Fête nationale

Mr le président de la République,

Je vous rappelle vosu avoir demandé une place en etribune officielle pour le défilé du 14 juillet. En effet mon amie est dans l’incapacité, du fait de sa fibromyalgie, de supporter les heures d’attente ou la promiscuité.
Cela nous avait été refusé il y a deux années par votre service de communication.

Je m’adresse à nouveau à vous, ou à ceux qui liront ce mot, afin que vous accédiez à cette demande.

Du fait de cette maladie, les possibilités de distraction sont rares. Mais de plus c’est un rêve qu’elel a depuis longtemps, et je suis prêt à beaucoup pour réaliser ses rêves.

Je sais que vous et et la première dame ne pourraient qu’être sensible à cete demande.

Je laisse faire la magie d’internet pour que ce mot vous arrive, afin qu’il ne soit pas censuré par l’un de vos secrétaires.

Accesoirement, et dans le même ordre d’idée, je vous demande de m’aider pour que soit réalisé un autre de ses rêves : voir de près Johnny Halliday. C’est un rêve qu’elle a depuis très longtemps, mais cela ne peut se faire que dans les mêmes conditions.

Bien à vous

Politique en faveur de la création de places en crèches

Politique en faveur de la création de places en crèches

La question mérite d’être examinée.

Il est tout à fat symptomatique de notre pays.

Il aurait été bienfaisant que, dans le cadre d’un vrai projet de vie, au temps de la mise en place de la réduction du temps de travail et de la découverte de nouvelles organisations du travail, rajoutées aux nouveaux temps libres, que des places en crèche soient rapidement disponibles afin e faire face aux difficultés des familles à garder leurs enfants à des horaires atypiques.

De nouvelles organisations du travail, la continuité ou l’extension d’ouverture de certaines entreprises, par exemple le dimanche ou tard le soir impose absolument pour diverses familles, ainsi que les familles mono parentales, souvent des femmes, la disponibilité de ces places, ou de solutions alternatives.

C’est non seulement une urgence, mais aussi la création d’emplois nombreux, et un projet de société.

L’ouverture de nombreuses places aurait pour effet :

  • de relancer le bâtiment
  • de créer des emplois
  • de libérer des salariés plus à même, libérés de l’obligation de trouver des solutions pour leur progéniture, et de leur donner les capacités d’exercer de manière sereine leur travail
  • de proposer de nouvelles activités de loisirs, à même de favoriser aussi l’emploi.

Il est certain que des salariés libérés de cette question seront des salariés plus libérés, plus créatifs, plus volontaires. L’entreprise à tout à gagner à proposer le financement de ce genre de dispositifs, ainsi que l’Etat;

Car, e,n plus, c’est moins de journées de maladie, payées actuellement par la société, une meilleure action sociétale, ainsi que des familles plus soudées, plus à l’écoute les uns des autres.

Politique en faveur de la création de places en crèches

Politique en faveur de la création de places en crèches

La question mérite d’être examinée.

Il est tout à fat symptomatique de notre pays.

Il aurait été bienfaisant que, dans le cadre d’un vrai projet de vie, au temps de la mise en place de la réduction du temps de travail et de la découverte de nouvelles organisations du travail, rajoutées aux nouveaux temps libres, que des places en crèche soient rapidement disponibles afin e faire face aux difficultés des familles à garder leurs enfants à des horaires atypiques.

De nouvelles organisations du travail, la continuité ou l’extension d’ouverture de certaines entreprises, par exemple le dimanche ou tard le soir impose absolument pour diverses familles, ainsi que les familles mono parentales, souvent des femmes, la disponibilité de ces places, ou de solutions alternatives.

C’est non seulement une urgence, mais aussi la création d’emplois nombreux, et un projet de société.

L’ouverture de nombreuses places aurait pour effet :

  • de relancer le bâtiment
  • de créer des emplois
  • de libérer des salariés plus à même, libérés de l’obligation de trouver des solutions pour leur progéniture, et de leur donner les capacités d’exercer de manière sereine leur travail
  • de proposer de nouvelles activités de loisirs, à même de favoriser aussi l’emploi.

Il est certain que des salariés libérés de cette question seront des salariés plus libérés, plus créatifs, plus volontaires. L’entreprise à tout à gagner à proposer le financement de ce genre de dispositifs, ainsi que l’Etat;

Car, e,n plus, c’est moins de journées de maladie, payées actuellement par la société, une meilleure action sociétale, ainsi que des familles plus soudées, plus à l’écoute les uns des autres.