Archive for the ‘société’ Category

Respect. Tout est dit. Très justement

mardi 20 janvier 2015 19

Il n’y a rien à rajouter. tout est cerné, ciselé, émouvant et intelligent.

Ce bonhomme n’a pas fini de nous étonner. Le prochain président ?

 

 

//platform.twitter.com/widgets.js

Publicités

Rien ne sera plus comme avant…

lundi 12 janvier 2015 11

Au sortir de la manifestation parisienne

 

 

Beaucoup d’interrogations dans mon petit cerveau.Main on verra cela plus tard. Il faut d’abord sortir cette émotion qui pèse.j’ai trop de mal à analyser, trop de questions sans réponses, trop de pensées qui se bousculent.

 

Afin de me calmer les neurones, je suis à nouveau à la fin de la manifestation allée devant ce magasin si tristement célèbre. Des centaines de personnes m’ont accompagné afin de se recueillir, poser une fleur ou allumer une bougie, prier, et ce sous très haute surveillance policière.

Que ce soit pendant la manifestation ou ici, ce qui apparaît, c’est le calme, la dignité, la tolérance, et la gentillesse.

Cet après midi s’est déroulé sereinement, malgré le monde et ces heures d’attentes, complètement serrés comme des sardines.Et avec les rires bienvenus de la jeunesse et des autres.Une jeunesse surreprésentée, et c’est ce qui me donne le plus d’espoir pour la suite.

C’est eux la promesse de l’avenir, dans le monde entier.

Un moment extrêmement fort.

Mais sans cette émotion si forte que j’avais hier; au contraire c’est une véritable joie qui transparaissait, une bonne humeur contagieuse.

Et ce n’est pas incompatible avec les tristes événements qui viennent de se produire. C’est bien de vie qu’il s’agit, et non de mort. Et c’est véritablement prometteur pour la suite. A condition qu’il y ait une suite.

Charlie, maintenant, donne nous un coup de main. On va en avoir besoin. Il y a eu avant.il faut qu’il y ait un après.

 

aimer

Ah,au fait, il parait que nous sommes des charlots….et oui il a le droit de le dire et il ne se prive pas de sortir des conneries clowneries; il a bien compris et surfe sur la vague de la liberté. Il oublie que si les Charlie sont des charlots, ils ne sont pas idiots. C’est bizarre, ses partisans ne nous ont pas manqué; on n’aurait su ou les serrer d’ailleurs (dans un wagon peut être ????? de métro)

republique

C’est difficile d’être un Charlie, un juif, un catholique, un protestant, un policier, un luthérien, un musulman, un français ?

samedi 10 janvier 2015 9

J’étais donc cet après midi, avant la venue des politiques sur le cours de Vincennes, devant le magasin et la station service ou se sont passés les tristes événements d’hier.

J’ai eu raison d’y aller.

Pour partager ce moment, comme tant d’autres, m’y recueillir un moment, voir ce mélange cosmopolite de personnes  déposant fleurs, bougies, mots et priant, chacun leur Dieu…..

Et moi qui ne croit en rien la dedans ?

Je me trouvais moi aussi à ma place.

Même si c’était une atmosphère très chargée, au milieu de tous ceux qui essayaient de voir, participer, approcher….

Un beau B……

Les gens obligés de traverser au milieu d’une circulation dense, un miracle qu’il n’y ait pas eu d’accidents….

Mais en même temps, une magnifique leçon républicaine. Le droit d’être là, sans exclusive, sans contrôle, au plus proche du lieu ou cela s’est passé……Déjà l’histoire….

Des policiers vigilants, mais véritablement axés sur la sécurité, on doit leur rendre hommage une fois de plus, car leur tâche n’est pas aisée dans cette multitude;

Et puis ces dialogues, ces conversations, cette émotion qui ne demandait qu’à déborder….ces larmes….les miennes….

Le monde ne sera plus jamais pareil.

