Archive for the ‘politique’ Category

Cadeau de noël ?

mercredi 25 décembre 2013 358

Joli petit cadeau de Noël que vient de nous promulguer le président de la République ce 23 décembre, qui malheureusement passera sans doute inaperçu, et surtout ne sera sans doute pas appliqué.

Mais un peu d’espoir fait vivre :

 

Le 25 décembre 2013

 

 

JORF n°0298 du 24 décembre 2013

 

Texte n°2

 

 

LOI

LOI n° 2013-1202 du 23 décembre 2013 autorisant la ratification du traité sur le commerce des armes

 

NOR: MAEJ1316909L

 

 

 

 

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

 

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

 

 

Article unique.

 

 

Est autorisée la ratification du traité sur le commerce des armes, signé à New York le 3 juin 2013, et dont le texte est annexé à la présente loi (2).

 

La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat.

 

 

Fait à Paris, le 23 décembre 2013.

 

François Hollande

 

Par le Président de la République :

 

Le Premier ministre,

Jean-Marc Ayrault

Le ministre des affaires étrangères,

Laurent Fabius

 

(1) Travaux préparatoires : loi n° 2013-1202. Sénat : Projet de loi n° 837 (2012-2013) ; Rapport de M. Daniel Reiner, au nom de la commission des affaires étrangères, n° 33 (2013-2014) ; Texte de la commission n° 34 (2013-2014) ; Discussion et adoption, après engagement de la procédure accélérée, le 8 octobre 2013 (TA n° 8, 2013-2014). Assemblée nationale : Projet de loi, adopté par le Sénat, n° 1420 ; Rapport de M. Jean-Philippe Mallé, au nom de la commission des affaires étrangères, n° 1620 ; Avis de Mme Danièle Hoffman-Rispal, au nom de la commission de la défense, n° 1601 ; Discussion et adoption (procédure d’examen simplifiée) le 12 décembre 2013 (TA n° 258). (2) Le texte sera publié ultérieurement au Journal officiel de la République française.

 

 

Le traité et un commentaire très parlant :

Anne-Sophie Traversac : Le Traité sur le commerce des armes, l’adoption symbolique mais contrariée d’un outil juridiquement contraignant au niveau international

Lettre « Actualités Droits-Libertés » du CREDOF, 12 juin 2013

 

 

 

Publicités

Les veilleurs : actualités

dimanche 15 décembre 2013 348

Je fais suivre ici cet article des veilleurs.

J’aime assez leur façon de faire.

Un nouveau moyen d’expression que n’aurait pas renié Ghandi je pense.

Pourront ils simplement canaliser l’agressivité actuelle et éviter les débordements?

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2013/12/14/economie-et-dignite-%C2%A0-les-veilleurs-sans-faux-fuyant-5246832.html

 

 

Tous des pigeons ?

dimanche 7 octobre 2012 280

Un article de Mr Billaut m’a encore interpellé. Suite au mouvement rapidement incontournable des pigeons sur la toile, qui ont fait un buzz superbe (il faut dire aussi que les initiateurs connaissent un peu les mouvements sociaux sur la toile…), Mr Billaut lance un appel sur la pérennisation d’un mouvement politique qui sort des sentiers battus :

http://billaut.typepad.com/jm/2012/10/les-pigeons-se-r%C3%A9voltent-pourquoi-ne-pas-cr%C3%A9er-un-e-parti-apolitique-au-sens-traditionnel-.html

 

Je lui ai envoyé ce mail :

 

bonjour Mr Billaut.


Il y a quand même dans les administrations diverses des visionnaires.

Il y a eu aussi la RCB (rationalisation des choix budgétaires) ; dommage que cela fut resté un énième rapport sans portée transmis au parlement pour discuter de la loi de finances.

Mais il y a aussi des mandarins qui font avancer la France (la douleur par exemple, et bien que ce ne soit passez, est prise en compte dans le parcours de soins), des administratifs qui avancent (avec l’argent public) au dela des castes et des organisations  (admi.net tenu à bras le coprs en particulier par Christian Scherer (allez voir la team, très intéressant) .

