Cette semaine j’ai rencontré un exilé afghan qui a évoqué pour moi son calvaire.

Toujours en demande d’asile en France, depuis cinq années si longues, quand son épouse est encore la bas. Celle-ci, pour la préserver nous n’évoquerons pas son métier, ne l’a plus. Elle a été remerciée. Simplement. Et vit aujourd’hui sans ressources. Solitaire. La peur au ventre.

Son époux essaie de s’en sortir.

Je n’irais pas plus loin. Je ne vais rien évoquer. Car je ne sais trop si cela pourrait permettre de les repérer.

Leur situation n’est pas enviable. Surtout pour son épouse. Lui ne se plaint pas. Il sait juste que la situation va encore se compliquer et qu’un long périple les attend tous les deux.

Mais pour moi, c’est intolérable. Totalement. Complètement. Obligés d’être séparés pour espérer demain une vie meilleure.

Quand les politiques pérorent, les bateaux coulent, aucune action tangible n’est envisagée sinon un avion de surveillance entre la Grande Bretagne et la France.

La décence devrait s’imposer aux hommes, ou femmes, politiques. Arrêtez de parler, surtout pour ne rien dire, agissez. Vous en avez les pouvoirs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.