constater que ceux-ci sont dans la réalité sapés par la jungle tarifaire des différents opérateurs offrant des services téléphoniques. Il est aujourd’hui très difficile de déterminer le véritable coût d’un appel vers un service social tant l’intitulé « coût d’un appel local » recouvre des réalités multiples. En règle générale, l’appel depuis un téléphone fixe possède un coût limité, mais bien présent pour les personnes ne possédant pas de ligne internet fournissant une ligne téléphonique gratuite (soit environ 0,078 € par appel puis 0,028 € /min. en heure pleine, ou 0,014 € /min. en heure creuse selon la CAF de Haute-Garonne). L’appel depuis un téléphone mobile, qui représente l’instrument nécessaire et souvent unique de ceux qui cherchent un emploi, est soumis aux tarifications des différents opérateurs et parfois surtaxé.
Il en découle le constat d’une inégalité prégnante dans l’accès aux services sociaux par téléphone. L’harmonisation ne pourra se faire au cas par cas tant les implications et les acteurs en relation à cette question sont nombreux. Le recours à un nouveau décret d’application concernant l’article 55 de la loi de juin 2004 semble être dans ce cas précis la seule solution réelle.
Le ministre ayant exprimé, en 2012, son indignation au vu du coût de 0,11 €/min. induit par les appels à Pôle emploi pour les personnes au chômage, relançant ainsi le débat ancien sur la gratuité, on peut s’étonner qu’aucune mesure n’ait été prise en ce sens aujourd’hui.
Dans ces conditions, il lui demande les raisons de la stagnation de la situation malgré la volonté exprimée, ainsi que les mesures qu’il compte prendre pour remédier au biais législatif qui a résulté de l’application de l’article 55 et établir enfin la gratuité des appels aux services publics sociaux.

Transmise au Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique

Réponse du Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique

publiée dans le JO Sénat du 23/04/2015 – page 951

L’amélioration de l’accessibilité de l’accueil téléphonique revêt une importance fondamentale puisque ce canal est privilégié par les usagers dans leur relation à l’administration. Ainsi, l’accueil téléphonique de l’administration représente une volumétrie de plus de 220 millions d’appels chaque année (diagnostic de l’accueil téléphonique, secrétariat pour la modernisation de l’action publique, 2010) et 45 % des usagers ont appelé au moins une fois un service public au cours des deux dernières années (enquête services publics de proximité, société de sondages BVA, décembre 2011). Près des trois-quarts de ces appels concernent les opérateurs de sécurité sociale et Pôle emploi. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a demandé aux opérateurs des modifications de tarif permettant une meilleure lisibilité pour le consommateur et donc une réduction potentielle des coûts. C’est pourquoi concernant les numéros courts, l’Autorité invite depuis janvier 2010 ces opérateurs à créer rapidement un tarif non gratuit et conforme à sa décision n° 2008-0512 du 6 mai 2008, c’est-à-dire inclus dans les forfaits fixes et mobiles et n’entraînant pas un reversement supérieur à une terminaison d’appel fixe. Cette autorité a, par une décision du 17 juillet 2012 (décision n° 2012-0856 dite « décision SVA ») modifié l’organisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts, afin de simplifier leur tarification, clarifier la facturation et améliorer la lisibilité. Ces dispositions entreront en vigueur au 1er octobre 2015. Des efforts ont ainsi été réalisés auprès des services publics qui, en mai 2009, se sont engagés à ce que les appels vers leurs principaux centres de contact soient facturés à un coût moins élevé. Plusieurs services publics administratifs tels que les centres des impôts ou les caisses d’allocations familiales sont ainsi passés de numéros en 082 vers des numéros en 081 (numéro azur avec un coût moyen de 0,06 €/min depuis un fixe et 0,15 €/min depuis un portable), permettant une diminution du montant payé par les appelants. D’autres services comme Pôle emploi (3949), l’assurance maladie (3646) ou Allô service public (3939) ont migré vers des numéros à quatre chiffres, baissant ainsi le prix des appels. La migration vers un numéro dont la tarification est celle d’un appel local représente déjà une avancée certaine en matière d’accessibilité des services publics. Ainsi le numéro 3949 de Pôle emploi s’avère gratuit pour les services automatisés, ou coûte 0,11 € par appel depuis une ligne fixe ou une box ; son coût est celui d’une communication normale depuis un mobile. La stratégie de Pôle emploi est de déployer un maximum de services via son service vocal interactif et son site internet pole-emploi. fr, afin de diminuer les coûts pour l’usager et de lui faciliter les démarches. Dans un contexte de raréfaction des deniers publics tous les appels vers les organismes de service public ne peuvent être rendus gratuits mais tous les efforts sont encouragés pour améliorer l’accessibilité des citoyens à l’accueil téléphonique. Des services constituant une priorité comme le service d’urgence sans-abri et le service d’accueil de l’enfance en danger ont d’ores et déjà été rendus gratuits par décret du 16 juin 2011.