Des mouvements partis de rien ça commence, un peu partout dans le monde . Les pigeons, je ne sais pas. Ca ne me plait pas trop. Non pas les personnes qui viennent adhérer mais le mouvement en lui même. Il s’agit je crois d’une vraie récupération. Quand on regarde l’historique de l’auto entrepreneur, on s’aperçoit qu’un jour l’une des fédérations a été créée de toutes pièces par un ambitieux jeune homme….lui a bien compris et accompagné le mouvement…..

Enfin il y a un mais (je viens de le lire après avoir écrit la phrase précédente) http://www.lepoint.fr/economie/les-pigeons-detruisent-l-image-de-l-entrepreneuriat-05-10-2012-1513893_28.php
J’ai confiance dans ce pays. Qui marche malheureusement en dehors de toute rationalité, à la démerde (désolé pour ce mot). Au dernier moment, rien n’est jamais prêt, mais qui n’en finit pas d’étonner, d’exaspérer et de séduite le monde.
Amitiés, bruno
ps : j’aimerais reproduire ce mail sur mon site . Pas d’inconvénient ?
Bruno Delferrière
Voila sa réponse :
Bruno
y’a des tas de gens bien dans ce pays… mais on a une élite un peu à la masse…
et cela a chauffé tout ce week end sur mon wall FB...
JM
Jean Michel Billaut
Merci de « liker » sur celauraitpuvousarriver.com sur FB
Elu Personnalité Numérique 2010 par l’Acsel
Prix du Promoteur de la Société Numérique 2011
Hub Awards d’Honneur 2011
Président Fondateur de l’Atelier BNP Paribas
Tel : 33 (0)6 62 69 17 78 – 33 (0)1 30 88 50 20
Blog : ici
Profil Linkedin : ici
Wall Facebook : ici
Twitter ici
Skype : jmbillaut
Channel TV Vimeo : en cours
Audience cumulée : autour de 200.000 personnes..
MyPlayList Spotify : oldies but goodies  ici

Myprothèse 2.0 : ici

La France 2.0 est sur le e-billautshow
Et ma réponse : 
Oui Monsieur Billaut. C’est en réponse à cet article justement mon mail.


Mais impossible de me connecter pour répondre directement…

J’ai bien quelques idées de ce qui va se passer mais bon…l’espoir fait vivre. Pourquoi doit t’on tout refuser dans ce pays , et tout critiquer ? Car si je critique ce mouvement qui ne me plait pas à cause de la récupération qui (c’est mon avis personnel) existait au départ , je ne critique pas les entrepreneurs  ou tous ceux qui ont répondus présents.

Et surtout je ne critique pas tous ceux qui essaient. En revanche, je critique la libre concurrence à outrance, le refus de l’humain pour le profit, la dépersonnalisation, la pollution pour le profit, les laissés pour compte sur le carreau, et l’absolue non vision de politiques trop vieux pour utiliser internet, qui ont peur de ce changement.

Je critique aussi la connerie humaine….(même si je suis aussi le con des autres).

Au fait avons nous besoin aujourd’hui d’un parti ou d’une structure ? je ne le crois pas. Nous avons besoin d’équipements, de structures, et de quelques fonctions régaliennes. Et d’une agora digne de ce nom.Surtout une agora.

Un espace d’expression ou tous les moyens sont donnés à chacun pour montrer ou offrir son talent. (pour un musicien, l’instrument de musique et la plate forme d’écoute et de diffusion; pour un poète  le temps d’écrire et la plate forme de diffusion…par exemple…et pour un politique un espace de publicité à ses idées, à ses actions, avec vérification de ses idées, de ses annonces, et une critique immédiate et constructive…enfin aux savants des laboratoires dignes de ce nom, et la possibilité d’expérimenter, avec les bases de connaissances nécessaires).

 

Lettre ouverte à monsieur le président de la république (…)

vendredi 17 avril 2009 106

| Les référentiels de l’administration électronique
17 Avril 2009

Accessibilité, interopérabilité, sécurité et ergonomie sont les maîtres mots de l’administration électronique, qui participe de l’amélioration de l’accueil dans les services publics, un des chantiers prioritaires engagés par Eric WOERTH dans le cadre de la modernisation de l’Etat. Le site references.modernisation.gouv.fr met aujourd’hui à la disposition des ministères, des organismes publics et des collectivités territoriales un ensemble de règles, de méthodes et d’outils sous forme de documents de référence. Objectif : rendre le paysage des sites publics plus cohérent et plus lisible, afin de renforcer la confiance des internautes et de développer les usages des services en ligne tout en optimisant le fonctionnement des systèmes d’information.

