Lettre ouverte à monsieur le président de la république….

Monsieur le président,

Les événements actuels ne sont pas tendres avec votre popularité.

Ils  sont surtout dramatiques pour beaucoup de gens, tels ces pauvres italiens actuellement, pour lesquels nous avons un devoir d’assistance.

Ils sont dramatiques pour les strasbourgeois, qui ont besoin du soutien de l’Etat pour se reconstruire (profitons au passage pour repenser le quartier détruit, socialement et humainement).

Ils sont dramatiques pour les sans abris qui souffrent.

Ils sont dramatiques pour les chômeurs, les sans logis, les rmistes, les handicapés de la vie et de la société.

Ils sont dramatiques pour tous ces immigrés, de passage sur notre pays, en attente d’une terre promise.

Ils ne sont pas tendres pour la jeunesse de ce pays.

Et ils ne sont pas tendres pour le reste du monde; Les derniers événements sont symptomatiques d’un monde devenu fou, et d’un monde décadent.

Il est temps de revenir à de vraies valeurs, à un vrai projet de société.

Je vous propose aujourd’hui un plan.

Non pas un une idée rapide à mettre en œuvre pour calmer les esprits et promettre sans réaliser quoi que ce soit.

Un plan véritable, déclinable en plusieurs projets différents, complémentaires. Mais un plan qui donne du sens à la vie. Un projet de société partageable par l’ensemble.

Aujourd’hui je me lance donc.

Première proposition :

La France est un beau pays; un très beau pays.

La France à une histoire, et une géographie.

La France est visitée, et connue toujours dans le monde entier.

La France regorge de richesses, qui pourraient disparaitre du jour au lendemain; on vient de s’en apercevoir avec les églises détruites par les tremblements de terre en Italie.

Dans le m^me temps, ces richesses ne sont pas partagées forcément.

Pourtant, elles méritent d’être vues ou connues.

Si les musées nationaux, les bibliothèques commencent à s’ouvrir virtuellement, le chemin est encore long.

Deux exemples :

j’ai vu dans un château qui se visite des livres dont le guide m’a affirmé qu’ils n’avaient jamais été répertoriés, malgré leur beauté et leur ancienneté.

Je suis tombé un jour amoureux de l’architecture et de la beauté de certains lavoirs de nos communes.

Dans les deux cas comment ces deux éléments pourraient ils être partagés par le plus grand nombre ?

Nous avons les technologies pour les partager; nous avons les matériels; ne reste plus que les moyens et une volonté politique.

Il est absurde aujourd’hui de cantonner le touriste à quelques endroits privilégiés, alors que la France regorge de lieux magnifiques inexploités.

Il est anormal aujourd’hui de ne pouvoir faire partager notre culture, nos artistes, nos monuments, notre patrimoine.

Pendant ce temps la, la société Google sillonne nos régions et en sort des parcours photographiques monnayables en publicité.

Pourquoi ne pourrions nous pas faire la même chose?

L’inventaire des monuments historiques, ce pourrait être à nouveau fait aujourd’hui.

Si nous ne montrons pas nos trésors, si nous ne proposons pas au public, en particulier étranger nos monuments, nos merveilles dans les régions, nous passons à côté d’occasions ratées.

La mise en application de cette proposition pourrait être mise en œuvre par le SMA (que je vous ai proposé dans un autre billet).

La mise en place d’un service militaire adapté, avec des personnes volontaires, prêtes à donner quelques mois de leur temps ou une année, contre de belles expériences, une œuvre utile au pays.

Cela permettrait de rattraper notre retard dans la mise en ligne des œuvres littéraires, de nos trésors (estampes, poinçons, cartes, enluminures….).

Mais en allant plus loin, je prose que soit mise en place une obligation renforcée d’archivage des données des entreprises et administrations, par une scannérisation et une indexation poussée des documents, dans le cadre toujours d’un SMA

Car ce qui est valable pour nos ressources cachées mais disponibles l’est aussi pour nos ressources qui ne sont pas forcément à rendre publiques, mais pourraient permettre d’éventuels trésors en gain de productivité, ainsi que la création de nouveaux projets, suite aux découvertes qui pourraient être faites par la computation de toutes ces données, et par les échanges d’expérience.

Mais j’irais encore plus loin. Utilisons nos étudiants en beaux arts pour peindre les paysages, et peindre nos personnages typiques. Utilisons nos étudiants en cinéma pour tourner de nouveaux films sur notre société, notre pays, comme les jeunes photographes pour les paysages ou les portraits.

Nous avons tant de choses à faire, tant de possibilités… Tant de pistes à explorer… Tant de paris et de challenges à gagner.

Nous en avons les moyens.

A conditio nde le vouloir.

Un jour, mon frère eu une idée. Il ne put jamais la réaliser. Car il n’avait pas les connaissances et l’expérience. Car ces connaissances ont été perdues…

Aujourd’hui nous n’avons pas besoin de savoir comment allumer du feu avec un silex; ou tailler des lances ou des pointes en silex.

Mais si nous n’en avons pas besoin, actuellement, ce savoir s’est de toute façon perdu aau fil du temps.

Diderot l’avait bien compris avec son encyclopédie.

Le savoir est le patrimoine de l’humanité.

Mais celui qui le conserve à la possibilité d’en exploiter les droits…

Nous sommes de plus en plus ignorants. Malgré des découvertes stupéfiantes, des progrès considérables, l’ensemble de la population s’appauvrit intellectuellement.

Par manque de ressort, par manque de motivation, par manque de projet.

Réveillons nous, Monsieur le président.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.