Le téléphone portable, l’ultime outil éducatif ?

Un article du Monde propose LEMONDE.FR | 04.09.09 | 18h49 « rallumons les téléphones mobiles dans les classes ».

Et pourquoi pas ?

Enfin une proposition innovante et venant à point.

Nous sommes pourtant en retard si l’on compare les différentes expériences dans les autres payas du monde.

L’utilisation du téléphone portable est bannie pour deux raisons dans le système éducatif français :

  1. Le dérangement, les conversations pendant les cours, le bruit des onneries etc…Cette question ne peut être réglée que par une prise de conscience éducative morale et civique : la liberté ne peut commencer qu’autant que l’on ne dérange pas les autres. Aujourd’hui c’est le rôle des parents et des éducateurs qui doivent treprendre à leur compte certains concepts éducatifs oubliés depuis les années 70 et la liberté apprises rapidement par les parents dans les années 60 et les hippies…Ve n’est pas le rôle de l’école exclusivement, c’est le rôle de la société de jeter à nouveau des bases d’éducation pour redonner un sens à l’éducation, la rigueur, l’apprentissage, mais sans la répression, la censure qui va avec habituellement.
  2. La peur de la tricherie, du fait des équipements de plus en plus puissants, quasiment du niveau des ordinateurs performants, doublés de connexions internet particulièrement fines, permettant à de jeunes gens ingénieux de pouvoir se donner les moyens de réussir contrôles et examens.

La solution ne peut venir d’un bannissement de ces instruments, qui auront toujours droit de cité, d’une manière ou d’une autre; avec le risque d’ailleurs d’une trop grande rigueur et la perte complète de l’attention de l’élève ou de l’étudiant, focalisé sur son jouet technologique, et prêt à tout à la fois défiant l’autorité éducative pour conserver son instrument de liberté, et devant ses copains pour ne pas perdre la face.

L’utilisation des téléphones portables dans les classes, alors même que l’expérimentation du cartable électronique s’étiole, les enseignants ne voyant pas l’intérêt de ce nouveau moyen, et ou le placer dans leur formation, est à prescrire absolument et à conseiller fortement.

Aujourd’hui l’apprentissage, la rigueur, l’étude, ne sont plus des mots qui parlent. La facilité, le plaisir immédiat parlent beaucoup plus.

Autant la communication s’est développée par la téléphonie mobile, autant la pauvreté des échanges entraine un désaveu de la part du corps professoral.

Pourtant, dans son jeune age, l’enfant adore apprendre en imitant. Et cherche à comprendre. Il n’y à que voir l’enfant jouant avec des cubes, un puzzle….Les apprentissages sont facilités par l’impression de jouer; les premiers ordinateurs jouts reprenaient ce concept.

Il nous faut aujourd’hui progresser de la même manière avec l’outil portable.

Car si chaque adolescent sait se servir des touches de son téléphone, et envoyer sms et tchatter sans diffciulté, il lui est plus difficile de comprendre les finalités d’une encyclopédie en ligne ou d’un moteur de recherche.

Quant à comprendre qu’il lui faut garder son propre jugement,; sa perspicacité face aux inforamtions affichées, c’est un autre apprentissage.

Pourtant, l’émulation, la camaraderie, le groupe devrait permettre de proposer de nouvelles solutions éducatives, et affirmer le rôle de l’éducation non seulement à l’école, mais en fait à tous moments de la vie. Sans que cela soit vécu comme une corvée.

Le succès de google earth ou maps permet d’augurer par exemple d’une nouvelle race de jeune gens enfin à l’aise avec la géographie…

Au lieu de combattre ces nouveaux moyens de communiquer et d’apprendre, pourquoi ne pas au contraire s’appueyr sur eux pour élaborer de nouveaux moyens d’éducation?

A terme la recherche rapide sur ce chemin nous permettrait de prendre de l’avance et de proposer des solutions

  • techniques (terminaux appropriés transportables partout, nouveaux réseaux performants),
  • technologiques (nouveaux systèmes de communications rapides),
  • et des applications industrielles innovantes (nouveaux accus par exemple pour des terminaux gourmands en énergie)

En parallèle il nous faut aussi penser aux nouvelles applications possibles de terminaux mobiles performants : surveillance de locaux, de systèmes industriels, de personnes agées. Conférence à plusieurs, pilotage de robots, de systèmes domotiques. (certaines solutions balbutiantes existent).

Nous avons des possibilités, des propositions et des axes de développements possibles qu’il nous faut attrapper avant que d’autres s’en emparent. Nous pouvons créér les richesses dont nos jeunes auront besoin, et proposer de nouveaux outils industriels pour compenser l’hégémonie actuelle des pays asiatiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.