Pour en savoir plus

RGAA : rendre les sites Internet publics accessibles à tous

La loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, impose aux administrations de rendre accessibles leurs sites Internet aux personnes handicapées. Pour les aider à se mettre en conformité, la direction générale de la modernisation de l’Etat (DGME) s’apprête à publier officiellement la version du référentiel général d’accessibilité (RGAA) : un outil de mesure et d’accompagnement indispensable pour garantir qu’un site web pourra être vu, lu et compris par tous.

pour en savoir plus

Une charte ergonomique pour harmoniser la physionomie des sites publics
Mesure annoncée dans le cadre de la première vague des décisions de la RGPP et dont la réalisation a été confiée par Eric WOERTH à la DGME, la charte ergonomique des sites Internet publics définit un ensemble de règles communes de conception et de présentation que devront respecter tous les sites de la sphère publique.
En 2009, l’objectif fixé est de respecter au moins 80% des règles de niveau "recommandé".

pour en savoir plus

RGI : harmoniser les échanges entre systèmes d’information.
Pour répondre aux attentes des usagers, l’administration doit offrir des services modernes, transverses et interactifs, ce qui implique d’augmenter la capacité des systèmes d’information à dialoguer entre eux, à échanger avec l’extérieur. C’est tout l’enjeu du référentiel général d’interopérabilité (RGI), en cours de finalisation. Quels sont les objectifs et les bénéfices attendus de ce référentiel ?

pour en savoir plus

Des mots, rien que des mots !

Ce n’est pas cela qui va permettre aux usagers citoyens de s’approprier les concepts…

Au contraire même;

Il existe deux sites actuellement qui sont au top de ce que j’estime correspondre aux attentes (à ce propos quelles sont elles ces attentes ?) des citoyens :

 

 

et

 

 

Il y en a assez de tous ces châteaux de carte, ces plans sur la comète, ces réalisations payées par les contribuables qui ne servent à rien, ces planifications non planifiées et incontrôlées, ni contrôlables.

Les réseaux ne sont pas si lointains, internet vient juste de naître.

Ce que cela sera demain, nul ne peut le prédire; seules quelques pistes sont en cours d’évaluation. La plupart des nouvelles fonctionnalités, des nouveaux instruments sont encore inconnus et à créer, à inventer.

Cela, c’est passionnant; et c’est le rôle de la recherche, qui, comme je vous l’ai suggéré, doit augmenter considérablement; sans en faire justement un machin qui tourne tout seul, sans contrôle, mais un véritable outil d’incubation des nouvelles techniques, technologies, que ce soit grâce à une recherche fondamentale, théorique, soit par la mise en application de nouvelles technologies et techniques, sans avoir peur d’expérimenter du fait des coûts.

C’est seulement en expérimentant, en se trompant, avec un cout réel, que nous pourrons progresser.

Nous n’avons pas le choix. Si nous ne le faisons pas, demain nous serons absorbés, mangés.

 

Ou nous relevons la tête, ou nous sombrons.

Pourquoi créons nous de magnifiques concepts, élaborés avec grands frais, et effets d’annonces, pour les laisser croupir ?

Le plan est une idée à nouveau nécessaire.

La Rationalisation des Choix Budgétaires devrait enfin être appliquée; il n’ y avait pas besoin d’inventer la RGPP qui n’est, à mon sens, qu’une nouvelle théorie qui sombrera dans l’oubli et qui n’aura pas de pérennité.

Par contre, il y a des avancées, mais avec les faiblesses actuelles :

l’APIE est une idée intéressante. Mais l’un des premiers exemple cités est en totale contradiction avec l’économie de marché qui tend vers une baisse des coûts, du fait d’une raréfaction des moyens  et des économies obligées que toute entreprise digne de ce nom doit prendre en compte.

Or si on comprend l’un des premiers actes qui a été la mise en place d’un catalogue des lieux et monuments appartenant à l’Etat susceptibles d’être utilisés pour des tournages de film, on apprend qu’un terrain militaire sera loué par jour de trois à six mille euros, dans une fourchette de marché.