Il y a eu le 11 septembre bien sur……Une prise de conscience,

Il y aura le 9 Janvier 2015….une réalité.

Et il y aura un après; à nous de nous en saisir…

Nous sommes tous des Charlie….sauf trois personnes…….les manœuvres politiciennes ont commencé. C’est triste.

Et pourtant j’affirme que notre république, notre démocratie s’en trouvent grandies. La plupart de nos politiques ont compris, même si ce soir, le rappel de leur présence était nécessaire.

Un président enfin président, un ancien président vraiment à sa place, des ministres enfin soudés….Et un mouvement politique qui s’est mis en marge de la république……tant pis pour lui. Espérons que ces adhérents seront la demain, anonymes surtout….Espérons.

 

Il reste trois questions :

  1. quelle éducation civique de nos enfants? s’il est peut être « normal  » de ne pas vouloir assister à la minute de silence d’hier, cela pose une vraie question républicaine…..
  2. Quid de demain?Quelle société voulons nous ? N’allons nous pas oublier très vite notre obligation de nous accepter les uns les autres?
  3. le monde est à nos pieds, mais nous avons oublié ce monde, qui partout subit les assauts de l’extrémisme, de l’intégrisme, de la pensée unique, du refus de la liberté et de la démocratie…..Ne serions nous pas sectaires ?

Et puis en vrac  des questions de société qui devront trouver des réponses…..

  • quelle liberté d’expression?
  • quelles images?
  • Peut on rire et se moquer de tout ?
  • quels moyens allons nous nous donner ?
  • quelle récupération?
  • quelle sécurité ? (armer les policiers ? donner plus de pouvoirs coercitifs au non de la démocratie et de la libre expression?).

Enfin, reste la peur, palpable.

 

C’est très beau de se déclarer Charlie, et de l’afficher. Mais cela n’enlève ni le risque, ni la peur.

Paris est très bizarre en ce moment, et c’est normal.L’atmosphère, en dehors des lieux de recueillement, chargés d’émotions diverses, des pleurs aux mots violents, est particulièrement attentive. A la fois sur le qui vive, en attente des prochains événements, mais aussi quasiment stoppée, comme un instantané d’un moment qui s’étirerait à l’infini, ou fortement ralentie.

Et en même temps, la vie continue. Ce qui est à la fois rassurant, et aussi très curieux.

Il faut bien manger et donc faire des courses.Emmener ses enfants à l’école, partir au travail.

Mais certains sur le Cours de Vincennes, effectuaient par exemple leur jogging, et même si les boutiques aux alentours étaient quasiment désertes, certains continuent leurs soldes….Comme si de rien n’était .

 

Un pied de nez à ce qui se passe? De l’insouciance? Ou de l’indifférence?

 

On verra demain. Un jour après l’autre maintenant……

 

N

O

U

S

 

S

O

M

M

E

S

 

T

 

O

U

S

 

D

E

S

 

C

H

A

R

L

I

E

NOUS SOMMES TOUS DES CHARLIE

On est tous des Charlie ?

vendredi 9 janvier 2015 8

charlie bandeau

 

Pas si sur.

Il n’aura pas fallu une journée sans que la politique politicienne ne revienne au galop de manière excessivement indécente gâcher l’ambiance déjà malheureusement pas très gaie.

Bravo à tous ceux qui affrontent aujourd’hui la pluie et le froid.

Et bravo à tous, jeunes et moins jeunes;

La liberté n’a pas de prix. Mais c’est une chose que de l’écrire, au chaud devant une tasse de café, et c’en est une autre d’arpenter le pavé pour la défendre.

 

Beaucoup de moments m’ont fortement ému aujourd’hui.

Mais c’est le témoignage de Jeannette Bougrab, la compagne de Charb qui m’a vraiment don,né envie de pleurer.

Cette retenue dans l’émotion, cette description de son amour, son éloquence m’ont fortement ému.