Donner son sang, faut vouloir !

mardi 31 mars 2015 89

J’essaie de donner mon sang relativement régulièrement. Il y a eu des années ou les circonstances, les oublis, la vitesse du passage des journées ont fait que j’ai donné moins que d’habitude.

Mais il y a eu aussi dans ces circonstances les collectes de sang elles mêmes : horaires réduits, collectes à des jours peu pratiques avec mes obligations ( même si je bénéficie du temps nécessaire pour aller donner mon sang ou mes plaquettes pendant mon travail) et sur Paris ou la région parisienne des établissements réduits en nombre.

J’en ai cependant trouvé un  particulièrement attrayant, au ton bon enfant, ou je passe un bon moment. Il me rappelle un peu celui de Montpellier qui était l’un des meilleurs que j’ai connu.

Il s’agit de centre de l’EFS de L’hôpital Lariboisière près de la gare du Nord. Un vrai labyrinthe pour le trouver, un sous sol mal éclairé, mais un accueil des plus cordial, du début de la prise en charge jusqu’à la fin du don. On s’inquiète avant toute chose de votre bien être, on n’arrête pas de vous suggérer, ou vous inciter à boire avant le don, et à picorer quelques biscuits à libre disposition.

Comme c’est un petit centre spécialisé dans le prélèvement du plasma, i lest un peu confidentiel et j’aime aussi cela car de ce fait, la population des donneurs à un même moment est assez faible.

Donner c’est pour un nouveau donneur …..très franchement ?   pas très jouissif !

C’est pourtant un geste facile, mais le parcours avant d’arriver au don lui même est complexe et semé d’embûches.

 

http://www.dondusang.net/rewrite/site/37/etablissement-francais-du-sang.htm?idRubrique=756

Le questionnaire, très complet, est décourageant. Quatre pages que reprendra ensuite le médecin.

La visite avec le médecin est particulièrement axée sur vos habitudes sexuelles et vos voyages.

Ce qui peut paraître intrusif à 18 ans, âge légal pour pouvoir donner son sang.

Certaines catégories de personnes ne peuvent pas donner.C’est normal puisque la collecte du sang se fait principalement sur déclaration sur l’honneur, bien que des tests soient aussi pratiqués sur votre prélèvement.

Mais en définitive c’est avant tout et d’abord vos habitudes sexuelles qui vont entrer en ligne de compte.

Et je ne le savais pas, mais si les malades sont écartés, à titre de précaution comme par exemple les personnes atteintes par la fibromyalgie, les homosexuels aussi, à titre de « précaution ».

Cela vient d’être reconfirmé ! Par un comité d’éthique !

http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/03/31/don-du-sang-par-les-homosexuels-le-comite-d-ethique-maintient-l-interdiction_4606909_1651302.html

 

J’avoue avoir du mal à comprendre leur logique.

J’espère simplement que la ministre de la santé sait ce qu’elle fait quant à elle, en privatisant une partie de l’exploitation traitement des dérivés sanguins. Le scandale du sang contaminé nous hante encore.

Il faut vraiment vouloir donner son sang, être généreux pour franchir les portes de l’EFS.

Même si les collectes mobiles sont souvent plus conviviales, il est clair que si l’on n’est pas convaincu de la nécessité de donner son sang (actuellement les réserves sont fragiles

http://www.dondusang.net/rewrite/nocache/article/4328/fragile.htm?idRubrique=757

On ne se risquera à franchir le pas.

Pourtant les réserves de sang dans notre pays sont trop faibles.

Pourtant donner son sang c’est si facile et sans risque.

Et c’est un acte d’une générosité inouïe, qui ne coûte rien. Et permet de aire don de soi.

Tant de gens ont besoin de ce sang !

L’envoi d’un courrier publicitaire est assimilable à du démarchage à domicile.

jeudi 19 février 2015 49

Et c’est une excellente nouvelle.

Enfin les personnes « fragiles » vont pouvoir revenir à froid sur leur décision, et surtout pouvoir se faire conseiller utilement par leur entourage.

http://www.service-public.fr/actualites/007503.html?xtor=EPR-140

J’ai trop vu de ces personnes prises à la gorge par des contrats alléchants de prime abord…

J’en ai trop vu des personnes âgées en particulier (mais pas seulement) payer des mandats en espérant un cadeau somptueux parce qu’ils commandaient….