Ce n’est pas comme cela que l’on va favoriser la production de films à petits budgets de qualité; bien au contraire.

Il nous faut innover. Il nous faut inventer.

Or nous sommes en train de nous enfoncer dans les dérives des politiques précédentes, en continuant sur leur lancée.

Osons, Monsieur le président. C’est un pari sur l’avenir, mais au moins nous pourrons agir. Nous ne serons pas les trainards du monde, mais les autres nous suivrons.

Ne nous félicitons pas, mais activons nous. La France mérite beaucoup plus que des satisfécits….

Et beaucoup plus que des lois de protection et de non ingérence…

 

Osons, Monsieur le président; ouvrons les frontières, ouvrons la porte à de nouveaux éléments;

Vous êtes en train de nous mener vers une débâcle sans précédent, par la réforme des hôpitaux et les restrictions de la sécurité sociale.

Au contraire, il faut investir dans le médical. Ce sera l’un des premiers secteurs économiques dans les années à venir; du fait des récents plans de départ en retraite anticipé des années 1990.

Ce sera une manne essentielle de notre économie; car nous savons depuis déjà des années que le tourisme sera celui des ainés. Autant en profiter pour leur proposer des soins complets en même temps.

 

Attirons le monde par le tourisme, mais surtout par ses possibilités de soins, par ses maisons de retraite ou il fait bon vivre, par ses technologies d’accompagnement dans la vieillesse. C’est de l’argent, de l’emploi, qui nous tend les bras. Facilement; avec de l’investissement, mais si facilement.

Allons nous laisser anglais, belges ou espagnols récupérer cette manne créatrice de richesse et d’emplois ?

Les femmes ont pu remplacer les hommes pendant la guerre; le pays a pu se reconstruire après la seconde guerre, si rapidement; il n’a fallu que 15 ans….

Ne pouvons nous pas faire de même aujourd’hui ?

Allons de l’avant…

 

Imaginons, et créons.

Lettre ouverte à monsieur le président de la république (…)

vendredi 17 avril 2009 106

| Les référentiels de l’administration électronique
17 Avril 2009

Accessibilité, interopérabilité, sécurité et ergonomie sont les maîtres mots de l’administration électronique, qui participe de l’amélioration de l’accueil dans les services publics, un des chantiers prioritaires engagés par Eric WOERTH dans le cadre de la modernisation de l’Etat. Le site references.modernisation.gouv.fr met aujourd’hui à la disposition des ministères, des organismes publics et des collectivités territoriales un ensemble de règles, de méthodes et d’outils sous forme de documents de référence. Objectif : rendre le paysage des sites publics plus cohérent et plus lisible, afin de renforcer la confiance des internautes et de développer les usages des services en ligne tout en optimisant le fonctionnement des systèmes d’information.

Pour en savoir plus

RGAA : rendre les sites Internet publics accessibles à tous

La loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, impose aux administrations de rendre accessibles leurs sites Internet aux personnes handicapées. Pour les aider à se mettre en conformité, la direction générale de la modernisation de l’Etat (DGME) s’apprête à publier officiellement la version du référentiel général d’accessibilité (RGAA) : un outil de mesure et d’accompagnement indispensable pour garantir qu’un site web pourra être vu, lu et compris par tous.

pour en savoir plus

Une charte ergonomique pour harmoniser la physionomie des sites publics
Mesure annoncée dans le cadre de la première vague des décisions de la RGPP et dont la réalisation a été confiée par Eric WOERTH à la DGME, la charte ergonomique des sites Internet publics définit un ensemble de règles communes de conception et de présentation que devront respecter tous les sites de la sphère publique.
En 2009, l’objectif fixé est de respecter au moins 80% des règles de niveau "recommandé".

pour en savoir plus

RGI : harmoniser les échanges entre systèmes d’information.
Pour répondre aux attentes des usagers, l’administration doit offrir des services modernes, transverses et interactifs, ce qui implique d’augmenter la capacité des systèmes d’information à dialoguer entre eux, à échanger avec l’extérieur. C’est tout l’enjeu du référentiel général d’interopérabilité (RGI), en cours de finalisation. Quels sont les objectifs et les bénéfices attendus de ce référentiel ?

pour en savoir plus

Des mots, rien que des mots !

