Archive for février 2011

Oub

mardi 22 février 2011 52

http://www.1tpe.com/pubJSban2.php?af=delferri

Publicités

La meilleure de l’année !

jeudi 17 février 2011 47

Il suffirait donc d’avoir quelques milliers de salariés pour obtenir la légion d’honneur ?

http://www.zdnet.fr/actualites/steve-ballmer-fait-chevalier-de-la-legion-d-honneur-par-nicolas-sarkozy-39758357.htm#xtor=RSS-1

Microsoft « cette entreprise qui comprend les valeurs humanistes de la France et de l’Europe » » ?

Et oui elle apporte un peu d’argent ….au détriment des salariész bien souvent :  http://www.clubic.com/actualite-252702-microsoft-licenciements.html

Quelle curieuse récompense.

Appels téléphoniques : le rappel systématique verra t’il le jour ?

vendredi 11 février 2011 41
C’est la plus intéressante des propositions annoncée suite à la question de monsieur le sénateur Roland Courteau.

Sauf que le gouvernement n’est toujours pas à jour légalement !


Il y a encore beaucoup de progrès possibles. Et ce ne sont pas les contraintes techniques ou administratives, qui, à elles seules, peuvent dédouaner l’Etat.
http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ100513537

Non-publication du décret sur la liste des numéros spéciaux accessibles gratuitement
13 ème législature

Question écrite n° 13537 de M. Roland Courteau (Aude – SOC)
publiée dans le JO Sénat du 20/05/2010 – page 1264
M. Roland Courteau rappelle Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi que la loi n° 2004-575 du 21 Juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique prévoit, dans son article 55, « qu’un décret en Conseil d’État détermine, chaque année, la liste des services sociaux mettant à la disposition des usagers des numéros d’appel spéciaux accessibles gratuitement depuis les téléphones fixes et mobiles ».
Il lui indique qu’il l’a interrogée à plusieurs reprises sur cette non-publication du décret, sans qu’il n’y ait jamais eu d’explication véritable quant aux raisons précises qui conduisent le Gouvernement, 6 années plus tard, à persister à ne pas respecter la volonté du législateur.
Il lui demande une nouvelle fois de bien vouloir lui fournir toutes explications.
>Transmise au Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l’État