Et non, cet homme et tous les autres hommes et femmes qui sont aujourd’hui morts n’auraient jamais du l’être.

Surtout pour ce motif. Car l’idée, dessinée ou non, c’est l’achèvement ultime de la création, la fin de l’évolution; et notre avenir.

Lutter contre les idées par la violence et la mort, engendrer la terreur n’est pas une possibilité. C’est juste nier ce qui fait de nous des hommes ou des femmes. C’est nier notre humanité, en voulant nous ramener au rang de bêtes. C’est intolérable.

Pour des idées nous allons maintenant vivre des moments terribles, des moments horribles et peut être encore des moments sanglants.

Et pour gagner quoi en définitive? Rien ! même pas le droit de rire.

Aussi ne laissons pas les politiques nous dire ce que nous devons faire. Nous n’avons pas eu besoin d’eux hier, ni demain. Ils peuvent être la , comme de simples citoyens.Il faut qu’ils soient là. Il ne pourrait en être autrement.

Et j’espère que Madame le Pen sera aussi là.

Ce serait mieux.

 

Un seul bémol dans tout cela. Qui a parlé des 30 derniers morts au Yemen?

charlie bandeau

Un monde fou… Et pourtant….

samedi 18 janvier 2014 17

Valérie, Valérie, Valérie…….

Toute la presse, tous les médias sont au chevet de Valérie.

Non pas pour se préoccuper de sa santé, mais pour tenter d’en tirer un scoop…Et les apprentis journalistes en herbe ne sont pas en reste à l’affût du tweet outrecuidant qui fera le buzz.

Il n’y a plus que Valérie Trierwiler qui compte. La France est suspendue à son apparition, à son souffle.

Et vit avec délice un feuilleton à suspense sans doute plus captivant que « plus belle la vie ».

On est passé dans la cour des grands, des Grands de ce monde et (malheureusement ) de leurs petitesses (ou de leur humanité si risible et si triste ?).

Je n’épiloguerais pas sur les tenants et aboutissants de la vie privé de cette femme, ou sur celle de son futur – ex amant, qui est aussi président de la république , normal. Normal de ne pas épiloguer car tout a pu être dit, et si jamais les commentateurs en avait oublié, il suffirait de se référer aux nombreux commentaires en dessous de chaque article qui commente ce feuilleton Harlequin (la série de livres que l’on appelle à l’eau de rose, vous savez ?)

Je suis effectivement en accord avec les quelques 70% de français qui estiment qu’il s’agit de vie privée, qui ne nous regarde pas, au même titre que celle de tout couple. Et surtout je n’ai pas vraiment le temps ou l’envie de m’y intéresser.

Je n’épiloguerais pas non plus sur les différentes questions constitutionnelles, fiscales, politiques, sociales que ce imbroglio n’ont pas manqué de soulever. Et en particulier sur le coût financier, réel ou supposé, de la liste civile d’une femme à qui on reproche de ne pas être mariée à ce jour…..Car  tout a pu être dit, tout et son contraire…

Je refuse en revanche la méchanceté de certains envers une femme et un homme, qui apparaissent sur certains forums.

Car l’on oublie trop facilement qu’il s’agit non pas d’un président « normal », mais d’un homme et d’une femme , normaux !

Cet intérêt des médias, exacerbé par une certaine catégorie de personnes, qui suivent, lisent, commentent, critiquent, n’arrange pas nos affaires.

Celle de Valérie Trierwiler, qui aujourd’hui, aimerait sans doute pouvoir être une marmotte et hiberner dans un cocon pour ne plus avoir à supporter opprobre et méchanceté, et je suis d’accord avec cet article :

http://www.lepoint.fr/ces-gens-la/pitie-pour-valerie-trierweiler-17-01-2014-1781175_264.php

Comme l’auteur de cet article je dis : cela suffit.

Celle du président (encore que…..)…..