Ce n’est pas cela qui va permettre aux usagers citoyens de s’approprier les concepts…

Au contraire même;

Il existe deux sites actuellement qui sont au top de ce que j’estime correspondre aux attentes (à ce propos quelles sont elles ces attentes ?) des citoyens :

 

 

et

 

 

Il y en a assez de tous ces châteaux de carte, ces plans sur la comète, ces réalisations payées par les contribuables qui ne servent à rien, ces planifications non planifiées et incontrôlées, ni contrôlables.

Les réseaux ne sont pas si lointains, internet vient juste de naître.

Ce que cela sera demain, nul ne peut le prédire; seules quelques pistes sont en cours d’évaluation. La plupart des nouvelles fonctionnalités, des nouveaux instruments sont encore inconnus et à créer, à inventer.

Cela, c’est passionnant; et c’est le rôle de la recherche, qui, comme je vous l’ai suggéré, doit augmenter considérablement; sans en faire justement un machin qui tourne tout seul, sans contrôle, mais un véritable outil d’incubation des nouvelles techniques, technologies, que ce soit grâce à une recherche fondamentale, théorique, soit par la mise en application de nouvelles technologies et techniques, sans avoir peur d’expérimenter du fait des coûts.

C’est seulement en expérimentant, en se trompant, avec un cout réel, que nous pourrons progresser.

Nous n’avons pas le choix. Si nous ne le faisons pas, demain nous serons absorbés, mangés.

 

Ou nous relevons la tête, ou nous sombrons.

Pourquoi créons nous de magnifiques concepts, élaborés avec grands frais, et effets d’annonces, pour les laisser croupir ?

Le plan est une idée à nouveau nécessaire.

La Rationalisation des Choix Budgétaires devrait enfin être appliquée; il n’ y avait pas besoin d’inventer la RGPP qui n’est, à mon sens, qu’une nouvelle théorie qui sombrera dans l’oubli et qui n’aura pas de pérennité.

Par contre, il y a des avancées, mais avec les faiblesses actuelles :

l’APIE est une idée intéressante. Mais l’un des premiers exemple cités est en totale contradiction avec l’économie de marché qui tend vers une baisse des coûts, du fait d’une raréfaction des moyens  et des économies obligées que toute entreprise digne de ce nom doit prendre en compte.

Or si on comprend l’un des premiers actes qui a été la mise en place d’un catalogue des lieux et monuments appartenant à l’Etat susceptibles d’être utilisés pour des tournages de film, on apprend qu’un terrain militaire sera loué par jour de trois à six mille euros, dans une fourchette de marché.

Ce n’est pas comme cela que l’on va favoriser la production de films à petits budgets de qualité; bien au contraire.

Il nous faut innover. Il nous faut inventer.

Or nous sommes en train de nous enfoncer dans les dérives des politiques précédentes, en continuant sur leur lancée.

Osons, Monsieur le président. C’est un pari sur l’avenir, mais au moins nous pourrons agir. Nous ne serons pas les trainards du monde, mais les autres nous suivrons.

Ne nous félicitons pas, mais activons nous. La France mérite beaucoup plus que des satisfécits….

Et beaucoup plus que des lois de protection et de
non ingérence…

 

Osons, Monsieur le président; ouvrons les frontières, ouvrons la porte à de nouveaux éléments;

Vous êtes en train de nous mener vers une débâcle sans précédent, par la réforme des hôpitaux et les restrictions de la sécurité sociale.

Au contraire, il faut investir dans le médical. Ce sera l’un des premiers secteurs économiques dans les années à venir; du fait des récents plans de départ en retraite anticipé des années 1990.

Ce sera une manne essentielle de notre économie; car nous savons depuis déjà des années que le tourisme sera celui des ainés. Autant en profiter pour leur proposer des soins complets en même temps.

 

Attirons le monde par le tourisme, mais surtout par ses possibilités de soins, par ses maisons de retraite ou il fait bon vivre, par ses technologies d’accompagnement dans la vieillesse. C’est de l’argent, de l’emploi, qui nous tend les bras. Facilement; avec de l’investissement, mais si facilement.

Allons nous laisser anglais, belges ou espagnols récupérer cette manne créatrice de richesse et d’emplois ?

Les femmes ont pu remplacer les hommes pendant la guerre; le pays a pu se reconstruire après la seconde guerre, si rapidement; il n’a fallu que 15 ans….