Réponse du Ministère du budget, des comptes publics , de la fonction publique et de la réforme de l’État
publiée dans le JO Sénat du 10/02/2011 – page 318
L’amélioration de la qualité de l’accueil téléphonique et la réduction du coût des appels ont été identifiées, dès 2007, comme des actions prioritaires de la révision générale des politiques publiques (RGPP). La qualité de l’accueil à distance et la maîtrise du tarif des communications téléphoniques à destination des centres d’appels de l’administration constituent une préoccupation forte des usagers. Pour cette raison, dès le premier Conseil de modernisation des politiques publiques, le 12 décembre 2007, le Gouvernement a pris plusieurs décisions pour améliorer l’accueil téléphonique des services publics et en limiter le coût pour les appelants. Récemment encore, des centres d’appels de la sphère publique répondaient à des numéros dits de « service à valeur ajoutée » (SVA) et plus précisément, appartenant à la catégorie des numéros surtaxés, telle que l’a définie l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) dans sa décision n° 08-0512 du 6 mai 2008. Or, ces numéros se caractérisent par l’application d’une surtaxe exclue des forfaits proposés par les opérateurs de communications téléphoniques. Cette situation suscitait naturellement le mécontentement des usagers et dégradait l’image de leur accueil à distance. Sous l’impulsion du ministre chargé de la réforme de l’État, les principaux centres d’appels ont entamé une baisse progressive de leurs tarifs. Les résultats sont d’ores et déjà visibles pour les appels émis à partir de téléphones fixes car d’importants efforts ont en effet été réalisés par les administrations pour mettre un terme aux pratiques de surtaxation. Pour l’usager, le coût moyen d’une communication vers un centre d’appel public à partir d’un poste fixe a été divisé par deux et le coût à la minute a été divisé par trois. Sur une base initiale de 76 M€ en 2007, la facture téléphonique annuelle des Français utilisant les principaux centres d’appels de l’administration a été réduite de près de 13 M€ en 2008 (- 17 %) et de 28 M€ en 2009 (- 38 %). Il est constaté en particulier que le passage au tarif local depuis un poste fixe est achevé pour les principaux centres d’appels tels que ceux du Pôle emploi (3949), des « centres impôts et prélèvement services », du portail téléphonique de l’administration (Allô service-public 3939), des douanes et de l’assurance maladie. Les branches famille et vieillesse du régime général de la sécurité sociale ont amorcé une forte baisse de tarif au premier trimestre 2008 en réduisant le coût d’appel de 0,12 à 0,09 € par minute sans toutefois rejoindre la tarification d’un appel local. Néanmoins, la CNAV et la CNAF se sont engagées à passer au tarif local depuis un téléphone fixe au cours de l’année 2010. Des résultats significatifs ont été obtenus et des axes d’approfondissement ont été identifiés. En étendant au cours de l’année 2010 la réduction des coûts aux appels passés à partir des téléphones mobiles, la facture annuelle précitée de 76 M€ pourrait encore être diminuée de 48 M€ (- 63 %). Cependant l’extension de cette mesure RGPP aux appels passés depuis un mobile est plus complexe à mettre en oeuvre et se heurte à des contraintes techniques et réglementaires liées aux spécificités des modèles tarifaires de la téléphonie mobile. En dépit de ces difficultés, l’intervention du législateur à deux reprises en 2008 a permis de mettre fin à la pratique des appels surtaxés dans le cas spécifique des numéros de renseignements téléphoniques et des fournisseurs d’accès à Internet. Par ailleurs, le 11 mars 2009, le ministre du budget chargé de la réforme de l’État a cosigné avec le secrétaire d’État chargé de l’industrie et de la consommation un courrier à l’attention de la Fédération française des télécoms, appelant les opérateurs à intégrer dans leurs forfaits les appels au départ des mobiles vers les numéros SVA au « prix d’un appel local pour les fixes ». Dans ce cadre, le secrétaire d’État chargé de l’emploi a mené une négociation ad hoc avec les opérateurs. Il a ainsi obtenu la banalisation des appels au départ des mobiles et des « box » vers le numéro du Pôle emploi à compter du mois d’avril 2009. Pour prolonger cet effort, il a été rappelé, tant aux ministères qu’aux opérateurs publics, que les principes de banalisation des appels et de prise en compte des aspects tarifaires sont des composantes essentielles du choix d’attribution des marchés publics de centres d’appels. La mise en oeuvre prochaine du décret prévu par la loi pour la confiance numérique participe du même objectif. Le Gouvernement entend prendre le décret en Conseil d’État prévu par l’article 55 de la loi n° 2004-575. Ce texte, en cours de préparation dans le cadre de travaux interministériels, permettra notamment d’officialiser une première liste de numéros gratuits d’accès aux services publics. En complément des numéros gratuits disponibles et de ceux ramenés au tarif d’un appel local, le Gouvernement envisage de généraliser, au sein des administrations et des opérateurs de la sphère sociale, le rappel des usagers qui en feraient la demande. Ce dispositif, qui ne nécessite aucun préalable technique, aurait l’avantage de soulager les usagers qui le souhaitent, du coût de la communication avec le service sollicité.

Faisons payer les réseaux aux vrais utilisateurs…

jeudi 10 février 2011 40

En tout cas c’est cr que propose le ministre de l’économie numérique……

http://www.01net.com/editorial/528041/internet-eric-besson-veut-que-les-services-financent-le-reseau/

Donc nous sommes d’accord ?

Les plus gros utilisateurs des autoroutes et des routes ce sont les chauffeurs routiers. Ce sont eux qui consomment aussi le plus de pétrole (avec les avions).

Donc on va leur faire payer la  réfection du bitume, les parkings et installations sanitaires et les raffineries et oléoducs.

Il faudrait peut être arrêter de dire tout sans connaitre les dossiers.

Et plutôt que de freiner les investissements en réfrénant les besoins des con (citoyens), ne vaudrait il pas mieux investir dans des réseaux numériques de qualité, fiables et aptes à absorber la croissance de la demande ?

En vacances profitez des largesses du pays qui vous accueille.

jeudi 10 février 2011 40

Cet adage, les membres du gouvernement français l’ont faite leur.

http://www.liberation.fr/politiques/01012318870-en-vacances-les-ministres-oublient-tout-meme-la-note

Combien de ministres, ou de chefs d’états, ou de députés, sénateurs, hommes politiques , syndicalistes ont utilisé les moyens amis mis à leur disposition, pour, sans bourse délier, profiter de petits avantages (ou de gros) nombreux et variés offerts avec « courtoisie » par les pays amis ?

J’avais envie d’écrire un article expliquant ici la force et la puissance du pouvoir, qui, au travers de ces petits riens matériels (loin de ceux que nous, béotiens, pouvons entrevoir), indemnisent les membres de la puissance publique, cette « intelligentsia » qui se dévoue corps et âme pour que nous puissions continuer à dormir tranquille dans notre petite vie calme et si paisible.

Je voulais tenter d’expliquer que le pouvoir s’il ne corrompt, rend sourd au monde de la rue. Et que le pouvoir appelle le pouvoir.