Celle de la France, ridiculisée sur le plan international (remarquez, Dallas et compagnie n’ont plus qu’à se rhabiller, on a fait fort, très fort…).

La notre, car pendant ce temps la, les réformes, excessives et profondes continuent, emmitoufler dans ce feuilleton kafkaien et ubuesque.

La notre, car J’ai l’impression que tout est en train de se figer, dans l’attente du résultat de ce feuilleton, qui paralyse toute décision et surtout notre président.

Car même si nous avons un président fort (je n’en doute à aucun moment, ce qui ne veut pas dire que je sois d’accord avec ses décisions politiques; je crois simplement qu’il sait au moins autant cacher son jeu que son prédécesseur…Mitterrand), nous avons aussi un président normal…et ce genre de mésaventure ne permet pas de garder une t^te forcément froide et un comportement serein.

Nous avons grand besoin, et Valérie aussi, de tourner la page, une page de notre histoire qui risque de rester gravée dans le marbre, au même titre que les aventures des prédécesseurs de notre nouveau petit potentat, président ou monarques royaux.

Ce sera en fait la vraie leçon qu’il y a à tirer de tout cela : la royauté n’est pas morte, les privilèges non abolis.

 

Mais c’est bien peu.

La France, les Français méritent mieux.

Et pas seulement une vision à très court terme, à base d’économies de bouts de chandelles.

Peut être une vraie vison pour La France, un vrai projet de société ?

Mais la, je crois que cette vision, je ne l’ai vu qu’en rêve…..

 

 

 

 

 

 

Le sens d’appartenance dans une France républicaine.

dimanche 15 décembre 2013 348

Ou la marche forcée vers le multiculturalisme.

http://photo.capital.fr/les-150-meilleurs-medecins-de-france-specialite-par-specialite-3843

Nous en reparlerons sans doute bientôt.

 

Je n’ai pas le temps de détailler mais je tenais à vous faire partager cet article qui annonce un bouleversement de la société française, et qui s’est annoncé avec le mariage pour tous (loin de moi de polémiquer sur ce sujet, je ne porte aucun jugement sur le choix ou non de se marier en formant un couple de même sexe).

Ce qui m’interpelle, c’est les changements profonds qui affectent la société française, et pas forcément dans le bon sens.

Trois sujets actuellement m’interpellent :

  1. L’histoire :http://photo.capital.fr/les-150-meilleurs-medecins-de-france-specialite-par-specialite-3843
  2. Les veilleurs : une émanation des manifestations du mariage pour tous: http://plunkett.hautetfort.com/archive/2013/12/14/economie-et-dignite-%C2%A0-les-veilleurs-sans-faux-fuyant-5246832.html
  3. la théorie du genre : http://www.atlantico.fr/decryptage/najat-vallaud-belkacem-mixite-metier-egalite-homme-femme-cas-norvege-alexis-aguettant-925777.html

Et ce n’est à mon sens que la partie émergée de l’iceberg….d’autres grandes questions de société devront être abordées.

Mais ces trois questions, à mon sens, sont le creuset de l’explosion sociale prévisible.

 

 

 

La navrante histoire d’une mort annoncée, désolante, seule.

samedi 26 septembre 2009 268

Une femme est morte. Rien d’extraordinaire, me direz vous. Cela ne mérite pas un billet.

Et bien, si; je vais mettre les pieds dans le plat.

Ce qu’a subi cette femme est quelque chose d’inhumain, dont nous sommes responsables, vous et moi, la société à part entière d’aujourd’hui, cette société qui commence seulement à s’intéresser à la maltraitance des personnes âgées ou des handicapés.

Cette femme a commencé sa vie en foyer. Ce n’est pas le sujet de ce billet mais cela permet de dresser le tableau.

Par chance pour elle, à un moment de sa vie, une association d’entraide aux défavorisés lui trouve un petit appartement.

Un peu de bonheur pour elle à un moment de sa vie ?