 

Une bien bonne nouvelle, même si le monde ne va pas s’arrêter de tourner. je suis certain que les talents marketing se sont déjà adaptés à cette nouvelle donne !

Respect. Tout est dit. Très justement

mardi 20 janvier 2015 19

Il n’y a rien à rajouter. tout est cerné, ciselé, émouvant et intelligent.

Ce bonhomme n’a pas fini de nous étonner. Le prochain président ?

 

 

//platform.twitter.com/widgets.js

Rien ne sera plus comme avant…

lundi 12 janvier 2015 11

Au sortir de la manifestation parisienne

 

 

Beaucoup d’interrogations dans mon petit cerveau.Main on verra cela plus tard. Il faut d’abord sortir cette émotion qui pèse.j’ai trop de mal à analyser, trop de questions sans réponses, trop de pensées qui se bousculent.

 

Afin de me calmer les neurones, je suis à nouveau à la fin de la manifestation allée devant ce magasin si tristement célèbre. Des centaines de personnes m’ont accompagné afin de se recueillir, poser une fleur ou allumer une bougie, prier, et ce sous très haute surveillance policière.

Que ce soit pendant la manifestation ou ici, ce qui apparaît, c’est le calme, la dignité, la tolérance, et la gentillesse.

Cet après midi s’est déroulé sereinement, malgré le monde et ces heures d’attentes, complètement serrés comme des sardines.Et avec les rires bienvenus de la jeunesse et des autres.Une jeunesse surreprésentée, et c’est ce qui me donne le plus d’espoir pour la suite.

C’est eux la promesse de l’avenir, dans le monde entier.

Un moment extrêmement fort.

Mais sans cette émotion si forte que j’avais hier; au contraire c’est une véritable joie qui transparaissait, une bonne humeur contagieuse.

Et ce n’est pas incompatible avec les tristes événements qui viennent de se produire. C’est bien de vie qu’il s’agit, et non de mort. Et c’est véritablement prometteur pour la suite. A condition qu’il y ait une suite.

Charlie, maintenant, donne nous un coup de main. On va en avoir besoin. Il y a eu avant.il faut qu’il y ait un après.

 

aimer

Ah,au fait, il parait que nous sommes des charlots….et oui il a le droit de le dire et il ne se prive pas de sortir des conneries clowneries; il a bien compris et surfe sur la vague de la liberté. Il oublie que si les Charlie sont des charlots, ils ne sont pas idiots. C’est bizarre, ses partisans ne nous ont pas manqué; on n’aurait su ou les serrer d’ailleurs (dans un wagon peut être ????? de métro)

republique

C’est difficile d’être un Charlie, un juif, un catholique, un protestant, un policier, un luthérien, un musulman, un français ?

samedi 10 janvier 2015 9

J’étais donc cet après midi, avant la venue des politiques sur le cours de Vincennes, devant le magasin et la station service ou se sont passés les tristes événements d’hier.

J’ai eu raison d’y aller.

Pour partager ce moment, comme tant d’autres, m’y recueillir un moment, voir ce mélange cosmopolite de personnes  déposant fleurs, bougies, mots et priant, chacun leur Dieu…..

Et moi qui ne croit en rien la dedans ?

Je me trouvais moi aussi à ma place.

Même si c’était une atmosphère très chargée, au milieu de tous ceux qui essayaient de voir, participer, approcher….

Un beau B……

Les gens obligés de traverser au milieu d’une circulation dense, un miracle qu’il n’y ait pas eu d’accidents….

Mais en même temps, une magnifique leçon républicaine. Le droit d’être là, sans exclusive, sans contrôle, au plus proche du lieu ou cela s’est passé……Déjà l’histoire….

Des policiers vigilants, mais véritablement axés sur la sécurité, on doit leur rendre hommage une fois de plus, car leur tâche n’est pas aisée dans cette multitude;

Et puis ces dialogues, ces conversations, cette émotion qui ne demandait qu’à déborder….ces larmes….les miennes….

Le monde ne sera plus jamais pareil.

Il y a eu le 11 septembre bien sur……Une prise de conscience,

Il y aura le 9 Janvier 2015….une réalité.

Et il y aura un après; à nous de nous en saisir…

Nous sommes tous des Charlie….sauf trois personnes…….les manœuvres politiciennes ont commencé. C’est triste.

Et pourtant j’affirme que notre république, notre démocratie s’en trouvent grandies. La plupart de nos politiques ont compris, même si ce soir, le rappel de leur présence était nécessaire.