Et que ces petits avantages ne sont que de petites extensions de la min divine qui ont transformé un être mortel en puissant monarque de droit divin pour qui plus aucune règle n’existe plus.

J’aurais eu envie de préciser que c’est un cercle vicieux, ou le pouvoir appelle le pouvoir, ou la puissance mène à plus de pouvoir.

Et que la mégalomanie n’est pas loin, et qu’il semble quasi normal de se trouver au dessus des lois, au dessus des contingences matérielles de toute une population qui n’aspire qu’à un peu de repos physique et mental.

Ce sont des petits privilèges, petits privilèges, mais qui agacent grandement le peuple.

L’abolition des privilèges, tu parles…..

Ils sont toujours la, et offerts par la république en plus. Pour tous, de gauche, de droite ou du centre.

Les arnaques continuent et pleuvent.

mercredi 9 février 2011 39

Heureusement que mon logiciel de messagerie, Google, veille au grain.

Je vous rappelle l’adresse pour dénoncer : signal spam

En voici une encore dans la ligne habituelle :

Bonjour cher Ami,

Je sais que cette lettre vous parviendra telle une surprise, pour la raison que nous ne nous connaissons pas, mais soyez rassuré je ne viens pas avec de mauvaises intentions.

Je suis Mr. Francois COMPAORE, Directeur du département d’audit d’une BANQUE au Burkina Faso, au cours de mes recherches dans cette banque, vers la fin de l’année 2008, j’ai trouvé un montant énorme de Quatorze millions cinq cent mille dollars Américains (US14.5M) qui avait été déposé dans un compte depuis 1999.

A partir d’une recherche approfondie, j’ai découvert que ce fond a été déposé par un Étranger qui est décédé au cours d’un tremblement de terre en Iran en 2003.Vous pouvez voir cela sur le site ci-dessous: http://news.bbc.co.uk/2/hi/3348613.stm

Et depuis lors, ce compte est resté sans aucune activité ni aucune réclamation de qui que ce soit, c’est à cet effet que je sollicite humblement votre aide et votre coopération afin de vous présenter à la (SGBB BANK DU BURKINA FASO)comme étant le bénéficiaire de ces fonds pour notre bien commun.

Soyez sûr que toutes les procédures seront surveillées ici par moi jusqu’à ce que vous réceptionniez ces fonds dans votre compte bancaire.

Nous partagerons cette fortune comme suit : 35% pour vous, 5% pour toutes les dépenses effectuées au cours de ce transfert et 60% pour mes associés et moi.
Rassurez vous que ce transfert est sans risque, à 100%, car nous avons pris toutes les dispositions pour son bon déroulement.

Nous avons prévu un délai de 14 jours ouvrables pour amener la banque à procéder au transfert de ce fond dans votre compte bancaire.

En outre, cette transaction devrait être traitée avec la plus grande confidentialité pour la simple raison que je suis toujours en service dans cette banque.

Si vous êtes prêt et intéressé par cette affaire, donnez-moi une réponse afin que je vous envoie plus amples détails sur son déroulement.

Merci pour votre coopération.
A bientôt
Francois COMPAORE.

Quand la raison économique prend le dessus sur l’écologie et les voeux pieux de Grenelle.

samedi 5 février 2011 35

Je suis furax.

Quand je lis ce genre d’article ou tout est au dessous de tout.

http://haute-normandie.france3.fr/info/le-havre–le-dossier-noir-de-citron-67156579.html

Et je suis triste.

Triste pour Le Havre et sa région qui ne mérite pas ce comportement et cette pollution.

Outré par ce que peut sous entendre ce dossier au niveau financier (pots de vins ????? Mais laissons vaquer la justice, ce n’est qu’une hypothèse).

Déçu parce que les efforts tentés ici et la pour endiguer le flot de déchets arrivant dans notre beau pays par un mouvement écologiquement correct, mais qui ne réussit pas son envol dans la durée.

Honteux de voir que l’argent est toujours le roi et au dessus des lois et règlements.

Scandalisé encore par ce que peuvent subir les agents de l’Etat.

Et enfin, j’ai peur. Peur de l’argent roi, peur pour notre santé, peur pour notre vie.

Mais ou allons nous si nous ne pouvons pas faire confiance?

Qu’est devenu la main serrée, gage d’un contrat liant deux parties de bonne foi?

Notre république se meurt pendant que notre champagne se vend en canettes  ou que le luxe à outrance et les scandales bling bling n’ont jamais autant portés la presse people.

C’est ça la France d’aujourd’hui ?

Vous aussi vous en avez assez ?

Venez en témoigner ici .

Dénonçons tous ces scandales et ces personnages qui sous couvert de marchés publics se portent comme un charme mais en oublient leurs missions, ne sachant compter que leur intérêt bien compris.