Pas du tout.!

Une mort lente, horrible, annoncée mais non connue.

Une mort terrible, qui va durer trois années.

Car cette femme vient d’être retrouvée, morte, dans son appartement d’un petit immeuble, en plein centre ville, au bout de trois anas seulement.

Pendant trois années, cette femme va être considérée en vie.

Pendant trois ans personne, pas même son propriétaire, ne prendra de ses nouvelles, puisque le loyer continuera d’être honoré, par prélèvement, certainement.

Un jour, seulement, et l’histoire ne dit pas à quelle occasion, mais est ce vraiment important, cette femme sera retrouvée, sans vie, chez elle, morte depuis trois ans.

Tout repose sur notre nouvelle société.

Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve une personne âgée, morte depuis quelques temps, sans que le voisinage ne s’en inquiète.

C’est cependant inquiétant, injuste, misérable, triste, et honteux.

Et nous ne faisons que commencer.

Nous en sommes à ne plus savoir ce que nous faisons ou devenons.

Nous sommes déjà une société en voie de décadence; une société qui s’étiole; une société qui se paupérise, et enfin une société déshumanisée, une société qui se déshumanise.

Il y a moins de 100 ans, que ce soit grâce aux concierges, aux maires et députés, aux voisins, à la messe, personne n’était absolument seul ou solitaire.

Il y avait toujours, quelquefois de manière exagérée, quelqu’un pour s’occuper de ce que vous faisiez. Vous ne pouviez guère cacher quoi que ce soit très longtemps.

Aujourd’hui, avec les nouveaux services multimédias, les nouvelles plateformes de réponses téléphonique, la disparition des services publics de proximité, les rapports entre personnes s’estompent et se désagrègent.

En particulier pour les personnes en situation de dé socialisation, de paupérisation, de précarité, de maladie handicapante ou invalidante.

Nous en arrivons à ces situations ou une personne peut continuer à vivre en étant morte. Et à toucher des subsides, parce que personne ne s’intéresse à vous.

C’est inacceptable. Des responsabilités, certainement, vont être engagées. On trouvera des lampistes, ou on étouffera l’affaire. Les réalités pratiques, économiques et financières, vont reprendre le dessus; et cette affaire va disparaitre rapidement de l’actualité.

C’est inacceptable. C’est surtout triste.

Allons nous accepter longtemps encore ce genre de drames ?

L’économie numérique un espoir, un atout , une promesse.

dimanche 20 septembre 2009 262

Article mis à jour le 22 septembre 2009

« C’est pourquoi il faut sans relâche observer les usages des citoyens sur internet. Car c’est probablement ici que se jouent les nouveaux comportements sociaux. Et par ce biais, la société se trouve plus bouleversée qu’on le croit. »

Discours du premier ministre François Fillon au séminaire « numérique : investir aujourd’hui pour la croissance de demain.

Les différentes discussions de ce colloque ici sur le Cawa d’adminet.

Enfin le cadre légal proposé par la commission européenne.

Le discours du ministre reflète à mon sens une occasion ratée : la fibre et le haut débit ne seront pas raccordées partout, fautes de moyens, et en plus il faut compter 10 à 15 ans.

Or c’est dans les cinq ans qui viennent que se fera le nouveau monde de demain, au moins virtuel.

Que d’occasions, ratées, que de retard à rattraper par la suite.

Et ce n’est pas la première fois nous rappelle Mr Billaut.

Un espoir peut être pour une partie de la population ?

Les malades, les personnes agées ont besoin de la technologie

samedi 29 août 2009 240

Dans le cadre du développement de l’économie, et de la création de nouvelles technologies accessibles à tous et toutes, je reviens sur le plan cable pour tous qui aurait du voir le jour il y a quelques années.