Ne pouvons nous pas faire de même aujourd’hui ?

Allons de l’avant…

 

Imaginons, et créons.

Politiques, groupes de pression, Europe et désillusions.

samedi 28 mars 2009 86

Si ce que dénonce

Christophe Beaudouin
Directeur de l’Observatoire de l’Europe

 

est vrai sur un certain fond de pension, rappelant au passage que le budget de l’Europe n’a toujours pas été validé au bout de 14 ans par la cour des comptes européennes, il y a lieu d’être dubitatifs sur la gestion et la sincérité de nos parlementaires élus. (au même titre d’ailleurs que nous pourrions discuter de l’intérêt bien compris de nos parlementaires nationaux de la chose publique pour laquelle ils sont élus).

En ces jours peu bénis de crise financière et économiques, ce genre de comportement ne passe pas; ou mal. Ce n’est pas de cette manière que l’on va réconcilier les français avec la politique, ou les français avec l’Europe.

Leurs fondateurs doivent se retourner dans leurs tombes….

Pendant ce temps la, la pauvreté augmente de manière vertigineuse en France et dans le monde….

Politiques, groupes de pression, Europe et désillusions.

samedi 28 mars 2009 86

Si ce que dénonce

Christophe Beaudouin
Directeur de l’Observatoire de l’Europe

 

est vrai sur un certain fond de pension, rappelant au passage que le budget de l’Europe n’a toujours pas été validé au bout de 14 ans par la cour des comptes européennes, il y a lieu d’être dubitatifs sur la gestion et la sincérité de nos parlementaires élus. (au même titre d’ailleurs que nous pourrions discuter de l’intérêt bien compris de nos parlementaires nationaux de la chose publique pour laquelle ils sont élus).

En ces jours peu bénis de crise financière et économiques, ce genre de comportement ne passe pas; ou mal. Ce n’est pas de cette manière que l’on va réconcilier les français avec la politique, ou les français avec l’Europe.

Leurs fondateurs doivent se retourner dans leurs tombes….

Pendant ce temps la, la pauvreté augmente de manière vertigineuse en France et dans le monde….

Sarkozy va provoquer les cheminots et il fait une boulette énorme…

dimanche 9 novembre 2008 313

Sarkozy va provoquer les cheminots et il fait une boulette énorme…

 

Cet article très précis mérite d’ être connu et diffusé au plus grand nombre.

 

C’est le nouveau pari de ce siècle. Il y a l’information avec un grand I et les mass médias, qui cachent ou dissimulent, au mieux arrangent la vérité, et , de l’autre côté, des internautes, des personnes, qui savent lire entre les lignes, ou même faisant partie de l’ événement médiatique, en tirent les tenants et aboutissants, au grand dam des maisons journalistiques établies.

Si c’est rafraîchissant et rassurant, se pose dans le même temps la question de savoir comment communiquer ce genre d’ information à un public nombreux et pas forcément réceptif car bloqué sur le jt de TF1 et lobotomisés par la politique spectacle.

Cependant il est rassurant de constater que dans une démocratie de nom et plus de fait, une pensée autre, non issue du pouvoir, et non inféodée à un groupe, peut encore circuler

Sarkozy va provoquer les cheminots et il fait une boulette énorme…

dimanche 9 novembre 2008 313

Sarkozy va provoquer les cheminots et il fait une boulette énorme…

 

Cet article très précis mérite d’ être connu et diffusé au plus grand nombre.

 

C’est le nouveau pari de ce siècle. Il y a l’information avec un grand I et les mass médias, qui cachent ou dissimulent, au mieux arrangent la vérité, et , de l’autre côté, des internautes, des personnes, qui savent lire entre les lignes, ou même faisant partie de l’ événement médiatique, en tirent les tenants et aboutissants, au grand dam des maisons journalistiques établies.

Si c’est rafraîchissant et rassurant, se pose dans le même temps la question de savoir comment communiquer ce genre d’ information à un public nombreux et pas forcément réceptif car bloqué sur le jt de TF1 et lobotomisés par la politique spectacle.

Cependant il est rassurant de constater que dans une démocratie de nom et plus de fait, une pensée autre, non issue du pouvoir, et non inféodée à un groupe, peut encore circuler