La France plus belle ? Ou la France poubelle nucléaire ?

C’est une de ces questions existentielles que l’on se pose un jour, et qui revient vous hanter tout au long de votre vie.

Comme l’origine de la vie, le big bang ou les petits bonhommes verts.

Sauf que cette question est plus grave, elle fait peur.

En fissurant l’atome, en ouvrant une époque de prospérité économique sans précédent, avec de l’énergie coulant à flots, la production nucléaire d’électricité a offert à notre pays, et au monde , une énergie extraordinaire, une alternative aux produits fossiles (pétrole ou charbon).

Au début, malgré la peur que Les bombes sur le Japon ont pu provoquer, tout était rose. Le monde tournait, sans à coups, et un avenir radieux s’annonçait pour la fée électricité.

Oui, mais….pour notre malheur, la production d’un produit quelconque provoque toujours des déchets.

Quand la France comptait 50000 habitants, ce n’était pas très grave; ils pouvaient s’éliminer naturellement, ou être éparpillés suffisamment pour rester « invisibles » et sans danger.

Mais plus aujourd’hui. Les « déchets » de nos centrales nucléiares posent un véritable problème, sans précédent dans l’histoire humaine.

Car il est un problème. Si l’on sait actuellement retraiter les déchets nucléaires pour les « contenir » à peu près, on ne sait pas vraiment ce qui se passera dans le temps.

La question n’est pas de savoir s’il est possible de les enfouir sous terre sans danger, mais quand un accident arrivera t-il , car il sera forcément, à l’échelle de plusieurs millions d’années, temps nécessaire pour que la radioactivité diminue suffisamment.

On voit aujourd’hui les simples ravages du climat sur notre monde, les tremblements de terre et volcans en éruptions.

Quel que soit le site retenu, il existe un risque réel, qui ne peut être écarté, et ne peut être prévu.

Nous sommes des assassins à l’état virtuel, mais assassins futurs. Car il se produira forcément un accident; un jour proche ou lointain.

La solution de l’enfouissement n’et qu’un emplâtre pour cacher la misère.

Il est temps de s’interroger. Il n’est pas possible qu’une autre solution n’existe. Allons nous continuer à nous tuer ainsi, à petit feu ou brutalement, avec le nucléaire ?

Il est urgent de poser la question, et surtout d’en débattre.

Pas besoin d’être un scientifique pour comprendre les tenants et aboutissants de la question.

Il n’y a pas de risque raisonnable en la matière. Il y a un vrai risque, simplement, réel. Nous ne pouvons l’écarter parce qu’on nous le dit.

Posons la question, levons le voile de la dissimulation et de l’hypocrisie.

 

http://verdun.over-blog.net/article-23695280.html

 Nous devons savoir ce que nous voulons, pour nous et nos enfants, les futures générations.

Un dernier détail : qui pourra dire quelle langue nous parlerons et si la France en tant que telle existera dans plusieurs millions d’années? Comment prévenir les générations futures à l’échelle du million d’année des dangers de s’aventurer sur un site radioactif ?

Le tout nucléaire, oui, mais sans les déchets.

Tout le monde désire de l’énergie à bas cout, produite en quantité suffisante pour alimenter nos nouveaux jouets, appareils elctroménagers, téléviseurs plasma , lcd et nos ordinatuers et consoles de jeu.

De toute façon, il n’y aurait pas d’autre solution actuellement.

Le nucléaire et propre et sans danger, si l’on sait bien traiter les atomes. Et nous savons le faire, nous dit on la main sur le coeur, nous savons jouer avec, et apprivoiser les petis atomes nés de la fission.

Oui, sauf que depuis, sont passés les essais nucléaires du pacifique avec son lot de problèmes, dont un lagon mort et une population atteinte de divers cancers, un Tchernobyl qui a laissé des traces malgré les allégations de nos gouvernants qui se trouveront encore longtemps dans nos champignons ou notre thym…

Nous avons besoin du nucléaire, mais nous ne ssavons pas gérer les déchets. Et nous ne savons plus ou les emplier….

L’Etat recherche donc un site suffisament sécurisé pour pouvoir y enfouir tranquillement des déchets radioactifs.

Ce qui ne va pas sans mal, témoins La Marne ou l’Aube.

Ne aprlons pas des conséquences non calculées et non calculables d’un enfouissement sur des centaines d’années ou des millers d’années, alors que la palnète se réveille, malade de la pollution et du réchauffement, que les vents se forment violents, et que la terre n’est plus un havre de paix et de tranquillité, volcans et tremblements de terre se multipliant.

Au lieu de chercher des endroits ou sctocker nos poubelles, déchets du capitalisme économique, qui veut produire à tous prix, un challenge devrait prévoir un moyen de détruire définitivement ce risque radioactif, bombe à retardement pour nos descendants….