Dans les années 70, un effort sans précédent fut acté pour la mise en place de points d’accès individuels au téléphone. En quelques années gràce à une entreprise publique et ces hommes, tout un chacn put être relié au téléphone, et joindre le monde entier sans sortir de chez lui.

La mise en route du téléphone cellulaire, son succès prodigieux que personne ne prévoyait, et les tenants de l’économie de marché ont mis à mal l’un des fleurons du minitère ancien des p et t, devenu aujourd’hui France Telecom et quasiment sorti du giron de l’Etat.

Pourtant, nous aurions bien besoin aujourd’hui et très rapidement d’un nouveau plan de cablage de l’hexagone, mais cette fois dédié aux nouvelles technologies de communications.

Ce nouveau challenge que je propose est motivé par plusieurs raisons :

  • Economiques : créateur d’emploi et de richesses : les résultats du téléphone ont démontrés l’intérêt de cette démarche, et créteur d’emplois hautement qualifiés.
  • sociales: création de richesse, d’emploi, mise en relation facilitée de divers intervenants économiques, ou des particuliers facilitée. Une demande m’a été faire récemment : pouvoir faire des exercices physiques simples en étant chez soi, mais en les faisant à plusieurs…., l’essor des sites sociaux n’étant plus à démontrer
  • psychologique : des offres commerciales adaptées permmettaient la mise en relation permanente de visu (par caméra et grands écrans) des personnes en difficultés, permettant aux personnes agées de conserver des contacts humains tout en restant chez elles, à des malades d’avoir des contacts et des conseils, à des enfants de pouvoir être surveillés…
  • Ecologique : de nouveaux métiers pourraient apparaitre via ces technologies, limitant certains déplacements non essentiels telles des consultations médicales, des prises cde commandes
  • durables : la limitation des déplacements permettrait de vraies économies, et sortirait le télé travail de son ornière.
  • Economique : dans nos campagnes difficilement accesibles, cela permettrait une limitation des déplacements.
  • scientifique : création de nouvelles technologies à vendre ensuite au monde entier
  • éducatives : il est urgent de revoir le système éducatif français : les balbutiantes hésitations et les essais de l’enseignement à distance sont à revoir dans leur totalité; gageons que l’épidémie grippale entrainera un salautaire essor des nouvelles technologies.

Que de chemin parcouru depuis le vhs et les premiers caméscopes accessibles au grand public, et les cours magistraux sur cassettes, mais que de chemin encore à parcourir, et que de promesses nouvelles à tenir…

Le Numérique au service de la solidarité conférence le 10 septembre 2009 en présence de Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté, Haut commissaire à la jeunesse
– Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique (sous réserve)

La connaissance sera l’économie de demain.

mardi 28 juillet 2009 208

Je crois que c’est Bill Gates, l’ancien Pdg de Microsoft qui a compris le mieux cette maxime. Il l’a d’ailleurs écrit dans l’un de ses livres

« «Les gagnants seront ceux qui restructurent la manière dont l’information circule dans leur entreprise.»
[ Bill Gates ] »

Nous venons encore une fois de le vivre avec le petit accident du président Sarkozy. Accesoirement, saluons ici la montée de sa côte de popularité (info ou intox ?)  Celui qui possède l’information à ce moment la gagne. Celui qui n’a pas l’information peut à la limite faire croire qu’il l’a, soit en désinformant, en créant une information fausse de toutes pièces, soit en tentant de prédire l’information, au risque de se tromper. Mais tout le monde dans un cas comme celui la est sur le pied de guerre pour avoir l’information.

Instantanée ou recherchée, structurée ou brute, l’information est aujourd’hui le nerf de la guerre.

Le succès des agrégateurs de flux (tout le monde en veut un aujourd’hui) de Google à Netvibes ou Yahoo et j’en passe, le démontre, ceux ci permettant d’organiser l’information.

Preuve évidente de l’importance de l’information.

Tout a commencé avec les premières radios telle France Info capable de donner l’information, presque en temps réel, et ce 24 heures sur 24.

