La sécurité sanitaire ou l’action des pouvoirs publics : la grippe ou virus h1n1

Ce virus aura déjà fait couler beaucoup d’encre (bien que cette locution devienne actuellement obsolète).

Nous ne reviendrons pas ici sur les diverses polémiques quant à l’action du gouvernement en cette période de crise, les diverses valses hésitations, et les appels au calme, avant d’entre maintenant dans une phase de dissémination de la crainte, savamment orchestrée dans les médias par quelques cas mortels, ou la promesse visuelle de poumons abimés de nourrissons.

Nous poserons simplement deux questions :

Pourquoi ne pas avoir simplement fermé les frontières, toutes les frontières ?

Cela aurait été si simple. Mais peut être n’était ce pas viable économiquement?

Dans la même veine, pourquoi ne pas avoir distribué les masques immédiatement? C’était encore une possibilité relativement simple.

Moi qui suit en contact avec le public dans un endroit qui peut accueillir plusieurs centaines de personnes de tous horizons, dont des personnes en exclusion totale, je n’ai toujours pas reçu de réponse à cette légitime demande!!!

Mais la question principale est l’accès à la vaccination; ainsi que les non dits, les volte faces, les allégations, les duperies…

En effet, et c’est maintenant confirmé depuis hier, Les doses de vaccin ne sont pas en quantité suffisantes; la campagne durera au moins jusqu’en février 2010. Ce qui veut dire que des personnes mourront faute d’être vaccinées à temps, puisque si l’on écoute nos politiques, et particulièrement notre ministre de la santé, la vaccination est absolument nécessaire.

Nous sommes vraiment dans un drôle de monde. On nous apprend que si l’on ne se fait pas vacciner il y aura des morts….Et qu’on pourra revendre nos doses de vaccins inutilisées. (A qui et quand?).

Mais que l’on ne pourra se faire vacciner de suite.

Pendant ce temps on trouve des souches nouvelles mutantes en Norvège…..Et des vaccins provoquant des suites assez difficiles à accepter.