Un président enfin président, un ancien président vraiment à sa place, des ministres enfin soudés….Et un mouvement politique qui s’est mis en marge de la république……tant pis pour lui. Espérons que ces adhérents seront la demain, anonymes surtout….Espérons.

 

Il reste trois questions :

  1. quelle éducation civique de nos enfants? s’il est peut être « normal  » de ne pas vouloir assister à la minute de silence d’hier, cela pose une vraie question républicaine…..
  2. Quid de demain?Quelle société voulons nous ? N’allons nous pas oublier très vite notre obligation de nous accepter les uns les autres?
  3. le monde est à nos pieds, mais nous avons oublié ce monde, qui partout subit les assauts de l’extrémisme, de l’intégrisme, de la pensée unique, du refus de la liberté et de la démocratie…..Ne serions nous pas sectaires ?

Et puis en vrac  des questions de société qui devront trouver des réponses…..

  • quelle liberté d’expression?
  • quelles images?
  • Peut on rire et se moquer de tout ?
  • quels moyens allons nous nous donner ?
  • quelle récupération?
  • quelle sécurité ? (armer les policiers ? donner plus de pouvoirs coercitifs au non de la démocratie et de la libre expression?).

Enfin, reste la peur, palpable.

 

C’est très beau de se déclarer Charlie, et de l’afficher. Mais cela n’enlève ni le risque, ni la peur.

Paris est très bizarre en ce moment, et c’est normal.L’atmosphère, en dehors des lieux de recueillement, chargés d’émotions diverses, des pleurs aux mots violents, est particulièrement attentive. A la fois sur le qui vive, en attente des prochains événements, mais aussi quasiment stoppée, comme un instantané d’un moment qui s’étirerait à l’infini, ou fortement ralentie.

Et en même temps, la vie continue. Ce qui est à la fois rassurant, et aussi très curieux.

Il faut bien manger et donc faire des courses.Emmener ses enfants à l’école, partir au travail.

Mais certains sur le Cours de Vincennes, effectuaient par exemple leur jogging, et même si les boutiques aux alentours étaient quasiment désertes, certains continuent leurs soldes….Comme si de rien n’était .

 

Un pied de nez à ce qui se passe? De l’insouciance? Ou de l’indifférence?

 

On verra demain. Un jour après l’autre maintenant……

 

N

O

U

S

 

S

O

M

M

E

S

 

T

 

O

U

S

 

D

E

S

 

C

H

A

R

L

I

E

NOUS SOMMES TOUS DES CHARLIE

On est tous des Charlie ?

vendredi 9 janvier 2015 8

charlie bandeau

 

Pas si sur.

Il n’aura pas fallu une journée sans que la politique politicienne ne revienne au galop de manière excessivement indécente gâcher l’ambiance déjà malheureusement pas très gaie.

Bravo à tous ceux qui affrontent aujourd’hui la pluie et le froid.

Et bravo à tous, jeunes et moins jeunes;

La liberté n’a pas de prix. Mais c’est une chose que de l’écrire, au chaud devant une tasse de café, et c’en est une autre d’arpenter le pavé pour la défendre.

 

Beaucoup de moments m’ont fortement ému aujourd’hui.

Mais c’est le témoignage de Jeannette Bougrab, la compagne de Charb qui m’a vraiment don,né envie de pleurer.

Cette retenue dans l’émotion, cette description de son amour, son éloquence m’ont fortement ému.

Et non, cet homme et tous les autres hommes et femmes qui sont aujourd’hui morts n’auraient jamais du l’être.

Surtout pour ce motif. Car l’idée, dessinée ou non, c’est l’achèvement ultime de la création, la fin de l’évolution; et notre avenir.

Lutter contre les idées par la violence et la mort, engendrer la terreur n’est pas une possibilité. C’est juste nier ce qui fait de nous des hommes ou des femmes. C’est nier notre humanité, en voulant nous ramener au rang de bêtes. C’est intolérable.

Pour des idées nous allons maintenant vivre des moments terribles, des moments horribles et peut être encore des moments sanglants.

Et pour gagner quoi en définitive? Rien ! même pas le droit de rire.

Aussi ne laissons pas les politiques nous dire ce que nous devons faire. Nous n’avons pas eu besoin d’eux hier, ni demain. Ils peuvent être la , comme de simples citoyens.Il faut qu’ils soient là. Il ne pourrait en être autrement.

Et j’espère que Madame le Pen sera aussi là.

Ce serait mieux.

 

Un seul bémol dans tout cela. Qui a parlé des 30 derniers morts au Yemen?

charlie bandeau