Ce concept est aujourd’hui renforcé par internet et ses possibilités immenses de connaissances.

Une société comme Google l’a bien compris. Ses appétits de connaissance sont boulimiques, exploitant au maximum les possibilités de la technique, de la technologie, afin de nourrir un énorme éléphant (un éléphant n’oublie pas!) de connaissances diverses, complexes, innombrables, quelquefois d’ailleurs au mépris de la vie privé, du droit de la propriété intellectuelle, de la conccurence ou de l‘individu.

Son exploitation systématique des ouvrages des bibliothèques est le cauchemar des documentalistes, qui n’ont pas ses moyens, des éditeurs et des écrivains, qui voient difficilement comment récupérer leurs droits intellectuels ou économiques. Mais c’est aussi, dans le même temps, une formidable machine à engranger le savoir, la Connaissance.

Son exploitation de ces masses de documents est proprement géniale. Nous sommes loin des premiers moteurs de recherche, aptes à simplement recenser quelques milliers de liens simples, de sites.

Les algorythmes de recherches deviennent de plus en plus précis, de plus en plus perspicaces. Et de nouvelles technologies font leur apparition, très prometteuses.

En fait, cette montée de l’importance de l’information est un phénomène anglo saxon. Des sociétés existent depuis longtemps, chargées de dépouiller diverses sources écrites ou audio visuelles, afin de rechercher et mettre en forme les éléments qui intéressent leurs clients.

Et nous; ou en sommes nous ?

J’affirme que nosu sommes loin derrière, malgré quelques tentatves comme Gallica 2 la bibliothèque du futur, la bibliothèque européenne.

Mais nous n’avons peu ou pas de moyens de concentrer l’information, de l’analyser et de la retranscrire en termes intelligibles, après l’avoir digéré.

Ce qui est navrant c’est que nous possédons sans conteste les plus grands trésors de ce monde en manuscrits, photographies, textes anciens ou modernes, ainsi qu’une profusion de documents de tous ordres, que l’institution des archives a permis de conseerver depuis la révolution, tels les actes de l’ancien régime, ou les actes d’état civil.

Ces documents, s’ils commencent à être un tant soit peu exploités, l’ont été en premier par les mormons américains!

Des archives sont détruites, faute de place. Nous avons ainsi perdu un ensemble de photographies de l’identité judiciare, à une époque, faute de place.

Je suis un fervent partisan de la conservation des archives, malgré les couts. Couts qui peuvent être diminués par la scannérisation, la mise en ligne.

C’est un chantier national qui doit être mis en oeuvre, un plan de traitement, d’indexation de nos documents, quels qu’ils soient. Cette manne pourra ensuite être proposé et monnayée comme le fait actuellement l’INA.

Mais il ne suffit pas d’engranger les connaissances; encore doit on pouvoir les exploiter. Et la, si la machine peut faire certaines choses, proposer des similitudes, agréger certains domaines proches, l’exploitation des données, leur compréhension, leur éclairage par la mise en commun de diverses connaissances ne peut se faire que par l’homme.

Nous devons former et mettre en place des équipes humaines capables non seulement d’engranger les connaissances tous azimuts, mais de plus capables de relier ces connaissances diverses, par un comportement de l’esprit adéquat.

Nos recherches actuellement, que ce soit au cnrs ou ailleurs sont trop sectorisées. La seule possibilité pour le chercheur d’aller voir ailleurs, en dehors de son domaine propre, c’est internet, mais souvent par des revues ou livres anglosaxons….

Il nous faut absolument mettre en oeuvre un nouveau système d’éducation, qui mettent en avant la recherche pour le plaisir, l’éducation et l’apprentissage comme un jeu, mais un jeu ou tout le monde sera gagnant. Car combien d’inventions, de brevets auraient pu être découverts plus tôt, si seulement les bonnes personnes avaient eu connaissance de certaines informations ?