Budget et richesses, évènements géophysiques et climatiques, politique et aide humanitaire.

Les budgets des nations, en particulier celui de la France sont en déficit record. La crise économique mondiale n’en est pas seule responsable, loin de la. Les choix politiques, les choix sociaux, les idées libérales forment un édifice que l’on pourrait présenter en forme de trou inversé, un gigantesque trou noir qui absorberait comme une pompe gigantesque tous nos moyens, toutes nos ressources.

Dans le même temps, hier et aujourd’hui du fait des tremblements de terre et des tsunamis, des milliers de personnes se retrouvent enfouies sous terre, sans ressources, dans le dénuement le plus total.

600 millions d’euros sur les fonds d’urgence sont débloqués…..Une paille dans un océan de ressources disponibles.

Ces jours ci, le lait est étendu par terre, du fait d’un paiement insuffisant pour les producteurs…

Nous avons une responsabilité, un comportement nouveau à prendre.

Nous sommes capables, depuis le milieu du 20 e siècle de produire en abondance tous les biens inimaginables, en quantité suffisantes pour toute la population mondiale. Nous pourrions éviter les famines, par un apport équitables des ressources agricoles par redistribution.

Les gens meurent de faim, souffrent, pour des questions d’argent.

Ce n’est plus vivable, ce n’est plus acceptable aujourd’hui.

Nous devons adopter un autre système, avant que celui s’effondre et que l’ordre mondial devienne obsolète; que ressortent les vieilles rancunes, et que le protectionnisme appliqué de manière guerrière ressurgisse.

Nous avons d’autres soucis à gérer : les famines, le climat, les déchets, radioactifs ou non, la surpopulation, la conquête des étoiles.

Et notre tour de Babel n’est toujours pas construite.